Batteries de voitures électriques: on réutilise ou on jette?

Posté le 6 déc 2011 dans la catégorie:A la Une. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

© D.Dq

© D.Dq

Que faire des batteries de voitures électriques (VE) quand elles auront atteint leur fin de vie, après une dizaine d’années d’utilisation? Si la question peut surprendre alors qu’il n’existe quasiment pas de marché de la voiture électrique, de nombreux organismes publics et privés américains planchent déjà sur le sujet. Avec le constat suivant: une batterie au lithium réformée après dix ans affiche encore 80% de sa capacité initiale. Peut-on s’en resservir au lieu de se coltiner un recyclage coûteux? Faut-il d’ores et déjà modifier la conception de ces batteries pour en faciliter la réutilisation? La Mission scientifique du consulat de France à San Francisco publie une étude sur les travaux en cours aux Etats-Unis. En voici un court résumé.

Selon les calculs de référence, il y aurait un peu plus de 1,2 millions de batteries produites en 2020 aux USA, qui se retrouveraient donc (pour les trois-quarts d’entre elles) disponibles pour un second usage, stationnaire, en 2030. Car l’autonomie déjà limitée des voitures électriques sera amputée de 20% au bout de dix ans, de quoi rendre les conducteurs anxieux.

Sur ce gros millions de batteries, un peu plus de cinq cent mille ont une capacité correcte (10 kWh pour les modèles issus d’hybrides rechargeables, 20 kWh pour ceux des VE, compte-tenu de leur capacité altérée par dix ans d’utilisation). Ce qui donne une capacité de stockage annuelle de 5,4 GWh (6 GWh si on tient compte des petites batteries des voitures hybrides). Cela paraît peu à l’échelle de la consommation électrique des Etats-Unis, mais qu’on ne s’y trompe pas. En matière d’énergie, un peu de stockage peut faire jusque des miracles. Coupler un ballon d’eau chaude à des panneaux solaires multiplie par cent l’efficacité de ces derniers, et pour cause: sans stockage, le panneau ne sert que si on se lave quand le soleil est déjà haut sur l’horizon…

Pour l’électricité, c’est la même chose, et les centrales solaires à concentration en projet et en construction dans le sud-ouest américain sont équipées d’un stockage de chaleur qui leur permet quelques heures de production après le coucher du soleil, ce qui augmentera fortement leur rentabilité.

L’avantage des batteries pour le stockage d’électricité est leur réactivité, aussi bonne que celle d’une turbine hydraulique. Leur inconvénient est avant tout leur prix. D’où l’idée de les récupérer —quasiment gratuitement— pour leur donner une seconde vie en appui de sources de production intermittentes. Ou pour servir de bretelles à une installation domestique, en cas de coupure de courant. Le problème est évidemment de collecter ces batteries, de les tester (25% environ ne seront plus utilisables) et d’en faire des installations cohérentes. Pour financer tout cela —et peut-être contribuer au développement de la VE— en donnant une valeur de revente aux batteries qui serait acquitté par la seconde génération d’utilisateurs. Mais là, du coup, ces derniers risquent de ne plus être intéressés… Bref, le serpent se mord la queue.

En attendant, ça gamberge pas mal dans les chaumières californiennes, et c’est tant mieux. Parce que si la voiture électrique se développe, ce sera rapidement des dizaines de millions de batteries dont il faudra se débarrasser de la manière la plus intelligente possible. Le concours à idées est lancé.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , ,

Lire également

11 Réponses pour “Batteries de voitures électriques: on réutilise ou on jette?”

  1. Glop75 dit :

    J’attendais un article sur ce sujet depuis des lustres. Merci !

  2. Tilleul dit :

    Oulah vous m’avez obligé à replonger dans mes archives !

    Ca fait longtemps que la réutilisation des batteries pour le réseau fait partie du business model de Renault dans l’électrique.

    http://www.fondation-tuck.fr/pdf/SeminaireIdees-Batteries-Metal-Air_30-03-2010/Batteries-metal-air_J-Perrin.pdf

    (slide 23 et 24)

  3. [...] Batteries de voitures électriques: on réutilise ou on jette? Que faire des batteries de voitures électriques (VE) quand elles auront atteint leur fin de vie, après une dizaine d’années d’utilisation? Source: effetsdeterre.fr [...]

  4. Corbion dit :

    Mettre le paquet…
    Le jour où les grands groupes industriels du secteur automobile décideront de mettre le paquet …
    Je parie alors sur des progrès très rapides.

    En attendant, c’est General Motors qui innove avec le lancement d’un véhicule à mi-chemin entre le mode hybride et le mode électrique.
    Cette voiture possède des batteries pour rouler tout électrique pendant 60 à 80 km. En complément, elle est dotée d’un petit moteur essence 1,4 l. de 86 ch qui, lorsque c’est nécessaire, prend le relais pour alimenter en énergie le moteur électrique avec une autonomie d’environ 500 km. Une conception que l’on taxe d’hybride puisqu’elle permet de rouler « électrique » sur de petits parcours en semaine, et d’affronter des trajets plus longs sans craindre la panne de batterie.
    ( consommation de seulement 1,2 l/100 km )
    Surtout, elle montre que dans ce domaine de l’hybride, les constructeurs ont devant eux un large potentiel de recherche et de développement.
    Encore faut il qu’ils le veuillent…

    • toxymoron dit :

      GM, c’est cette banque qui a fait faillite il y a trois ans, après avoir trop parié sur les emprunts pour véhicules?
      GM, c’est cette entreprise qui avait inventé tout seul il y a 20 ans le véhicule électrique pour des raisons de taxation, et a donné tout son savoir faire aux Chinois car cela n’avait plus aucune utilité?

      C’est sûr qu’avec des grands groupes comme cela, le progrès va être rapide. Le problème de leur dernier modèle, c’est que les Etats-Unis ne disposent ni d’assez d’électricité ni d’assez d’essence pour cela. A quoi bon d’avoir deux moteurs si l’on ne peut alimenter aucun?

    • Nimch dit :

      « dotée d’un petit moteur »

      Petit ? Avec 86 canassons qui courent devant ? Qu’est-ce qu’on est loin d’une quelconque solution globale…

  5. Snapback Hats dit :

    Selon les calculs de référence, il y aurait un peu plus de 1,2 millions de batteries produites en 2020 aux USA

  6. patricedusud dit :

    Question : Les matériaux et notamment le Lithium utilisés dans les piles sont-ils recyclables et à quel coût carbone dans de nouvelles batteries?
    Si oui pourquoi pas les réutiliser dans de nouvelles batteries plutôt que de prolonger la vie de batteries de deuxième ordre?
    Je ne suis pas spécialiste de la question mais en tout cas ces déchets ne sont pas radioactifs pour des siècles et des siècles….

    • Tilleul dit :

      La seule différence entre une batterie et une bombe c’est que la première libère son énergie plus lentement… Pour une application mobile comme la voiture il y a des règles strictes à respecter qui font qu’on doit se débarasser de batteries qui sont toujours en état de marche. Maintenant si utiliser une batterie qu’on aurait jeté pour une autre application ce n’est pas du recyclage, alors je me demande vraiment ce qui peut l’être !

      La démolition d’un truc qui marche pour en récupérer les matières premières c’est vraiment la dernière des dernières des dernières des choses à faire dans le cycle de vie d’un produit.

  7. BMD dit :

    Ces déchets ne sont pas radioactifs, mais une partie en est chimiquement toxique à faible dose pour les êtres vivants pour l’éternité.

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.