Le voleur de glaçons est au violon

Posté le 3 fév 2012 dans la catégorie:A la Une. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

© D.Dq

© D.Dq

La police chilienne est sur le pied de guerre. Car une dangereuse bande de malfaiteurs opère en Patagonie. Leur spécialité, je vous le donne en mille: voler de la glace sur un glacier… Mais la police est efficace. Prévenus vendredi dernier par les responsables du parc national Bernardo O’Higgins, qui avaient constaté un larcin, les forces de l’ordre ont arrêté un homme le soir-même, au volant d’un camion qui transportait cinq tonnes de glace dérobée sur le glacier de Jorge Montt, soigneusement emballée dans des sacs plastique. Ses complices, bien qu’identifiés, restent introuvables. Selon les premiers éléments de l’enquête, ils travaillaient pour le compte d’une entreprise —probablement un restaurant ou un bar— de Santiago, la capitale chilienne. Autrement dit, le chauffeur se préparait à parcourir 2000 kilomètres pour quelques malheureuses tonnes de glaçons… Il pourrait être inculpé pour atteinte à un monument national. Déjà que les glaciers de cette régions reculent rapidement, si on se met à aider la machine climatique, il n’y aura bientôt plus de touristes dans les sud du Chili…

Denis Delbecq

 


    3 Réponses pour “Le voleur de glaçons est au violon”

    1. HollyDays dit :

      D’autant qu’en plus, du point de vue strictement énergétique, c’est complètement con, non ? J’espère ne pas avoir fait d’erreur dans les ordres de grandeur, mais il me semble que la quantité d’énergie requise pour produire 10 tonnes de glaçons est considérablement plus faible que celle que consomme un camion de 10 tonnes qui parcourt 2 000 kilomètres (même en supposant que l’électricité nécessaire à la réfrigération est obtenue par combustion de ce même pétrole). Je me trompe ?
      Il faut vraiment que le pétrole soit bon marché pour qu’une idée pareille vienne à l’esprit de quelqu’un…

    2. Ratmanoff dit :

      Reste qu’on a fait ça chez nous aussi depuis longtemps, comme sur le glacier du Trient, et même si c’était à une autre époque, les mœurs n’ont pas changés, ça doit toujours être ‘ rentable ‘ !

    3. Mathilde dit :

      A vrai dire, quand nous étions dans la région, nous avions entendu parlé d’une compagnie étasunienne qui prospectait les glaciers pour un éventuel marché d’eau minérale en bouteille…

    Laisser une réponse

    Services

    Traduire cet article (Google)

    Mots-clefs

    Ces derniers temps

    © 2014 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.