Bouchons de ciel, un casse-tête visuel

Par Denis Delbecq • 4 mars 2009 à 11:19 • Categorie: A la Une, Rubriques

L’air de rien, les embouteillages aériens, c’est parfois un enfer. Je passe sur les attentes interminables et les galères des passagers. Quand on prend l’avion, il faut bien assumer. Non, si je vous parle des bouchons aériens, à l’approche des aéroports, c’est parce qu’il y a matière à économiser du kérosène, et donc du gaz carbonique. En Europe, la Commission de Bruxelles a d’ailleurs lancé un plan qui vise à réduire les embouteillages, notamment dans le triangle infernal Londres-Bruxelles-Paris, et permettrait d’économiser chaque année des centaines de millions d’euros de carburant, et plus de dix millions de tonnes de gaz carbonique, ce qui n’est pas rien.

Aux Etats-Unis, la situation est encore pire qu’en Europe, notamment à New York. La revue Wired consacre un long papier à ce sujet, et à la refonte du contrôle aérien. Dans la région de New York, l’organisation du ciel date de 1920, à l’ère de l’Aéropostale… Et la FAA, l’autorité qui gère l’aviation outre-Atlantique, travaille comme l’Europe à améliorer la gestion des airs. Pas facile puisque chaque avion, explique Wired, est géré comme s’il était un immeuble de dix kilomètres de long, autant de large, et six cent mètres de haut. A l’approche des aéroports, l’air manque. Et il y a des dollars à la clef, puisque la FAA calcule que la réduction des embouteillages permettrait d’économiser entre 7 et 40 millions de litres de kérosène par an dans chacun des 34 grands aéroports américains… Évidemment, lutter contre cela va coûter un œil puisque le programme NextGen de la FAA nécessite plusieurs centaines de milliers de dollars d’instruments électroniques par avion, des centaines de stations au sol et j’en passe… En gros, il s’agit de mettre les avions en réseau social à la Facebook, pour qu’ils échangent des informations et calculent de nouvelles routes d’approche en liaison avec le contrôle au sol… Au total, il y en aurait, aux Etats-Unis, pour 40 milliards de dollars d’investissements, tandis que l’Agence américaine calcule que l’amélioration du trafic fera gagner plus de 20 milliards par an au pays.

Pour l’occasion, Wired a mis dans son papier une série d’animations qui montrent une journée de trafic au dessus des Etats-Unis, et ce qui se passe au dessus de régions du pays. Cela redessine fidèlement les frontières du pays. On voit bien le jour se lever à l’Est, et le trafic démarrer vers l’Ouest et la Californie. C’est étonnant de voir ainsi ce qui se passe dans le ciel. Mais qu’est ce que ça pue pour la planète!

Une journée de trafic aérien au dessus des Etats-Unis

Image: © Denis Delbecq

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , , ,