Russie et Japon, une si belle histoire d’amour nucléaire

Posté le 4 avr 2011 dans la catégorie:L'idée. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Comme vous le savez, le Japon se coltine un épineux problème avec des milliers de tonnes d’eau radioactive. Mais au Japon, on a de la mémoire. Et on se rappelle que le pays avait financé pour 35 millions de dollars la construction en 2001 d’une installation flottante capable de décontaminer les eaux radioactives des vieux sous-marins nucléaires de l’ère soviétique. Alors les autorités ont demandé à Rosatom de lui refiler l’usine, rapporte l’agence Ria Novosti. Les pourparlers devraient aboutir rapidement, a confirmé un porte-parole de Rosatom: «Nous sommes prêts à aider nos amis comme ils nous ont aidé autrefois». C’est vraiment dans l’adversité qu’on reconnaît ses amis…

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , , , , , , , ,

Lire également

3 Réponses pour “Russie et Japon, une si belle histoire d’amour nucléaire”

  1. Ratmanoff dit :

    Une bonne nouvelle, qui nous confirme que le nucléaire devrait avoir une ossature mondiale , comme la recherche par exemple.

    • elfe dit :

      une ossature sur ? le sérieux des ingénieurs qui fabriquent des machines incontrolables ?
      je cite
      5) Enfin, la puissance résiduelle du coeur est supérieure à celle du coeur tout UO2, ce qui est défavorable pendant la gestion des phases long terme des accidents (évacuation de la puissance résiduelle).  »
      http://resosol.org/Gazette/2001/189_190_11.html
      en clair, tchernobyl c’est 180 tonnes d’uranium. fukushima 24 fois plus potentiellement. dont du MOX dans le réacteur 3. Et l’uranium met 6 ans à refroidir, contre 100 pour le MOX. c’est qu’ils n’ont pas fini de pomper les shadocks japonais !
      la seule solution VIABLE (sauf pour les suicidaires) , c’est de se tourner vers les alternatives renouvelables et démanteler au plus vite le fruit de cerveaux assez malades pour fabriquer un truc qui va laisser des déchets dangereux à gérer aux générations futures. 100 ans de piscine pour le mox……sans compter l’énergie à trouver pour vitrifier et trouver un endroit sûr…….240 000 ans de nocivité ! c’est de la folie pure

  2. [...] le Landysh, une usine flottante de décontamination qu’ils avaient offert aux russes (lire Russie et Japon, une si belle histoire d’amour nucléaire), soit l’eau sera rejetée, au compte-gouttes, dans la mer pour diluer son impact. [...]

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.