Pas de catastrophe sanitaire à Fukushima

Posté le 24 mai 2012 dans la catégorie:A la Une. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Deux rapports menés par des organismes de l’ONU confirment que la radioactivité n’aura que des effets mineurs sur la population japonaise et les ouvriers de la centrale accidentée.

La centrale de Fukushima, après l'accident © Digital Globe

La centrale de Fukushima, après l'accident © Digital Globe

Les radiations de Fukushima tueront peu ou pas. C’est ce qui semble se dégager de deux pré-rapports que mon confrère Geoff Brumfiel, de la revue Nature, a pu consulter. Le premier, qui émane du Comité scientifique de l’ONU sur l’effet des radiations (UNSCEAR), porte sur l’exposition des travailleurs de Fukushima. Le second, qui porte la marque de l’Organisation mondiale de la santé, passe en revue l’exposition des populations aux radiations provoquées par l’accident de la centrale nucléaire.

Chez les liquidateurs de la centrale, l’UNSCEAR constate que peu de personnes ont connu une exposition notable. Six d’entre elles sont décédées depuis l’accident, mais de causes sans rapport avec les rayonnements ionisants. L’étude a porté sur un échantillon, sélectionné au hasard dans les dossiers de suivi médical des 20115 personnes qui ont travaillé dans la centrale depuis l’accident de mars 2011.

167 personnes (dont 21 sous-traitants) ont reçu une dose significative, mais qui ne devrait augmenter que légèrement leur risque de développer un cancer. De ce groupe, six ont reçu une dose supérieure à 250 mSv, le maximum autorisé au Japon pour les personnels amenés à intervenir sur des accidents nucléaires, dont deux qui ont absorbé plus de 600 mSv pour n’avoir pas pris les comprimés d’iodure de potassium qui protègent la thyroïde. Ils feront l’objet d’un suivi médical très attentif. Six mille personnes ont reçu une dose comprise entre 10 mSv (l’équivalent d’un scanner médical) et 50 mSv, la limite annuelle pour les travailleurs nucléaires japonais. Et plus de treize mille intervenants sur le site ont reçu moins de 10 mSv. Mais le rapport de l’UNSCEAR pointe une défaillance majeure: après l’accident, les opérateurs de la centrale ne disposaient d’aucune information sur leur niveau d’exposition en raison de dysfonctionnement des systèmes de mesure. Ils n’ont été réparés qu’un mois plus tard.

Exposition de la population et des travailleurs de Fukushima © Nature

Exposition de la population et des travailleurs de Fukushima © Nature

Dans la population Japonaise, l’exposition est restée limitée, selon le pré-rapport de l’OMS. Même vivant proche de la centrale, elle a reçu en moyenne, en un an, entre 1 mSv et 15 mSv, ce qui est sans effet notable sur la santé. A Namie, une bourgade évacuée très tardivement car considérée comme éloignée du site de l’accident, des craintes avaient surgi, les experts estimant que les enfants, particulièrement sensibles au cancer de la thyroïde, auraient pu recevoir des doses atteignant 200 mSv. Selon les experts de l’OMS, qui ont eu accès au dossier médical d’un millier d’enfants de la région, l’exposition serait finalement inférieure à 50 mSv.

La question est désormais de savoir si ces bonnes nouvelles suffiront à rassurer la population. Parce que l’impact sanitaire de Fukushima, s’il restera négligeable comparé au bilan du séisme et du tsunami (15500 morts et plus de 3000 disparus), se joue sur un autre terrain: dans le stress, la peur des radiations et la colère vis à vis d’un gouvernement japonais qui a laissé sa population dans une insupportable incertitude. Selon Nature, l’UNSCEAR constate qu’à l’époque, les estimations officielles japonaises des rejets radioactifs étaient exactes… à un facteur dix près.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , ,

Lire également

109 Réponses pour “Pas de catastrophe sanitaire à Fukushima”

  1. patricedusud dit :

    A signaler l’article paru dans Nature qui confirme les conclusions rassurantes :
    http://www.nature.com/news/fukushima-s-doses-tallied-1.10686

  2. bene dit :

    Et si on arrêtait de se voiler la face …

    http://www.youtube.com/watch?v=wxqQUm8jdyY

  3. Raph dit :

    BMD : Vous pensez que les propos tenus par Mr. Fernex sont des mensonges et qu’il invente de toute pièce les compte rendus des réunions auxquelles il a assisté ?

    • BMD dit :

      Je ne pense rien des propos de Monsieur Fernex, et je préfèrerais lire moi-même les compte-rendus. Les avez-vous lus? Moi pas
      D’autre part, je considérerais comme anormal que les organisations des Nations-Unies qui sont concernées par ces questions ne collaborent pas ensemble.

      • Raph dit :

        BMD : je parlais des comptes-rendu que Mr. Fernex faisait lui-même du forum de l’OMS en 2004 à Genève, où un représentant de l’AIEA présidait pendant trois jours.

        On peut les entendre dans les interviews audio écoutables en streaming sur la page de l’article.

        http://www.rue89.com/2011/04/06/fukushima-tchernobyl-loms-repete-les-chiffres-de-laiea-198646

        Aucune mention de compte-rendus « écrits » dans l’article, ou avez vous lu ça ?

        Sinon vez vous jeté une oreille sur l’interview ?

        Pensez vous que Mr. Fernex invente les faits dont il a été témoin ? Et si c’était le cas, dans quel but à votre avis ?

    • BMD dit :

      Bene, pourquoi ne pas nous faire preuve de la qualité de votre expertise en répondant à cette question: est-il possible de mesurer ou à défaut de calculer à une personne près la mortalité due à la radioactivité, comme il est indiqué par exemple dans un de vos posts sur Fukushima? Et si oui, décrivez-nous la méthode employée?

      • bene dit :

        bmd, je ne suis pas spécialiste en la question, donc je m’appuie sur les analyses de l’un des plus grands spécialistes en la question, Arnie Gundersen par exemple. Le nucléaire l’a fait vivre, il a contribué à son développement … Quel serait son intérêt de parler de ses dangers sur la santé humaine … à part de nous informer et de contribuer à une industrie nucléaire plus sûre.

        • BMD dit :

          Mais alors, comment êtes-vous en mesure de décider que Arnie est l’homme qu’il faut croire? Simplement parce qu’il est antinucléaire?
          A G est un ingénieur du nucléaire, habilité à donner son avis sur la sûreté des réacteurs, pas un médecin du nucléaire. Vous devriez sortir un peu de votre club, et faire un effort pour écouter et lire ce que disent ces derniers.
          D’autre part il est rigoureusement impossible de calculer la mortalité du nucléaire à une unité près. Quiconque prétend cela est un imposteur et un désinformateur.

  4. Raph dit :

    Fukushima : la catastrophe durable – Entretien avec Paul Jobin :

    http://independentwho.org/fr/2012/06/14/fukushima-paul-jobin/

    • Raph dit :

      ? »les normes d’exposition qui sont appliquées aux travailleurs de la centrale nucléaire et aux populations civiles des régions contaminées [...] relèvent finalement de logiques avant tout politiques et économiques et n’ont pas de véritables fondements épidémiologiques »

    • BMD dit :

      Raph, j’ai eu la curiosité d’examiner le CV et le cursus de Paul Jobin. Pas la moindre trace d’une quelconque compétence sur le sujet. C’est peut-être dans ce domaine un autodidacte. Mais çà ne transparaît pas dans les propos qui lui sont attribués, car ils sont truffés d’erreurs.
      Il n’a toutefois pas tort de dire que les normes de radioprotection ne correspondent pas aux résultats des études épidémiologiques! Mais ce n’est pas du tout dans le sens qu’il suggère ( la patte des lobbys, toujours les lobbys, mais lui ne fait pas partie bien sûr d’un lobby). En fait, la norme de protection des populations, moins de 1 mSv au-dessus de la radioactivité naturelle est bien en dessous de ce que suggère l’épidémiologie, en -dessous de 100 mSv, on ne voit rien!

  5. bene dit :

    Tchernobyl, c’est de la « rigolade » à côté… on ne peut confiner les radiations à Fukushima, qui se baladent tranquillement dans l’athmosphère, car on ne peut s’approcher des réacteurs et des piscines sans crever direct !!
    Cette catastrophe durable est planétaire, mais les médias n’en parlent pas, les gouvernements ne font rien !! ça fait vraiment froid dans le dos !!

    • BMD dit :

      Bene, vous racontez vraiment n’importe quoi! Il y a une belle photo dans le blog de Huet de Libération ou l’on voit des Japonais en train d’examiner tranquillement la piscine du réacteur n°4

      • Robert dit :

        BMD,

        Vous auriez dû en profiter pour lire l’intégralité du billet de Huet (qui est pronucléaire ne l’oublions pas). La piscine du 4 présente un risque réel, c’est une épée de Damoclès pendue sur nos têtes jusqu’à ce que TEPco (toujours aussi avare de ses données) soit en mesure le la vider et de mettre le combustible en sécurité (ce qui est loin d’être gagné).

        • BMD dit :

          Huet est un journaliste atypique qui a le mauvais goût de démonter avec brio les arguments idiots plutôt que de hurler avec les loups et d’exciter les vibrisses des paranoïaques. Est-ce à cause de cela que vous le classez en pronucléaire? C’est plutôt flatteur pour les pronucléaires.
          La piscine du 4 représente un danger, mais en faire comme Bene l’annonce d’une catastrophe planétaire durable me paraît démesuré. Mais il est vrai que de son propre aveu elle n’y connait rien, ce qui ne l’empêche pas de causer, et de dire des bêtises à jet continu.

          • Robert dit :

            Ce n’est pas si démesuré que ça, Personne ne sait si un séisme ou un typhon un peut trop puissant ne mettra pas cette piscine à terre. Huet est un journaliste partisan, j’apprécie beaucoup son blog mais je reste lucide. Enfin le Japon a pris la bonne décision.

  6. Robert dit :

    Ben oui, le maillon faible c’est l’homme comme toujours et il en sera toujours ainsi. A quand le prochain accident ?

    http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-L-accident-de-Fukushima-un-desastre-cree-par-l-homme-_6346-2093621_actu.Htm

  7. Sunnymoon dit :

    Tout va très bien madame la marquise! Air connu!

  8. BMD dit :

    Robert, personne ne sait non plus si un avion de ligne ne va pas percuter un champ d’éoliennes en Mer du Nord par mauvais temps. Et çà ferait beaucoup plus de morts que Fukushima! La piscine 4 a été renforcée, par des gens qui je suppose ne sont pas complètement idiots.
    A propos, sans doute aurez-vous appris qu’il y avait eu 49 morts( pas des gens qui vont peut-être mourir, ils sont bien morts) et des dizaines de blessés graves, dans l’incendie de la raffinerie d’Amay au Venezuela. Et pratiquement aucun commentaire à ce sujet dans les médias. Les catastrophes dues à des raffineries ne sont pas rares. En France, il y a eu celle de Feyzin près de Lyon, qui a tué plus que ne le fera Fukushima.
    Je prends beaucoup moins de risques à vous prédire qu’il y en aura bien d’autres, mais que cela, comme d’habitude, n’intéressera personne, que vous à prédire qu’il y aura un accident majeur dû à la piscine de Fukushima. Et je ne prends pas non plus beaucoup de risques à prédire que si un ouvrier prend une clef à molette sur le pied dans une centrale nucléaire, cela fera 3 fois le tour du monde en une seconde, mais que si 100 mineurs sont tués dans une mine de charbon, tout le monde s’en foutra comme d’habitude, une fois les quelques larmes de rocodile versées.

    • Tilleul dit :

      Ca voudrait dire un avion qui se balladerait à une hauteur équivalente à seulement la moitié de la tour Eiffel… Fortiche le pilote pour être capable de tenir un avion de ligne aussi près du sol suffisamment longtemps…

    • Delenda dit :

      EN 1984 l’accident de Bhopal a fait d’après l’OMS plus de 15000 morts, à comparer au 4000 morts que pourrait occasionner l’accident de Tchernobyl. Dans un cas nous avons déjà plus de 15000 morts et dans l’autre on pourrait avoir jusqu’à 4000 morts.
      Devinez de quel accident on se souvient aujourd’hui ?

  9. Robert dit :

    BMD

    «  »" »Robert, personne ne sait non plus si un avion de ligne ne va pas percuter un champ d’éoliennes en Mer du Nord par mauvais temps »" »"

    Vous n’avez pas quelque chose de moins ridicule ? Pour le reste Arnay ou Feysin, leurs conséquences (néfastes certes ) sont sans commune mesure avec un écroulement de la piscine du 4, dans ce cas c’est la planète entière qui serait touchée.

    «  »" »Et çà ferait beaucoup plus de morts que Fukushima! La piscine 4 a été renforcée, par des gens qui je suppose ne sont pas complètement idiots. »" »"

    Vous faites du neuf avec du détruit vous ? vous avez vu l’état du réacteur 4 .

    En outre je remarque vous vous avez toujours du mal à lire correctement, je n’ai jamais prédit l’effondrement de la piscine. Si un jour vous avez des arguments pertinents à faire valoir, faites nous signe… Ca nous changera.

    • BMD dit :

      Robert, je vous signale qu’en Bretagne, un petit avion de tourisme s’est fait couper le bout d’une aile. Le pilote a réussi quand même à atterrir. Mais ce sont des choses qu’on ne crie pas sur les toits. Vous pouvez trouvez l’image sur Internet si vous avez cette curiosité. Alors, est-ce si ridicule? Et que nous prédisez-vous au juste pour la piscine du 4 , si ce n’est pas un effondrement?

      • Robert dit :

        BMD

        On s’en tape de votre histoire d’avion. En ce qui concerne la piscine du 4 le danger est réel point barre. Dirfe qu’il ne se passera rien est aussi idiot que d’affirmer le contraire. J’ajoute à ça le manque de transparence de TEPco. Fukushima c’est un merdier que le Japon va se coltiner pendant des décennies et la France n’est pas à l’abri d’un désastre majeur (comme tout avion qui prend l’air pour reprendre votre analogie). Puisque vous parlez d’accidents aériens faites donc le comparatif avec le vol Rio Paris d’air France. Personne au départ ne prévoyait ce qui s’est passé. Pour éviter les accidents d’avion la solution est simple, plus d’avions; idem pour le nucléaire (et je n’aborde pas le volet économique).

    • BMD dit :

      Eh bien Robert, ne restez pas dans le vague comme d’habitude, nous faites pas languir, prédisez nous ce qui risque d’arriver, puisque de toute évidence vous le savez!

  10. Pierre-Yves dit :

    Quel crédit accorder à ce rapport de l’OMS quand on sait que cette organisation a un accord avec l’AIEA (résolution WHA12.40 du 28 mai 1958) qui stipule notamment que  » Chaque fois que l’organisation se propose d’entreprendre un programme ou une activité dans un domaine dans lequel l’autre organisation a ou peut avoir une importante d’intérêt, la première consulte la seconde en vue de régler la question d’un commun accord. » ?

    • jmdesp dit :

      Le fait que cette résolution soit en fait du 28 mai 1959 est un indice sur le fait que votre niveau d’analyse n’est en réalité pas très poussé.

      On remarquera d’un coté que l’OMS a des accords comparable avec toutes les autres agences de l’ONU, destinés à faciliter la coordination des activités, il n’y a rien de spécifiques à l’AIEA..

      Surtout, l’OMS a répondu officiellement à cette interrogation, mais bien sûr ceux qui la propage ont décider d’ignorer superbement la réponse explicite qui leur a été apporté :
      http://www.who.int/inf-pr-2001/fr/state2001-05.html
      « des journalistes et d’autres personnes ont interrogé récemment l’OMS sur ses relations avec l’AIEA. Ces inquiétudes sont sans fondement. »
      « Ce point a été amplement démontré dans le passé et les recommandations sur la prophylaxie par l’iode en cas d’accident nucléaire en sont un bon exemple »
      « L’Accord entre l’AIEA et l’OMS suit le modèle des accords passés entre l’OMS et les Nations Unies ou d’autres organisations internationales » (J’ai dit quoi un peu plus haut ?)
      « La clause de confidentialité [..] représente une garantie normale contre la divulgation d’informations que les organisations concernées, l’OMS comprise, ont l’obligation juridique de protéger dans le cours de leurs travaux. Dans le cas de l’OMS, cette clause s’applique par exemple à la protection des renseignements cliniques ou similaires de nature personnelle. »
      « L’OMS est en train d’élaborer un Programme mondial complet sur les radiations qui comportera une stratégie et des priorités claires pour la défense des intérêts du public en matière de santé face aux utilisations de la technologie nucléaire »
       » L’Accord entre l’AIEA et l’OMS ne gêne en rien ces activités. »

      Enfin, petite absurdité de toute l’histoire, le vrai organisme international qui est spécialiste des rayonnements ionisants et qui émet de loin le plus de rapport sur le sujet, c’est l’UNSCEAR qui est indépendant à la fois de l’OMS et de l’AIEA. L’UNSCEAR ne s’occupe pas seulement de l’énergie nucléaire, une grande partie de ses activités sont sur les irradiations médicales, et un bon nombre des membres proviennent de pays qui n’ont jamais eu de centrale nucléaire, ou qui ont décidé d’en sortir, y compris plusieurs des directeurs élus dont l’actuel (Australien).
      Les pays dotés de l’arme nucléaire ont l’interdiction de présider l’UNSCEAR (née au départ pour étudier les retombées internationales des essais nucléaires, cf http://www.unscear.org/unscear/about_us/history.html).

      • Pierre-Yves dit :

        Pas convaincu par votre réponse.

        Le fait que l’accord date de 58 ne prouve en rien que ledit accord n’a pas eu des effets malencontreux depuis des décennies de nucléaire civil.
        Ce que dit Fernex (voir le lien plus haut dans le fil) n’est pas de nature à me rassurer :

        « Vous voulez dire que l’on « décide » d’un nombre de morts ou de malades ?

        (Fernex :) C’est ce qui s’est passé pour Tchernobyl… Je suis allé au forum de l’OMS en 2004 à Genève, un représentant de l’AIEA présidait le forum pendant trois jours.

        Dans son introduction, il nous a expliqué que nous allions décider s’il y a eu plutôt 400 000 ou 40 décès dus à Tchernobyl. Et nous avons, au bout de trois jours, fini à 38 décès. Comment ? Je vais vous montrer comment on supprime un sujet…  »

        D’autre part, la prophylaxie c’est une chose, faire une étude sur un cas concret (Tchernobyl ou Fukushima) c’en est une autre.
        L’OMS reconnaît implicitement qu’elle n’a jamais fait d’études avec ses propres chiffres, elle promet maintenant de faire les enquêtes sur le terrain, mais le fait est que depuis des décennies ses données de base lui ont été fournies par l’AIEA.

        Vous évoquez aussi les causes de confidentialité propres à l’OMS, mais vous n’évoquez pas celles de l’AIEA. Quand on sait que dans les statuts de l l’AIEA la promotion du nucléaire civil est une des priorités, on peut s’inquiéter sur ce qui peut motiver les tractations entre OMS et AIEA. En un mot : minimiser les problèmes.

        • Pierre-Yves dit :

          PS : le smiley est involontaire (faute de frappe).
          Il fallait lire : Fernex :  » c’est ce qui s’est passé pour Tchernobyl … »

      • jmdesp dit :

        Il aurait peut-être fallu la lire ma réponse. Je vous indique les sources comme quoi les données de base de l’OMS n’ont *jamais* été fournies par l’AEIA, mais plutôt par l’UNSCEAR, vous me rebalancer que « c’est un scandale, l’AEIA, » comme si vous n’aviez rien lu.

        On est pas obligé de croire aveuglément Fernex qui n’est pas du tout neutre dans l’affaire.

        C’est le fameux rapport de 2005 qui a publié les conclusion des études donc celle du forum de 2004. En page de garde il y a peut-être le logo de l’AIEA, mais il y a aussi celui de 7 autres organisations de l’ONU qui en commun ont approuvé le contenu. Page 5 il est indiqué que les gouvernements russes, biélorusse, et ukrainien ont aussi approuvé. L’AIEA est tellement forte qu’elle arriverait à imposer sa loi à toutes ces organisations ?
        Il faudra le dire aux géants du pétrole dont les bénéfices annuels sont supérieur au chiffres d’affaire d’Areva, eux n’ont jamais réussi à obtenir un tel pouvoir sur l’OMS qui n’hésite pas à dénoncer la pollution atmosphérique et les morts du diesel qu’ils produisent.

        Dans l’introduction, il est marqué : « Expert Group on ‘Environment’, coordinated by the IAEA, and the Expert Group on ‘Health’, coordinated by the WHO, presented their reports for the consideration of the Chernobyl Forum »
        Voilà, tout ce qui est santé était sous la responsabilité de l’OMS sans intervention de l’AIEA.

        Et l’OMS a aussi publié son rapport indépendamment de l’AEIA : http://whqlibdoc.who.int/publications/2006/9241594179_eng.pdf

        Quand l’OMS présent ses activité sur Tchernobyl, pas d’AIEA, ce qui est normal les effets sanitaires n’étant pas et n’ont jamais été de la responsabilité de l’AIEA :
        http://www.euro.who.int/fr/who-we-are/regional-director/news/news/2011/04/chernobyl,-25-years-on-whoeurope-renews-support-for-the-people-affected-and-builds-on-the-lessons-learned

        Mais par contre comme indiqué elle collabore avec l’UNSCEAR, ainsi qu’avec le Centre international de recherche sur le cancer dans le programme ARCH sur Tchernobyl : http://arch.iarc.fr/

        • Robert dit :

          jmdesp,

          «  »" »Il faudra le dire aux géants du pétrole dont les bénéfices annuels sont supérieur au chiffres d’affaire d’Areva, eux n’ont jamais réussi à obtenir un tel pouvoir sur l’OMS qui n’hésite pas à dénoncer la pollution atmosphérique et les morts du diesel qu’ils produisent »" »"

          Ouh la la !! comme vous allez vite en besogne et mélangez tout,
          Pour votre info, les « morts » du diesel sont en fait des morts indirectes du nucléaire.

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2014 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.