Le cacao trahi par ses gènes

Par Denis Delbecq • 16 septembre 2010 à 12:20 • Categorie: En bref

On avait connu la formidable course pour le séquençage du génome humain, entre un consortium public international, et la firme privée Celera Genomics, qui s’était soldée par un match nul, avec avantage au privé. Cette fois, une course de fond —le décryptage du génome du cacao— n’échappera pas au privé: la firme Mars, roi de la confiserie, a annoncé l’achèvement de son projet, réalisé avec le Département américain de l’agriculture et IBM. Mars dame ainsi le pion à son concurrent Hershey, associé à de nombreux laboratoires publics d’une vingtaine de pays (coordonnés par le Cirad), explique le New York Times. Enfin, dame le pion, c’est vite dit, puisque le Cirad a annoncé hier avoir achevé son propre génome, mais ne fera pas plus de commentaire tant que les travaux ne seront pas publiés.

Mars ne s’est pas embarassé de ce respect des procédures scientifiques. En attendant la soumission de ses résultats —qui couvrent 92% du génome d’une variété de cacao— à une revue scientifique à comité de lecture, les partenaires ont d’ores et déjà lancé une base de données publiques, qui sera en libre accès. Un accès offert à une condition: il sera interdit de breveter toute innovation tirée de l’usage de ce génome.

Pourquoi cet intérêt pour cette plante qui pousse pour l’essentiel en Afrique? Evidemment pour permettre aux semenciers de mettre au point des variétés plus productives, ou plus goûteuses. Mais aussi, et surtout, pour découvrir le moyen de protéger le cacaoyer de résister à un champignon qui dévaste les plantations, comme au Brésil il y a quelques années.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , ,