Selon l’AIE, vent et solaire peuvent peser lourd dans la production électrique

Posté le 25 mai 2011 dans la catégorie:Lecture. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Intégrer de fortes proportions d’énergies renouvelables dans le mix de production électrique? C’est possible, sous certaines conditions, annonce l’Agence internationale de l’énergie, dans un rapport publié cette semaine. Les experts de l’AIE se sont penchés sur huit pays ou zones économiques pour déterminer la part de sources d’énergies variables, comme l’éolien et le solaire, qui pourraient être injectées dans destabiliser les réseaux.

Sans surprise, le Danemark pourrait être le champion du renouvelable: son mix énergétique pourrait accepter 63% d’énergies renouvelables intermittentes. La zone scandinave vient derrière avec 48%, devant l’Ouest des Etats-Unis (45%), les îles britannique (Grande-Bretagne et Irlande) 31%… En bas du tableau figure bien évidemment le Japon, avec un taux maximal de 19%, en raison de l’absence totale d’interconnexions entre ses réseaux de distribution électrique, qui n’utilisent pas la même fréquence de courant alternatif. La France et l’Allemagne ne figurent pas dans le panel de régions étudiées par l’AIE.

Bien évidemment ces taux de pénétration élevés (19% pour le Japon, ce n’est pas rien) ne sont possible qu’à condition d’améliorer les réseaux électriques, et les interconnexions entre certains pays. Fidèle à sa culture libérale, l’AIE prévient aussi qu’il faudra «assouplir» les marchés de l’énergie, pour favoriser les échanges entre pays voisins. En 2010, le Danemark a produit 10% de son électricité avec du vent, quand l’Espagne affichait 14%.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , ,

Lire également

7 Réponses pour “Selon l’AIE, vent et solaire peuvent peser lourd dans la production électrique”

  1. Energie : le nouvel eldorado industriel ?…

    Lu sur Effet de Terre : Selon l’AIE, vent et solaire peuvent peser lourd dans la production électrique. Les experts de l’AIE ont évalué la part maximale d’énergies renouvelables variables (solaire, éolien) qui pourrait être injectée dans les réseaux…

  2. Pierre Allemand dit :

    Je me demande si le Danemark n’a pas un peu oublié l’objectif premier de l’éolien qui est de réduire les émissions de CO2 et la dépendance au fossile..
    En effet, le taux d’émission par habitant du Danemark est passé de 9,68 t/an en 1990 à …9,70 t/an en 2007.
    Bel effort, pour un résultat nul. (source : http://www.statistiques-mondiales.com/ue_co2.htm)

    Je ne suis pas convaincu que c’est un exemple à suivre…

  3. Simon Gaillard dit :

    ( En Province, en sortant d’un entretien d’embauche ds un Conseil Général pour réduire les factures d’énergie, payé 12 x 1 500 … )
    L’AIE parle t-elle des centrales cogénération au bois ? Vous savez, le truc qui produit de la chaleur et de l’électricité en même temps, sans intermittence.

    • toxymoron dit :

      Pour produire de l’électricité avec de la chaleur, il faut une turbine, donc nécessairement ‘des gros monstres’. Peu de chances de voir une chaudière de plusieurs mégawatts alimentée en bois. Ensuite, la cogénération de la chaleur exige une consommation « locale » de cette chaleur, donc une centrale en centre ville, pour ainsi dire.
      Du coup, la cogénération (sous toutes ses formes) a quasiment disparu du paysage, et les centrales modernes affichent des rendements nettement plus exécrables que leurs sœurs ainées d’il y a 50 ou 60 ans. C’est ça aussi, le progrès.

      • Tilleul dit :

        On est pas capable de faire des cogénérations biomasse de quelques MW ? Vous rigolez ou quoi ? Et les appels d’offres CRE c’est pour faire quoi alors ? Des lignes de production de marshmallows ?

        http://www.usinenouvelle.com/article/filiere-biomasse-32-projets-retenus-par-la-cre.N125009

        Au passage c’est tout le contraire, la cogénération et la production distribuée deviennent des solutions de plus en plus standard… Trouvez donc une seule centrale électrique sans cogénération qui fonctionne avec plus de 80% d’efficacité…

        • toxymoron dit :

          Quand je vois « biomasse », je pense « kW », et « production individuelle », et là, la cogénération ne ‘tient’ pas.
          Mais je suis ravi d’avoir mis en tort, et d’apprendre que toutes ces petites centrales de cogénération vont voir le jour.
          Finalement, nous sommes d’accord: les centrales de hier et celles de demain affichent des rendements de 80% ou plus grâce à la cogénération. Ce ne sont que les centrales d’aujourd’hui qui affichent des rendements exécrables à 35%, et qu’il convient de remplacer au plus vite.

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.