Le monde, usine à fabriquer des pauvres

Posté le 26 nov 2010 dans la catégorie:Coup de gueule. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Développement? Quel développement? Le dernier rapport de la Commission des Nations-Unis pour le commerce et le développement (CNUCED) dresse un bilan très noir de ces quarante dernières années. Le nombre de pays très pauvres a doublé, et le nombre d’humains qui vivent sous le seuil de pauvreté a doublé, mais en seulement trente ans.

La bonne nouvelle, c’est que les pays les moins avancés (PMA) ont un peu mieux résisté que prévu à la crise économique de ces dernières années. La mauvaise, c’est que leur situation est nettement pire qu’il y a quarante ans. Pendant les années de forte croissance économique (7% en moyenne annuelle dans les PMA entre 2002-2007), le nombre de personnes qui vivent dans une extrême pauvreté a… grimpé de 3 millions par an. Elles étaient 421 millions en 2007 (soit la moitié de la population des pays les plus pauvres), deux fois plus qu’en 1980.

Pendant les années d’expansion, la dépendance des pays les plus pauvres en produits de base, notamment alimentaires, s’est accrue. En 2002, ils importaient pour 7,6 milliards de dollars US de nourriture. En 2008, la facture a grimpé à 24,8 milliards (et la FAO est pessimiste pour 2011, annonçant de fortes hausses, notamment pour les céréales). Et les exportations —de plus en plus dépendantes des cours des matières premières— souffrent particulièrement de la crise: en 2009, elles ont chuté de 29%, et le PIB par habitant a baissé dans 19 des 42 pays les moins avancées l’an dernier! Et 27 PMA ont connu un processus de désindustrialisation entre 2000 et 2008. Au passage, notons que les PMA ont subi cinq fois plus d’événements météorologiques extrêmes en 2000-2010 qu’en 1970-1979… Vous savez, le réchauffement climatique dont tout le monde se moque.

En 2000, la communauté internationale, réunie au sein de l’ONU, s’était engagée à se mobiliser sur huit «objectifs du millénaire» d’ici 2015, dont la réduction de moitié des populations qui vivent dans une extrême pauvreté. C’est raté, seuls les progrès en matière d’éducation sont importants. L’accès à une eau potable n’a pas évolué non plus dans les PMA. D’ailleurs, peu de choses ont changé depuis 2000… Il faut dire que les pays occidentaux sont particulièrement hypocrites sur le sujet. A commencer par l’Union Européenne qui, contrairement à ses engagements l’an dernier, a prélevé dans son Aide publique au développement, pour financer des programmes d’adaptation climatique dans les pays pauvres. Laquelle aide publique atteint 0,09% du PIB des pays riches (contre 0,05% en 2000)… alors que ces derniers s’étaient engagés à faire grimper leur aide publique aux PMA à au moins 0,15% de leur PIB. Il a manqué 23 des 60 milliards prévus pour 2000-2008 pour les pays les plus pauvres. Mais loin d’accuser les pays riches, les experts de la CNUCED soulignent le peu de progrès réalisés par les PMA, et notamment le manque d’action des Etats. L’organisation onusienne préconise un large ensemble de mesures pour relancer les aspects économiques des objectifs du millénaire, et notamment l’adoption de mesures de taxation pour éviter la spéculation sur les produits de base. Un long résumé du rapport est disponible en français.

Repères

La Liste des pays les moins avancés, selon le rapport 2010 de la Cnuced.

Afghanistan, Angola, Bengladesh, Bénin, Bhoutan, Burkina Faso, Burundi, Camboddge, Centrafrique, Tchad, Comores, RDC, Djibouti, Guinée équatoriale, Erythrée, Ethiopie, Gambie, Guiné, Guineé Bissau, Haiti, Kiribati, Laos, Lesotho, Liberia, Madagascar, Malawi, Maldives, Mali, Mauritanie, Mozambique, Myanmar, Népal, Niger, Rwanda, Samoa, Sao Tome et Principe, Sénégal, Sierra Leone, Iles Solomon, Somalie, Soudan, Timor, Togo, Tuvalu, Ouganda, tanzanie, Vanuatu, Yemen et Zambie.

Deux pays sont «récemment» sortis de cette liste: le Botswana en 1994, et le Cap Vert en 2007. La Guinée Equatoriale devrait en sortir après un vote en Assemblée générale de l’ONU. Les îles Samoa ont tellement souffert du tsunami que leur statut de PMA a été prolongé jusqu’en 2014. Les Maldives ne profiteront plus de ce statut dès le premier janvier prochain.

Critère d’appartenance à cette liste

• un produit intérieur brut par habitant inférieur à 905 dollars par an (680 euros)
• un critère de fragilité humaine, basé sur l’indice de développement humain calculé, entre autres à partir de chiffres sur la manutrition, le taux de scolarisation dans le secondaire, le taux d’alphabétisation, etc.
• un critère de vulnérabilité économique, calculé à partir de l’instabilité de la production agricole, taux de population sans logement pour cause de catastrophes naturelles, instabilité des exportations, éloignement des circuits commerciaux, etc.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , , , , ,

Lire également

9 Réponses pour “Le monde, usine à fabriquer des pauvres”

  1. toxymoron dit :

    Bonjour,

    Paul Krugman (prix ‘Nobel’ de l’économie 2007) vient de parler deJonathan Swift (http://www.nytimes.com/2010/11/26/opinion/26krugman.html), pour un livre qui – hasard du calendrier – vient d’être réédité en français: « Une Modeste Proposition ».

    Swift suggère que pour lutter contre la pauvreté, les Irlandais devraient vendre leurs enfants comme nourriture aux riches. Ceux-ci ayant déjà dévoré les parents, il n’y a qu’un pas pour manger aussi les enfants.

    Krugman le cite pour illustrer le cas irlandais, mais ce billet illustre parfaitement la travestie qu’on appelle « le marché libre ».

  2. romu dit :

    Qu’on trouve dans la liste Haiti ou le Bangladesh ne surprendra personne, mais qu’on y trouve aussi les Maldives, avec tout le pognon que leur apportent les riches touristes, c’est assez surprenant. Ou alors c’est qu’il y a un bon gros dictateur qui détourne tout ça.

    • toxymoron dit :

      Est-ce que quelqu’un a une bonne explication pourquoi la République Dominicaine se porte relativement bien, et Haïti se porte très mal, et pourtant ils partagent la même île?

      • Rosalie dit :

        Oui, il y a tout un chapitre sur la question dans «Effondrement» de Jared Diamond. Il faut dire que le cas est très éclairant puisqu’il montre comment les choix sociaux et politiques peuvent conduire à des situations très différentes à partir des mêmes conditions écologiques initiales… Je n’ai pas le livre sous la main, aussi je ne voudrais pas me risquer à trop commettre d’erreurs en le citant de mémoire. C’est bien entendu lié à l’histoire respective des deux parties de l’île et je crois que le mercantilisme français qui a conduit une politique de mise en exploitation volontariste et intensive avec force importation d’esclaves alors que l’autre moitié de l’île végétait sous administration espagnole n’y est pas étranger.

        Vous devriez lire ce livre si vous vous intéressez à notre avenir écologique, il ne parle pas que d’Haïti et il est très instructif.

  3. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par NiQo, Denis Delbecq. Denis Delbecq a dit: le monde, usine à fabriquer du pauvre. http://bit.ly/gyd1iU [...]

  4. BMD dit :

    Par quel coefficient la population totale des pays pauvres a-t-elle été multipliée depuis 1980? Comment a évolué le critère pour distinguer les pauvres des riches et comment a évolué le rapport de ces deux catégories.

    La méthode de Swift, que les riches mangent les pauvres, épargnerait bien des souffrances à ces derniers, d’autant plus qu’ils se retrouveraient les premiers au Paradis. Et les riches étant devenus pauvres par absence de pauvres pourraient ensuite se manger entre eux. Le canibalisme règlerait bien des problèmes dans notre société: si les jeunes mangeaient les vieux cela règlerait par exemple le problème de la dépendance.

    Haïti a été la première république noire. Il n’y a donc pas que l’esclavage pour expliquer la différence avec la République Dominicaine. La société Haïtienne n’a semble-t-il pas su ou pas pu produire une organisation sociale démocratique, malgré l’instauration de la République. Et personne n’a vraiment cherché à l’y aider.

  5. gpiton dit :

    « …seuls les progrès en matière d’éducation sont importants. L’accès à une eau potable n’a pas évolué non plus dans les PMA. D’ailleurs, peu de choses ont changé depuis 2000… »

    Je crois que sur ce genre de sujet, il ne faut pas globaliser, mais regarder pays par pays et même région par région dans chaque pays. Le problème ne se résume pas au seul niveau d’aides financières du Nord vers le sud.

    Je connais la situation réelle dans le Sénégal, l’un des PMA (un indice de développement humain en amélioration, mais encore166 éme sur 182). Je participe, par l’intermédiaire d’une association montée avec des amis, au développement d’un village de brousse du sud Sénégal (pas d’eau courante, pas d’électricité, pas de route ni voiture, pas d’assainissement, etc…). Cette année, nous les aidons pour l’amélioration de leur sécurité alimentaire en finançant un champ collectif de Mil. La récolte a été très bonne, car dans cette zone soudo-sahélienne, le niveau de précipitations augmente régulièrement depuis 25 ans.

    Depuis 2000, au Sénégal, si l’on regarde globalement la situation, plusieurs indicateurs sont en amélioration, au moins jusqu’en 2007. Cela se retrouve dans http://www.uneca.org/tfed/events/arpmBrussels/documents/Senegal_%20Eval%20PA%20Bruxelles.pdf :
    Baisse du pourcentage de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté (bien qu’en milieu rural, cela reste encore à 48%), amélioration de l’électrification rurale (bien qu’encore 80% ne l’ont pas), amélioration de la scolarisation, dans la santé (surtout le paludisme, la vaccination des enfants, etc.), de l’accès à l’eau potable en milieu rural, etc…
    Pourtant, pour une grande partie de la population, la situation reste difficile avec une espérance de vie à la naissance de 52 ans, un taux de fécondité moyen de 5 enfants par femme, la malnutrition, de très nombreux Talibés, le déplacement des populations, le mauvais état des routes, etc…

    Le Sénégal est l’un des PMA recevant le plus d’aide officielle par tête d’habitant au monde (environ 100 eurodollars par habitant en 2004, presque un mois de salaire moyen). Mais la corruption est très présente et les aides sont trop centralisées autour de la capitale Dakar, parfois dans des dépenses inutiles. Il existe même un projet d’installation d’une centrale nucléaire…
    En plus, beaucoup de villages n’ont aucune confiance dans les politiques et l’administration.

    L’aide internationale ne se résume pas aux seuls états. Rien qu’au Sénégal, des centaines d’associations apportent leur soutien amenant une aide concrète et directe, pour l’éducation, les cases de santé, l’accès à l’eau potable, la sécurité alimentaire, l’amélioration du rendement des cultures, électrification, etc.

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.