Que faire des déchets nucléaires?

Par Denis Delbecq • 6 mars 2009 à 1:38 • Categorie: A la Une, Rubriques
© Denis Delbecq

© Denis Delbecq

Selon le Washington Post de jeudi, l’unique site de stockage souterrain nucléaire américain, à Yucca Mountain (Nevada), devrait être abandonné par la nouvelle administration américaine. Le quotidien américain confirme que le budget 2009 de l’administration Obama devrait réduire pratiquement à zéro le financement de ce réservoir de stockage pour les déchets de longue activité. L’information avait été diffusée dès le 26 février par l’agence de presse Bloomberg. Après vingt ans d’études et de travaux qui ont englouti près de huit milliards de dollars, Yucca Mountain devait recevoir —en une vingtaine d’années— 77 000 tonnes de déchets hautement radioactifs qui sont aujourd’hui stockés en surface dans une centaine de sites américains (environ 100 000 mètres cubes). Ensuite, le souterrain devait être scellé et refermé à jamais après quelques décennies —ou quelques siècles— de suivi quotidien. Une sorte de mausolée légué aux générations futures, enfoui dans un ensemble de tunnels creusés à trois cent mètres sous la montagne.

Mais voilà, toutes les études géologiques sont à refaire. Car les scientifiques ont découvert une faille sismique qui passe juste sous la zone où les aires de stockage devaient être aménagées, et non à quelques centaines de mètres. L’info avait été révélée en 2007 par le Review Journal de Las Vegas. Le Département américain de l’énergie avait décidé de poursuivre ses études d’aménagement, expliquant que les ajustements nécessaires avaient été décidés. De plus, alors que les simulations sur la radioactivité du site avaient été établies sur dix mille ans, l’Agence américaine de l’environnement avait demandé aux responsables du projet de refaire leurs calculs sur une durée de… un million d’années!

En coupant les vivres à un projet qui devait coûter, dans les calculs initiaux, environ 60 milliards de dollars, Obama remplit une promesse de campagne. Steven Chu, son Nobel de ministre de l’énergie n’est pas plus favorable que lui. Mais il ne faut pas croire que l’industrie nucléaire américaine est dans la panade pour autant. Elle s’accommode très bien du stockage provisoire-perpétuel en surface, en piscine pour commencer, et en surface ensuite, en attendant que quelqu’un décide, ou ne décide pas, de transmuter ces déchets en éléments à radioactivité plus courte, ou des éléments stables. Selon Bloomberg, la décision d’Obama ne remettra pas en cause les plans des industriels américains de redémarrer la construction de réacteurs aux Etats-Unis.

Et chez nous? Et bien on étudie la tenue du laboratoire souterrain de Bure (Meuse), sous la responsabilité de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). L’objectif est de choisir un site en France avant 2015 pour une ouverture prévue en 2025, selon l’Agence. Un site qui stockerait 6000 mètres cubes de déchets à haute activité (HA) et 82 000 mètres cubes à moyenne activité mais à vie longue (MA-VL). Grande différence avec la solution américaine, ce dépotoir devra être réversible. Combien de temps faudra-t-il pour dénicher une faille sismique sous le futur site?

Image: © Denis Delbecq

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , , , , , ,