Un océan de plastique vu du ciel, dans la capitale espagnole de la fraise © Google Earth

Vive la fraise de saison

Partager

Avec le temps estival qui règne sur la France depuis plusieurs semaines, les fraises locales ont envahi les étals. De quoi provoquer une forte baisse des cours. Si bien que les producteurs espagnols de la région de Huelva ont décidé mi-mai de cesser de récolter les baies, encore abondantes.

Pour cette région au Sud de l’Espagne, la fraise s’apparente à un véritable or rouge. Vue du ciel, la région semble par endroit tapissée de plastique: les fraisiers produisent 365 jours par an sous des tunnels de plastique, une production qui rapporte 400 millions d’euros, rapporte la BBC. Mais les producteurs espagnols ont désormais une sévère concurrence, notamment au Maroc. Récemment, une polémique a éclaté entre les producteurs des deux pays, les espagnols accusant les marocains d’utiliser du bromure de méthyle, un fongicide puissant mais aussi un puissant destructeur de la couche d’ozone. Ce qui leur confèrerait un net avantage sur le marché de la fraise.

En Espagne, le fongicide n’est —officiellement du moins— pas utilisé. En revanche, comme le note la BBC, les producteurs de fraise de Huelva auraient creusé illégalement un millier de puits, pour disposer d’assez d’eau pour l’irrigation. Des prélèvements qui privent d’eau le parc national de Donana, un des haut-lieux de la biodiversité en Espagne, classé au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. L’une des principales sources d’eau du parc aurait vu son alimentation baisser de moitié en trente ans. Interrogé par la BBC, un responsable environnemental de la province de Huelva conteste la vision des organisations écologistes: «Il ne s’agit pas d’extraction illégale de l’eau. Il s’agit d’une période de transition qui conduira à la légalisation et à la réorganisation des terres». Les autorités s’apprêteraient à fermer 900 puits et à amener l’eau d’ailleurs. Pendant ce temps, en Murcie, les producteurs de laitues ont décidé de ne plus récolter leurs salades, les cours s’étant effondrés: habitués à les vendre 10 à 12 centimes d’euros pièce, ils ne peuvent en tirer plus de 3 centimes aujourd’hui.

2 commentaires

  1. Savez-vous avec quoi les fraises se protègent contre les attaques microbiennes ?
    En sécrétant du parahydroxybenzoate de methyle appellé aussi communément le méthyl paraben Le produit est donc contenu dans la fraise à des doses comparables à celles que l’on retrouve dans les cosmétiques…

    1. Oui mais notre système digestif ne peut pas digérer les cosmétiques et éliminer les paraben.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.