L’industrie électrique allemande favorable à la sortie du nucléaire

Par Denis Delbecq • 25 mai 2011 à 10:08 • Categorie: En chiffres

Angela Merkel a enfin mis une concession sur la table. La chancelière allemande négocie avec les producteurs d’électricité, pour leur faire admettre qu’une sortie du nucléaire d’ici 2022 est possible. Et elle a une arme imparable: selon la presse allemande, le gouvernement se prépare à abandonner la taxe sur l’énergie nucléaire qu’il avait imposé aux producteurs, en échange d’une prolongation de la durée de vie des centrales. Une dîme annuelle de 2,3 milliards d’euros qui amputait fortement la rentabilité des industriels. Ceux-ci sont désormais officiellement favorables au calendrier de sortie du nucléaire imposé par Merkel.

Depuis Fukushima, le nucléaire est mal en point en Allemagne. Le gouvernement a ordonné la fermeture immédiate de sept centrales âgées. De plus, six réacteurs sont en arrêt pour maintenance: seuls 4 des 17 réacteurs allemands produisaient de l’électricité ces derniers jours. Trois devraient reprendre du service au cours des jours qui viennent. Selon une note de la Barclays Bank, l’Allemagne a accru l’usage du lignite et le recours aux importations d’électricité nucléaire depuis la France (et charbonnière depuis la oOlogne), pour compenser la faiblesse de sa production intérieure. En milieu de journée, l’Allemagne redevient exportatrice, avec des installations solaires qui délivrent 6000 MW grâce au beau temps qui sévit sur l’Europe.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , ,