Une tuile pour le plan australien d’économies d’énergie

Posté le 16 fév 2010 dans la catégorie:En bref. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

La vie d’un ministre n’est vraiment pas de tout repos. Le pilote de la politique environnementale australienne vit un véritable enfer. Peter Garret, l’ex-chanteur de Midnight oil est sous le feu des critiques, l’opposition réclame même sa démission depuis qu’un homme est mort électrocuté en posant des panneaux isolants. Sa compagne, qui a tenté de le sauver, souffre de graves brûlures. Tous deux travaillaient pour une petite entreprise à isoler les maisons de ses clients. Un autre décès similaire était survenu il y a quelques mois.

Quel rapport avec le ministre, hormis qu’il avait eu la parole presque prémonitoire dans une de ses chansons, «Comment dormir quand nos lits brûlent », en 1987? Aucun, si ce n’est qu’il a lancé un ambitieux programme pour faire entrer l’isolation thermique dans les mœurs australiennes, apportant plus de deux milliards d’euros de subventions. Une aubaine pour bien des propriétaires ravis de réduire leurs factures de chauffage (et de clim’). Et pour des entreprises qui se sont ruées sur le marché. Le programme est aujourd’hui suspendu après l’émotion suscitée par les accidents mortels. 48000 maisons avaient été isolées dans ce cadre. 86 auraient brûlé depuis.

Visiblement, les installateurs ont été mal formés aux spécificités de la construction australienne. Car ils posaient les isolants à l’agrafeuse sur des toits tapissés de fils électriques. Electricité, agrafe métallique, le cocktail est mortel. Alors faites un petit effort de formation, amis australiens. Parce que c’est quand même le comble de mourir sous les toits.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , ,

Lire également

9 Réponses pour “Une tuile pour le plan australien d’économies d’énergie”

  1. Nimch dit :

    Jusqu’à la fin de l’article je me demandais comment on pouvait mourir électrocuté en posant de l’isolant… Qu’est-ce qu’ils sont cons… De l’isolant mince posé à l’agrafeuse : encore un truc super efficace avec une bonne durée de vie…

    • koen dit :

      As-tu compté le nombre d’éoliennes en France posées à moins de 12m de hauteur (hauteur limite pour éviter le permis de construire). Et c’est beaucoup plus cher et encore moins rentable que l’isolant mince. C’est aussi efficace que poser des panneaux photovoltaïques dans le garage, mais encore plus cher.
      A chaque pays ses bêtises marketing.

      • Nimch dit :

        Tout à fait. Ma critique ne prenait pas en compte la nationalité. Je suis persuadé que la connerie ne s’arrête pas au frontières.

  2. Ratmanoff dit :

    affligeant ! mais ces gens ont bien d’autres défauts … hélas

  3. BMD dit :

    C’est bien connu, les ENR ne présentent aucun danger, on connaît la chanson. Il y a aussi les ouvriers qui se tuent en tombant des éoliennes.

    • Denis Delbecq dit :

      BMD, vous me décevez. Prendre prétexte de ces morts absurdes sous les toits pour remettre la question des éoliennes sur le tapis. Mais bon, je sais bien qu’elle « charpente » votre discours ;-)

    • Nimch dit :

      Je vois pas trop le rapport… C’est quoi le lien entre isolation et ENR ? J’ai bien l’impression que votre intervention n’était là que pour taper un p’tit coup sur les ENR… C’est mal !

  4. Sarkophile de Tazmanie dit :

    Pour qu’il y ait moins de morts, passons-nous d’isolant!
    Pour ne pas grelotter, on a encore plein de charbon chinois pas cher.
    Et ça n’a jamais tué personne!

    Ou bien si, mais bon, mieux vaut 20000 chinois qu’un couple australien.

    Sinon: la peau de lapin, ça isole bien? C’est renouvelable, écolo, bio, et abondant en Australie.

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.