Saumon Gargantua, en route pour les animaux OGM

Posté le 28 juin 2010 dans la catégorie:A la Une. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

De ces deux saumons du même âge, devinez lequel est OGM © AquaBounty

De ces deux saumons du même âge, devinez lequel est OGM © AquaBounty

Le frankenfish serait donc en marche. Selon le New York Times, l’administration américaine de l’alimentation et des médicaments (FDA)pourrait engager la phase finale de la procédure d’approbation d’un saumon transgénique dès l’automne. Cinq des sept chapitres du dossier d’autorisation déposé par la firme AquaBounty seraient d’ores et déjà acceptés par la FDA, a annoncé l’entreprise il y a quelques jours.

Ce saumon OGM comporte deux gènes introduit: l’un —tiré d’un salmonidé— stimule la production naturelle d’une hormone de croissance, et le second —tiré d’un autre poisson active le premier. Au final, selon AquaBounty, le saumon atteindrait sa taille de commercialisation deux fois plus vite que le même saumon élevé en pleine mer.

On notera avec intérêt que la source de l’information est bien l’industriel lui-même, entreprise qui a souvent fait preuve d’optimisme dans le passé sur la durée de la procédure d’agrément, note le New York Times. D’ailleurs, le saumon gargantua était déjà annoncé dès 2000, à l’époque avec une capacité à croître dix fois plus rapidement. Il était à l’époque vanté par AF Protein, la société qui a lancé les recherches d’AquaBounty. L’entreprise affirme qu’elle ne produit que des femelles stériles, et qu’elle ne produira pas les saumons dans un milieu naturel pour éviter tout risque de propagation de l’OGM dans l’environnement.

En principe, si la FDA donne son feu vert à l’issue de la procédure, le saumon devrait être commercialisé sous une paire d’années. Aquabounty vendra ses œufs OGM aux producteurs qui le souhaitent. Comme la procédure de commercialisation d’animaux OGM se fait —aux Etats-Unis— sous le même juridique que les médicaments vétérinaires, la FDA reste officiellement muette. Et il y a fort à parier qu’une grosse partie du dossier restera  secret à l’issue de la procédure. Et l’animal devrait être vendu sans mention spécifique, c’est du moins de cette manière que la législation américaine a été prévue. Un manque de transparence qui devrait provoquer une levée de boucliers aux Etats-Unis. Aquabounty,  combat toute idée de législation obligeant à indiquer la nature transgénique de ses saumons arguant qu’ils possèdent les mêmes caractéristiques nutritives que des saumons non modifiés. Mais dans un grand élan de générosité, la firme n’est pas opposée à l’idée d’un étiquetage volontaire de la part des producteurs… Qui parie là-dessus?

La seule bonne nouvelle dans cette affaire, c’est que le saumon gargantua aurait un métabolisme un peu plus efficace que son cousin sauvage (ou d’élevage). Il aurait besoin de 10% de nourriture en moins pour obtenir sa taille de commercialisation. Mais si c’est pour doubler la consommation de chair de saumon, cela n’aura servi à rien, et l’élevage augmentera un peu plus la pression sur les stocks de pêche dans les océans.

Reste la question de la sécurité environnementale de cette affaire. Pour le moment, les saumons sont élevés dans des «piscines», sans contact avec le milieu naturel. En Chine, les spécialistes envisagent même de créer des lacs artificiels à cet effet. Mais des experts mettent en doute la capacité d’un industriel, quel qu’il soit, à obtenir 100% d’animaux stériles. Certains chercheurs ont même évoqué l’hypothèse d’un «cheval de Troie génétique», en cas de contact entre les populations OGM et sauvage. Favorisés dans la compétition préalable à la reproduction par leur taille, les saumons pourraient donc transmettre leurs gènes alien aux populations sauvages. Un problème qui se poserait non seulement pour le saumon gargantua, mais aussi pour les dizaines d’espèces de poissons qui sont en ce moment trafiquées dans les laboratoires de recherche.

Je résume: du poisson élevé en piscine, dopés par des gènes « hormone de croissance », saupoudré quotidiennement d’aliments à la poudre de perlimpinpin et d’antibiotiques, mmmmh, tout ça avec des recettes industrielles gardées secrètes. Bon appétit les amis!

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , , ,

Lire également

4 Réponses pour “Saumon Gargantua, en route pour les animaux OGM”

  1. toxymoron dit :

    Bonjour,

    J’ai quand même l’impression que la différence principale entre ce saumon OGM et le bœuf aux hormones, c’est que le bœuf est végétarien (et encore, si on lui laisse le choix :)

    Qu’est-ce qu’il faut faire pour calmer cet ardeur de la fuite en avant?

  2. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par Jean-Yves Léger et Morgane Tual, Denis Delbecq. Denis Delbecq a dit: Saumon OGM: pour aujourd'hui ou pour demain? http://bit.ly/bvgTDI [...]

  3. [...] Gargantua, en route pour les animaux OGM Posted by Équipe Signes des Temps on June 28, 2010 Effets de Terre, 28 juin [...]

  4. Ratmanoff dit :

    ça devait arriver un jour, ce saumon est déjà une ‘découverte’ ancienne. Un jous le tour de l’humain viendra pour le meilleur et le pire…

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.