L’Etiquette-énergie colle au doigts, pas aux besoins

Par Denis Delbecq • 26 mai 2010 à 10:50 • Categorie: En bref

A Bruxelles, le Parlement européen a approuvé le projet de directive sur l’étiquetage des appareils. Comme prévu, au lieu de conserver les catégories A à G et de revoir les exigences associées à chaque note, les Eurodéputés créent des classes A+, A++ et A+++… Une petite victoire pour les fabricants qui pourront donc faire croire qu’un produit A est performant —on est content quand l’instit donne un A, non?— alors qu’il n’est finalement que moyen.

En France, l’UFC-Que choisir est monté au créneau mardi, en présentant les résultats d’une enquête sur ces appareils électroménagers. Ils montrent notamment que les appareils de classe G ont disparu, mais que la présence de cette lettre sur l’étiquette entretient la confusion sur la performance d’un simple A ou B. L’enquête souligne que les appareils A++ (les plus performants à ce jour) ne sont quasiment pas proposés au consommateur. Et l’UFC-Qu Choisir de protester contre le surcoût imposé au consommateur: Il faut dix ans pour amortir le surcoût d’un frigo-congélateur A+ (85 euros), et un temps… infini pour récupérer le sur-investissement dans un modèle A++ (220 euros)…

UFC-Que Choisir réclame l’instauration d’un bonus-malus sur l’électroménager. On pourrait peut-être faire plus simple, en appliquant une TVA à taux réduit sur les appareils les plus performants, non sans avoir imposé avant une baisse de prix aux fabricants qui mangent la laine sur le dos des consommateurs « verts ». ?

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , , ,