La sécurité nucléaire: un vrai vaudeville (épisode 2)

Par Denis Delbecq • 6 décembre 2011 à 11:27 • Categorie: A la Une
© D.Dq

© D.Dq

Greenpeace s’est offert une jolie pub, ce lundi, en prenant d’assaut plusieurs sites nucléaires français. Une intrusion réussie à la centrale EDF de Nogent-sur-Seine —des militants ont peinturluré le dôme d’un bâtiment de réacteur—, trois autres ratées, tandis qu’à Cruas (Ardèche), deux militants sont resté cachés sur le site pendant la journée entière. Bref, un sacré pied de nez aux autorités qui se refusent toujours à prendre le risque terroriste en compte dans les désormais célèbres «stress tests».

Le blogueur a beaucoup rigolé, hier, à la lecture de la ligne de défense choisie par EDF. C’est en gros celle qu’adopterait un enfant de huit ans, en substance: «ben oui, on s’en est rendu compte, et alors»… Le patron du parc nucléaire d’EDF a prétexté que ses troupes avaient repéré les intrus mais choisi de ne pas agir parce qu’ils semblaient pacifiques, avant d’ajouter qu’il ne fallait pas en faire un plat parce qu’il s’agissait de communication de la part de Greenpeace. Une analyse d’une pertinence rare, si, si, on peut le lui reconnaître. Gageons qu’il y a eu quelques échanges téléphoniques gratinés entre les sbires de Sarkozy et les huiles d’EDF, et quelques remontages de bretelles. Franchement, avec tous les efforts déployés par notre lider maximo verde élyséen pour défendre les champions du nucléaire français, se laisser berner par une bande d’activistes, il fallait oser!

Evidemment, chacun y est allé de sa petite phrase: C’est un acte «assez irresponsable», a dit le VRP en chef du nucléaire. Son conseiller spécial à l’Elysée, Henri Guaino, a utilisé le même vocabulaire. Quand à Eric Besson, il s’est fait surprendre en pleine interview à France-Info, un peu emmerdé de ne pas avoir plus d’informations: «Ça me surprend parce que nos centrales sont bien gardées.» 

Alors, irresponsable ou salutaire? L’opération rondement menée par les activistes de Greenpeace aura au moins eu un effet: montrer que n’importe qui, déguisé en pacifiste, peut pénétrer sur un site nucléaire français. Dans le jargon atomique, on appelle ça un stress test, dont l’effet sera immédiat: la sécurité anti-intrusion sera probablement renforcée dans les sites nucléaires, et c’est une bonne nouvelle!

A suivre?

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , ,