L’impossible pluralisme des débats sur l’énergie

Par Denis Delbecq • 9 décembre 2011 à 14:59 • Categorie: A la Une
© D.Dq

© D.Dq

Alerté par l’excellente liste de diffusion du Réseau Action Climat, j’ai jeté un œil sur le programme du colloque organisé le 17 janvier prochain par le Club Energie et développement, sous le titre «Le bouquet énergétique dans tous ses Etats». Un colloque qui est notamment placé sous le patronage de notre premier ministre, François Fillon, et du ministre de l’énergie Eric Besson, et qui aura droit à un discours de NKM.

Parmi les six tables-rondes, trois ont retenu mon attention. La première pose la question de savoir si la France peut se passer du nucléaire. Pour être sûr de déboucher sur un consensus, n’interviendront que des membres de la grande famille énergétique française: EDF, Areva, l’Union française de l’électricité, RTE, l’Union des industries utilisatrices d’énergie (Uniden), etc. La seule (petite) voix dissonante sera celle de Michel Sapin, un proche de Hollande, qui devra défendre l’accord qu’il a négocié avec les écologistes, qui prévoit la fermeture progressive de 24 réacteurs nucléaires. En revanche, aucune voix vraiment dissonante (on pense à Thierry Salomon, de Negawatt, ou Benjamin Dessus, de Global Chance) n’a été conviée.

Sur les gaz de schistes, les organisateurs ont procédé de la même manière: quatre des intervenants viennent de l’industrie des hydrocarbures, le cinquième étant un haut-fonctionnaire de la Direction générale de l’énergie et du climat. Légalement, la France a rejeté l’idée d’exploiter les gaz de schistes sur son territoire, avec les technologies de fracturation hydraulique. Ce colloque est-il destiné à préparer l’abrogation des textes qui empêchent la prospection, comme le réclament Total et consorts?

Dernier exemple que je prendrai, l’éolien offshore. Là encore (c’est pareil pour le solaire), ne parleront que des personnalités qui sont impliquées dans son développement. Pas de trace de représentants de la société civile ou d’opposants qui pourtant existent! On aurait pu inviter un syndicat de pêcheur, ou une organisation de défense des plages du débarquement pour mettre un peu d’ambiance!

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , ,