«Le bio est l’équivalent agricole des 4×4»

Posté le 27 nov 2009 dans la catégorie:Qui a dit?. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Le patron de Syngenta n’aime pas l’agriculture biologique. Et pour cause, elle empiète sur son business. La journaliste Kate Galbraith raconte sur son blog du New York Times que Michael Mack, n’a pas mâché ses mots lors d’une interview au quotidien américain. En gros, Mack reproche au bio d’utiliser 30% de surface agricoles supplémentaires pour produire la même quantité de nourriture. « Ce n’est pas seulement que l’agriculture n’est pas meilleure, c’est qu’elle est formellement pire », a expliqué le vendeur de phytosanitaires, de semences et d’OGM, ajoutant que les pesticides sont des produits sains, efficaces et sans danger pour l’homme et l’environnement, et qu’ils sont certifiés comme tels par les autorités sanitaires américaines (FDA). Mais bien sûr Michael Mack a démenti que l’activité de son entreprise puisse être menacée par le boom du bio, il pense à notre avenir. « Si toute la planète devait brutalement se convertir au bio demain, ce serait un désastre écologique ». Qu’ils se rassure, ce n’est pas à l’ordre du jour…

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , ,

Lire également

17 Réponses pour “«Le bio est l’équivalent agricole des 4×4»”

  1. Certifié par les autorités sanitaires américaines (FDA) ? Depuis quand as – t ‘on les preuves de l’objectivité dela Food Drug Administration ? Il faut vraiment être de mauvaise foi pour affirmer que les produits phytosanitaires sont sains.
    Qu’ils soient moins dangereux pour la santé que l’affirme certaines personnes, certes, mais « sains » et « sans danger pour l’homme et l’environnement » on attend toujours les preuves du contraire !

  2. koen dit :

    Mais il faut voir aussi qui parle.
    On peut dire la même chose en France. Tout produit qui a son AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) est par définition sain et sans danger pour l’homme – sinon il n’aurait pas obtenu son AMM.
    Que l’AMM soit accompagné de sévères restrictions et mises en garde n’est que rarement mentionné.

    Il a beau dire que le bio est formellement pire, il a toutefois oublié de définir ce qui est « bon » et ce qui est « mauvais », donc ce qu’il dit n’a strictement aucun sens et aucune valeur.

  3. mano dit :

    Désolé de contrarier les politiquement corrects d »effets de terre » et leur haine recuite pour les « agriculteurs ».
    S’il est vrai que les produits phyto-sanitaires ne sont peut-être pas excellents pour la santé de l’homme, il reste que le « tout biologique » prôné dans un enthousiasme idéologique à la mode reste une véritable ineptie.
    1- Ses rendements très faibles restent une injure faite aux gens qui n’ont pas de terre pour se nourrir. Nous avons un climat correct par rapport à d’autres. Utilisons le, si possible « raisonnablement ».
    2 – Je continuer de demander à voir les régiments de « gros bras » qui seront indispensables à une agriculture sans pesticides, sans désherbants, sans engins motorisés, ni pour les labours, ni pour le ramassage, ni pour les transports! Quand on sait que les agriculteurs français ne trouvent personne pour ramasser les fruits et légumes qu’ils produisent. (Ah! si…J’oubliais les travailleurs immigrés, si possible sans papiers par ce qu’ils sont…moins chers et que ça arrange bien le consommateur: « rien payer et rien foutre ») Lorsque l’on sait aussi la peine qu’il faut pour sortir les petits minets bien gentils et bien propres qui constituent une bonne part de notre jeunesse « élitiste » de leurs ordinateurs, de leurs souris et de leurs écrans high-tech, on peut douter de leur enthousiasme pour retourner à la « glèbe »et au manche de pelle!
    3 – Pourquoi ne parlez-vous pas, jeunes « geo-je-sais-tout », des conneries innommables d’une certaine agriculture biologique, comme par exemple les coccinelles importées de Chine destinées à bouffer nos pucerons, et qui a) ont éliminé nos coccinelles indigènes b)ne bouffent pas nos pucerons parce qu’elles ne les aiment pas- c) prolifèrent au point de devenir une gêne considérable pour tout le monde. Comme le deuxième exemple d’espèce invasive que vous citez dans ce blog, à savoir l’hurluberlu qui a décidé d’implanter le dromadaire en Australie et qui, défenseurs des petites bêtes aidant, ont proliféré au point de devenir une véritable nuisance (Ils n’en sont pas à leur coup d’essai, là bas: souvenez vous des lapins!).
    Alors ne croyez-vous pas qu’au lieu de préconiser des mesures « ayatolesques » tout comme ceci, tout comme cela, la sagesse consisterait peut-être à admettre qu’il faudra peut-être un peu de tout pour continuer à vivre?
    Et par la même occasion décider si le véritable problème de la planète, ce n’est pas plutôt et essentiellement la prolifération de l’homme. Mais ceci est une autre paire de manches, et là dessus, les suggestions et les débats ne submergent pas vos colonnes…

    • Marot dit :

      La météo avait annoncé un vente frais aujourd’hui.

      Il est arrivé,

      J’en suis bien aise.

    • Visant dit :

      Ne peut-on pas aussi appeler « connerie innommable » le fait de consommer en quelque 200 ans toutes nos réserves de pétrole (pétrole nécessaire à la fabrication des produits miracles phytosanitaires et aux tracteurs, camions et autres engins) sans mesurer les conséquences de tout cela sur notre environnement ? Tout cela relève de la prétention de l’homme à croire qu’il sait tout, qu’il maîtrise tout. Un peu d’humilité ne nous ferait pas de mal.
      Quant à la taille de la population mondiale, le débat est aussi présent sur ce site, même s’il suscite moins d’échanges que l’éolien et le nucléaire ;-). Sur le fond, si on avait été moins nombreux, l’épuisement des réserves de pétrole (et des autres ressources) aurait été atteint moins rapidement, mais tant qu’on ne se préoccupe pas de consommer moins que les capacités de renouvellement, on arrive dans le mur un jour ou l’autre de toute façon.

      • mano dit :

        Visant souligne le terme de « connerie innommable » le fait de consommer en quelque 200 ans toutes nos réserve de pétrole. C’est probablement exact. Mais à qui s’adresse-t-il?
        .C’est l’éternel problème de l’œuf et de la poule: – si cela s’est fait, c’est peut-être,entre autre, parce que cela a permis d’augmenter la population mondiale et maintenant, on s’aperçoit que c’est devenu nécessaire.
        Mon « humilité » de français nanti m’oblige à reconnaitre que, ne représentant qu’un petit 1% de la population mondiale, je suis parfaitement d’accord pour ne prendre qu’une douche par semaine au lieu de deux bains par jour, mais je ne vois pas pourquoi je porterais sur mes épaules tous les péchés du monde et serais tenu pour responsable de la future consommation phénoménale de pétrole de la planète, comme on l’entend trop souvent dans ces colonnes.
        Il existe dans le bassin du Nil un problème énorme de partage de l’eau de ce fleuve entre l’Égypte et six ou sept pays en amont. Pour l’instant la plupart de ces derniers sont trop pauvres pour consommer la part cette eau qui devrait leur revenir. Mais ces braves Chinois leur construisent « à l’oeil » des barrages et des réseaux de distribution. A l’oeil? Mon oeil! Les Chinois achètent aussi des terrains cultivables à tout va. Pas des terrains non arrosables. Vous me suivez bien ?
        Qu’est-ce que je puis faire là dedans? sinon me frapper sur la poitrine avec un retentissant mea culpa: -Il y a un certain Fleeming, un occidental à ce qu’il me semble, qui a inventé pendant la dernière guerre une saloperie qui s’appelle la « pénicilline ».. Qui a permis entre autres aux populations concernées de croître et multiplier au delà du raisonnable.
        Ils ne font pas la morale, les Chinois…Mais eux se posent les vraies questions. Pendant que les écolos essayent d’avoir la peau de notre économie hexagonale, (ils n’auront guère de peine, d’ailleurs) les Chinois roulent de plus en plus dans de grosses bagnoles, construisent « nos » Airbus », veulent avoir l’air conditionné, et consommer malin.
        C’est à eux qu’il faut que vous réserviez vos leçons de morale.

        • pl dit :

          La France a de quoi être très très prudente sur ses arguments vis à vis du reste du monde.
          La France a imposé son système consumériste et a pillé le reste du monde tout comme les autres occidentaux.
          Nous avons montré la voie et maintenant il est impossible de dire ne faites pas comme nous.

          Les écolos dérangent tout le monde car ils ont eu raison il y a 40 ans sur les désastres d’aujourd’hui.
          Alors il est parfaitement ignoble et abject de taper dessus en amalgamant toutes les bêtises qui sont inévitablement dites et faites par eux ou non.

          La seule chose à prendre en compte est le mode de prise de décision versus l’esclavagisme du monde par le fric et les possesseurs du fric.
          Démocratie avant que le néofascisme en marche n’advienne.

          • mano dit :

            @pl. La France a imposé son système consumériste? Ah bon? Et pillé le reste du monde… Ah, bon? D’accord, nous ne sommes pas blancs comme neige, mais faudrait pas trop exagérer. Tout ça, c’était « avant ». Et les US, alors? Parlez-nous des USA, juste un peu…
            A propos d’écologie, je vous défie de cultiver des laitues dans votre jardin sans tue-limaces (expérience vécue).
            Quatre possibilités 1- On met du « tue-limaces » (un peu de « méta » ) et on a quelques chances d’en manger (De la salade, pas du tue-limaces, ou si peu!). 2 – On monte la garde nuit et jour au pied de la laitue et on élimine impitoyablement ces petits mollusques un par un, à l’arme blanche. 3- on pratique le « bio » et on ne mange exclusivement que les côtes et les trous dans les feuilles . 4 – On achète sa salade pré-découpée chez « Croisement », « Aupré », Lidel ou ailleurs, en sachets cellophane, toute chlorée, décongelée à point, juste cueillie de la veille au Sénégal. Mais c’est pas cher, et bien pratique pour ceux qui travaillent. Et c’est un vrai régal!

          • Nimch dit :

            5 – Sinon on s’arrange pour recréer un écosystème équilibré avec des espaces en broussailles et on ré-introduit des hérissons tueurs de limaces par exemple comme ça tout le monde il est content.

        • Tilleul dit :

          Ce n’est pas une coïncidence si la plupart des gens qui sont obsédé par la croissance de la population sont des riches blanc ayant dépassé la date limite de reproduction : c’est à peu près la seule question environnementale sur laquelle ils ne sont pour rien…

          • Abitbol dit :

            Tilleul prit en flagrant délire de croire qu’il sait qui est obsésé par telle ou telle chose…
            Essaie de déjà parler pour toi, ce sera un début.
            La limite de reproduction, c’est quoi ?
            La moitié de la population n’a pas de limite, mais toi, c’est vrai, je ne sais pas…

          • Peak.Oil.2008 dit :

            Le monde n’est qu’un grand jardin d’enfant, n’est-ce-pas ?

          • Tilleul dit :

            Touché monsieur le chat…

  4. GML dit :

    Comme toujours, c’est la dose qui fait le poison.
    Trop de bio est nuisible comme trop d’éoliennes, trop de nucléaire, trop d’eau (inondations). Rappel: l’eau bu en trop grande quantité est mortelle pour l’homme et on ne peut donc pas prouver son inocuité sinon à dose « raisonnable.
    Tout le problème est de savoir définir le « raisonnable » et le « trop ». Où met-on le curseur ?
    Et c’est la position de ce curseur qui fait débat car chacun à un avis différent du voisin. et l’affrontement commence quand quelques uns commencent à dire aux autres ce qui est bon pour eux en voulant leur imposer la position de ce fameux curseur.

    Le bio est, et restera, une bonne chose si je le choisis mais personne ne doit l’imposer surtout si ce choix doit déteriorer la vie de ceux qui n’ont rien demandé (prix, disponibilité,…).

    • pl dit :

      NON la dose de Pu (plutonium) même ridicule est tueuse – les hormones en nano grammes par litre transforme les animaux …

      Le problème n’est pas où on met le curseur MAIS QUI le met.

      Nous avons perdu le contrôle de notre société. Il est passé dans les mains des possesseurs du frics qui décident et gangrènent tout

      Si le contrôle des paroles est tant surveillé par les états c’est bien que la propagande fonctionne parfaitement.

      Le libre arbitre a quais disparu.
      Et quand il se manifeste (referendum UE en France ou ailleurs) il est immédiatement remis en question.
      NOUS AVONS perdu la LIBERTÉ de choisir notre société.

      • BMD dit :

        SVP, aidez-nous. Dites nous quelle société vous choisissez, expliquez-nous pourquoi elle est viable! Dites nous quel rôle vous aimeriez y jouer. Dites-nous quel est l’exemple connu qui s’en rapproche le plus!

      • mano dit :

        La propagande fonctionne en effet! Mais laquelle? Il y en a tant!
        Je crois que pl nous mijote une petite révolution… Friqués, prenez garde à vous!

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.