L’étiquette carbone? Chiche!

Posté le 29 juin 2009 dans la catégorie:A la Une. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

© Denis Delbecq

© Denis Delbecq

Combien de gaz carbonique dans un jus de fruit, un yaourt, un T-shirt, un ordinateur, un shampoing, un dallage en granit ou une fenêtre en bois?

Pour fêter ses deux ans d’indépendance, Effets de Terre lance une banque d’informations sur l’empreinte carbone des produits et objets de la vie quotidienne. Elle comporte déjà une quarantaine de références puisées en France, mais aussi en Grande-Bretagne, Corée du sud ou au Japon (1).

Pour chaque produit, une fiche décrit les paramètres de calcul, la source ainsi que le document de référence publié par les industriels, des organismes pratiquant l’étiquette carbone, ou des équipes scientifiques. Un système de “tags” permet de rechercher les produits pour effectuer des comparaisons. Pour se fixer les idées, les émissions de gaz carbonique sont aussi traduites en kilomètres parcourus dans une petite voiture.

La banque de données Empreinte Carbone s’enrichira au fil des mois, avec votre concours. Certains d’entre-vous avaient répondu à l’appel lancé il y a quelques jours. La banque sera progressivement nourrie de fiches pratiques pour vous aider à vous retrouver dans la jungle des étiquettes-carbone. Un forum est ouvert, pour débattre du sujet.

(1) Après un galop d’essai il y a quelques jours, et à la demande de certains d’entre-vous, j’ai tout réécrit sous forme de base de données pour vous faciliter la navigation dans les données.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , ,

Lire également

6 Réponses pour “L’étiquette carbone? Chiche!”

  1. romu dit :

    Je sais pas si ça peut servir, mais on peut trouver l’analyse de cycle de vie d’un contenant de liquide ici :
    http://www.tetrapak.com/fr/environnement/preuves_appui/choix_durenouvelable/pages/default.aspx

    C’est l’ACV comparé pour une bouteille plastique, une en verre et un tetrapak. Tout est fourni, l’ACV complète (280 pages), et la synthèse.

  2. Peak.Oil.2008 dit :

    Pour réduire notre impact et notre dépendance il y a aussi la philosophie « Transition Town » qui, je l’espère, va prendre de l’ampleur.

    - Le changement climatique rend la baisse d’émission de Carbone essentielle
    - Le pic pétrolier la rend inévitable
    - L’initiative de la transition la rend possible

    http://transitiontowns.org/
    http://www.villesentransition.net/

  3. Araucan dit :

    Juste une remarque : il serait utile à chaque fois d’avoir la référence des normes utilisées pour faire ces analyses de cycle de vie (ex ; le CO2 est-il le seul a être pris en compte ou d’autres gaz sont-ils considérés ? quelle est la durée d’utilisation prise en compte ?)

  4. Denis Delbecq dit :

    Bonsoir,
    Toutes les données indiquées dans cette base de données sont en « équivalent gaz carbonique ». Ce qui signifie que l’ensemble des gaz à effets de serre sont pris en compte, et leur effet est rapporté à celui du gaz carbonique. C’est ainsi que les produits alimentaires sont présentés en tenant compte des émissions de CO2, de protoxyde d’azote des cultures, de méthane des animaux etc.

    Sur la durée d’utilisation. Quand les données représentent la phase « amont », autrement dit avant que l’utilisateur en prenne possession, la durée d’utilisation n’intervient pas. Quand des données sont disponibles sur l’usage (par exemple, la lessive ou le jean), le mode de calcul est systématiquement indiqué dans les fiches que vous pouvez lire.

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.