Moins de froid, moins de banquise

Posté le 12 jan 2011 dans la catégorie:En bref. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Pendant que l’Europe pleurait l’abondance de neige, l’océan Arctique a surtout connu un coup de chaud en décembre.

Surface de banquise depuis le début des observations par satellite © NSIDC

Surface de banquise depuis le début des observations par satellite © NSIDC

Les années se suivent et se ressemblent dans l’Arctique. Le Centre américain de données sur la neige et la glace (NSIDC) a publié son analyse de la situation de la banquise pour décembre 2010. Alors que l’Europe connaissait le froid et la neige, des températures très élevées pour la saison ont freiné la formation de glaces de mer.

La courbe parle toute seule. La surface de banquise arctique mesurée par satellite a connu son plus faible niveau pour un mois de décembre depuis le début des observations, en 1979. Une situation qui s’explique par des températures très élevées pour la saison dans de nombreuses région de l’Arctique: sur l’Est de la Sibérie, il a fait, en moyenne mensuelle, 6 à 10°C de plus que la normale; 6°C aussi d’excès sur les Baies de Baffin et de Hudson; 10°C de plus sur le sud de l’île de Baffin. En revanche, sur la frontière entre l’Alaska et le Ykon, la Scandinavie et le centre nord de l’Eurasie, les températures de décembre étaient inférieures de 4 à 7°C à la normale saisonnière.

Selon le NSIDC, les anomalies chaudes s’expliquent par la libération de chaleur par l’océan Arctique dans des régions qui ont beaucoup perdu de banquise l’été dernier, et par une circulation atmosphérique modifiée par une phase négative —et de grande ampleur— de l’oscillation climatique Arctique. Le résultat est la descente de l’air froid vers le sud qui s’est chargé d’humidité sur sur l’Atlantique, apportant froid et neige sur l’Ouest de l’Europe. A l’inverse, de l’air chaud est remonté vers le Nord de la planète. Ces anomalies sont très visibles sur la carte fournie par le NSIDC.

Anomalies de température  (°F) relevée au dessus de l'Arctique en décembre 2010 © NSIDC

Anomalies de température (°F) relevée au dessus de l'Arctique en décembre 2010 © NSIDC

Les graduations de l’écart de température vis à vis de la normale saisonnière en degrés Farenheit correspondent respectivement à:

12°F <=> 7,2°C
8°F <=> 4,4°C
4°F <=> 2,2°C

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , ,

Lire également

14 Réponses pour “Moins de froid, moins de banquise”

  1. GML dit :

    Et alors ? Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ?
    Quelle conclusion doit-on en tirer ? Est-ce grave, docteur ?

    • Robert dit :

      C’est une très mauvaise nouvelle, lourde de conséquences à long terme.

      • GML dit :

        « Lourde » en quoi.
        Toute variation climatique au cours des âges a eu de « lourdes » conséquences (il y a eu un refroidissement de 20 ans avec Seine et Manche gelée en 1700 et des milliers de morts).

        En quoi devrait-on s’alarmer d’un réchauffement qui apporte peut-être plus d’avantages que d’inconvénients, notamment en Europe ?

        • planche dit :

          ah oui lesquels?

          • Nimch dit :

            Sea, sex and sun ?

          • GML dit :

            Moins de chauffage, climat plus agréable, meilleures récoltes, passage du commerce par le nord au lieu de faire le tour de l’Afrique et de l’Amérique, moins de morts de froids, … entres autres.

            Un refroidissement du climat aurait aussi certainement d’autres avantages (moins d’insectes l’été, plus de neige pour les stations d’hiver basses, baisse du niveau des mers (bon pour les Pays-bas), etc…

            Pas de quoi voir le ciel nous tomber sur la tête ou alors l’homme a besoin d’une menace permanente en face de lui pour « combattre ».( déluge, communisme, capitalisme, peur du bug de l’an 2000, des maladies, de la mort,…)

        • VG dit :

          On peut dire aussi :
          - plus de climatisation, climat moins agréable en été, moins bonnes récoltes du fait de la chaleur, perturbation des chaînes alimentaires … entre autres.

          • GML dit :

            On peut aussi. Ca dépend de ce qu’on veut voir dans le verre : à moitié plein ou à moitié vide ?

    • Denis Delbecq dit :

      C’est une nouvelle qui est dans la lignée des observations et des prévisions sur l’évolution de notre climat. Cela laisse penser que cet effet boule de neige est bien en train de se produire. Plus de fonte en été, moins de glace en hiver, donc moins de glace en été, etc. On verra dans une dizaine d’années s’il y a accélération du phénomène ou pas comme certains spécialistes de la banquise le pensent.

  2. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par Phil dp. Phil dp a dit: Moins de froid, moins de banquise | Effets de terre – http://bit.ly/fWCmeg [...]

  3. Robert dit :

    GML

    «  » » »Moins de chauffage, climat plus agréable, meilleures récoltes, «  » » »

    Rien n’est moins certain surtout pout la France d’après météo France l’année 2010 est la plus fraîche depuis 1987 d’après les agriculteurs qui vient autour de moi, les récoltes n’ont pas été bonnes.

    «  » » »Pas de quoi voir le ciel nous tomber sur la tête «  » » »

    Je pense que le risque que nous allons faire courir aux générations futures vous passe à 10000 pieds au dessus de la tête du moment qu’on ne vous oblige à rien qui puisse vous déranger.

  4. yan13 dit :

    Heu…..N’y a t-il pas une petite « coquille » dans la conversion des degrés F en C ?

    12°F = – 11 ° C
    4°F = – 16°C

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.