Les bidasses n’aiment pas les moulins à vent

Par Denis Delbecq • 23 septembre 2009 à 21:49 • Categorie: A la Une
© Denis Delbecq

© Denis Delbecq

Après le bruit, la transformation en hachis des chauve-souris, la fin des paysages et j’en passe, l’éolien n’a pas fini de susciter des causes de rejet. Dernière en date, c’est la Bundeswehr, comprendre l’armée allemande, qui s’inquiète de l’abri que les fermes à vent de mer du Nord pourraient fournir à des agresseurs. C’est en tous cas ce que raconte une dépêche de Reuters ce soir, en expliquant que les bidasses allemands bloquent plusieurs projets (pour un milliard et demi d’euros tout de même).

En gros, les radars de nos voisins ne seraient pas capables de distinguer un avion de chasse pétri de bombes d’une armada de vulgaires moulins à vent à pales de carbone qui, c’est bien connu, se déplacent au dessus des airs à quelques centaines de kilomètres de l’heure. C’est étonnant que l’ineffable Giscard, grand pourfendeur d’éolien devant l’éternel, ne se soit pas encore emparé de l’argument. Mais bon, il préfère sans doute s’inventer une histoire de cul avec une princesse de la couronne britannique.

Giscard, certains s’en rappellent, reniflait le pétrole à distance. A défaut d’autres humeurs, plus royales sans doute. L’Ex devrait s’engager comme porte-parole de la Bundeswehr, ça ferait chic. Ou dénicher un inventeur capable d’éviter les dégâts d’un 747 (1) s’écrasant sur un réacteur nucléaire. Cela serait très utile si le petit Nicolas parvient à fourguer ses EPR chez les dictateurs qu’il aime à convaincre.

Il conviendra bien sûr de surveiller les investisseurs qui misent leur fortune dans les projets de fermes éoliennes off-shore. On ne sait jamais. Si ça se trouve, le grand démocrate iranien qu’est Ahmadinejad sait déjà que les radars de notre moderne Europe ne savent pas faire la différence entre ce qui bouge et ne bouge pas. Tel qu’on le connaît, il serait bien capable d’avoir déjà investi dans une foule de leurres éoliens, capables de masquer ses premiers forfaits nucléaires.

(1) Pour ceux qui préfèrent le cocorico, on peut aussi dire A380.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , ,