La diplomatie américaine en VRP des OGM

Posté le 5 jan 2011 dans la catégorie:A la Une. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Pour être diplomate américain en Europe, il faut sans doute aimer les OGM. C’est ce qui ressort d’une série de télégrammes diplomatiques révélés ces dernières semaines par Wikileaks. On y découvre des officiels très soucieux d’anticiper la position de l’Union européenne, qui tient à préserver son exception culturelle en matière de bio technologies.

Le 14 décembre 2007, la France sort de son Grenelle de l’environnement. L’Ambassadeur américain à Paris Craig Stapleton adresse un message au Département d’Etat. Il esquisse la position qui semble s’être dégagée en France sur les OGM, et notamment la suspension de l’autorisation de cultiver le maïs transgénique MON810 de Monsanto. «Tout aussi néfaste est le soutien apparent français au « principe de précaution »», écrit l’ambassadeur, rappelant que Nicolas Sarkozy a rejeté une recommandation de la Commission Attali sur la compétitivité, qui préconisait de renoncer à l’inscription de ce principe gravé sous Chirac dans la Constitution française. Craig Stapleton souligne aussi que la France, avec l’Autriche et l’Italie, joue un rôle clé sur le dossier des organismes génétiquement modifiés. Il souligne que le gouvernement français et la Commission [européenne] insistent sur le fait que leurs actions «ne doivent pas alarmer [les Etats-Unis], puisqu’il s’agit d’interdire la culture mais pas les importations [d'OGM]». L’ambassadeur américain rappelle néanmoins qu’il s’agit d’une première étape pour les anti-OGM qui s’attaqueront ensuite au dossier des importations. De quoi nécessiter une riposte au cas où, selon l’ambassade américaine, et donc s’y préparer: «Nous recommandons de dresser une liste de représailles ciblée qui produirait quelques effets douloureux sur l’ensemble de l’UE puisqu’il s’agit d’une responsabilité collective, mais une liste qui se focalise en partie sur les plus importants coupables. Mais cette liste devrait être mesurée —et non vicieuse— et durable à long terme car nous ne devons pas nous attendre à une victoire rapide.» Si la France peut se sentir en première ligne, le menu de ces représailles n’a pas été dévoilé…

Bien évidemment, l’Espagne occupe aussi une position clé pour la stratégie américaine de soutien à ses industriels des biotech sur le continent européen. Parce qu’à côté de ses partenaires de l’UE, Madrid est un véritable havre de paix pour les OGM: en 2009, les trois-quarts du maïs espagnol étaient produits à partir de semences transgéniques. Mais Washington a eu chaud, car avec l’arrivée surprise des socialistes au pouvoir en mars 2004, les anti-OGM risquaient de s’engouffrer dans les arcanes du pouvoir espagnol. Chez les édiles du Parti Populaire (PP) de José Maria Aznar, sorti du jeu par les socialistes de Zapatero, on veut rassurer Washington, rapporte un câble de l’Ambassade américaine à Madrid de décembre 2004. Miguel Arias Canete, un porte-parole du PP, a assuré ses interlocuteurs américains du soutien de son parti pour «faire du lobbying auprès des membres du Parti Populaire [européen] au Parlement européen». En mai 2009, les diplomates américains s’inquiètent de l’impact sur les semis en Espagne de maïs transgénique MON810 de Monsanto en raison d’une «campagne bien coordonnée pour obtenir l’interdiction de culture des OGM en Europe». Campagne renforcée par l’interdiction de culture de cette semence décidée par l’Allemagne, et par le dépôt de projets de loi interdisant le MON810 devant les parlements Basque et Catalan. L’ambassade rappelle l’adage des défenseurs des biotechs, qui savent à quel point l’Espagne est une citadelle pour la culture des OGML en Europe: «si l’Espagne tombe, toute l’Europe suivra». Mais cinq mois plus tard, les diplomates américains semblent avoir retrouvé le sourire: Le 16 octobre 2009, un autre câble de l’ambassade US à Madrid annonce à Washington que les «factions anti OGM» perdent du terrain au ministère espagnol de l’environnement.

A noter enfin, que Washington s’intéresse aussi à la position du Vatican. Un télégramme rapporte des conversations entre des officiels du Saint-Siège et des représentants américains. Le mot d’ordre est, pas d’inquiétude: les représentants du Pape ne semblent pas loin de penser que les aspects de sécurité sanitaire et scientifiques des OGM «sont des non-sujets». Le Vatican ne manifestait d’intérêt que pour les conséquences économiques des biotechnologies, par peur «qu’elles ne rendent les pays en développement plus dépendants de l’extérieur ou qu’elles servent simplement à enrichir des multinationales.»

NB: Cet article a été écrit pour le compte du site internet du mensuel de Terra Eco. Il est reproduit ici avec son autorisation.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , , , , ,

Lire également

4 Réponses pour “La diplomatie américaine en VRP des OGM”

  1. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par Ecologie_FR, Denis Delbecq. Denis Delbecq a dit: La diplomatie US en VRP des OGM… http://bit.ly/gJzj2O et sur Terra Eco (abonnés): http://bit.ly/ePFNiM [...]

  2. Bravo pour votre travail! Sachez que nous les Brésiliens ont beaucoup d’estime et d’admiration pour la nation française. Je suis un résident de Rio de Janeiro et travaille comme consultant en environnement. Beaucoup de succès!
    Newton Almeida ENVIRONNEMENT AMBIENTE RIO DE JANEIRO
    http://www.limpezariomeriti.blogspot.com

  3. [...] via La diplomatie américaine en VRP des OGM | Effets de terre. [...]

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2014 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.