L’Amérique Obamaniaque du charbon «propre»

Par Denis Delbecq • 25 février 2009 à 14:00 • Categorie: A la Une, Rubriques

Ainsi, Obama a parlé. Un propos assez offensif et centré sur les Etats-Unis, dans la grande tradition de ce pays. J’ai lu attentivement son discours, et lu aussi pas mal de commentaires dans les médias américains. Je ne vous parlerai pas du renflouement des banques ou de la sécurité sociale, d’autres le feront mieux que moi. En revanche, le long passage consacré à l’énergie mérite qu’on s’y arrête. Permettez-moi une traduction rapide de ses propos.

«(…) Nous savons que le pays capable de récolter la force des énergies propre et renouvelable dominera le 21e siècle. Et pour le moment, c’est la Chine qui a lancé le plus grand effort de l’histoire pour rendre son économie efficiente sur le plan de l’énergie. Nous avons inventé les technologies solaires, mais nous sommes derrière des pays comme l’Allemagne et le Japon sur le plan de la production. De nouvelles voitures hybrides sortent de nos usines, mais elle rouleront avec des batteries fabriquées en Corée.

Je n’accepterai pas un futur où les métiers et les industries de demain prendraient racine en dehors de nos frontières, et je sais que vous non plus. Il est temps pour l’Amérique de redevenir leader.

Grâce à notre plan, nous allons doubler notre production d’énergies renouvelables en trois ans. Nous avons aussi engagé l’effort de recherche le plus important de l’histoire de notre pays. Un investissement qui ne suscitera pas seulement des découvertes en matière d’énergie, mais des progrès spectaculaires en médecine, science et en technologie.

Nous allons bientôt poser des milliers de kilomètres de lignes électriques pour apporter une nouvelle énergie vers les villes de ce pays. Et nous mettrons les américains au travail pour rendre nos maisons et nos immeubles plus efficaces pour économiser des milliards de dollars sur nos factures d’énergie.

Pour vraiment transformer notre économie, protéger notre sécurité et éviter à notre planète les ravages du changement climatique, nous devons rendre profitables les énergies propres et renouvelables. J’ai demandé à ce Congrès de préparer une législation qui créera un marché de permis d’émissions pour la pollution au carbone et conduira à la production de plus d’énergies renouvelables aux Etats-Unis. Et pour soutenir cette innovation, nous investirons cinq milliards de dollars par an pour développer des technologies comme l’éolien et le solaire; les agrocarburants (1) avancés, le charbon propre et des voitures et des camions plus économes en carburant, ici, en Amérique (…)»

Comme je l’ai déjà écrit, c’est d’abord la sécurité énergétique qui motive la nouvelle équipe de la Maison-Blanche. Obama propose d’une certaine manière de démontrer au reste du monde qu’une économie décarbonée est plus rentable, plus productive et crée plus de croissance et moins de délocalisations. Mais il y a une drôle de contradiction dans ce discours. Obama a sombré dans le mythe du charbon propre, et n’a pas dit un mot de l’énergie nucléaire qui est —qu’on apprécie ou pas ce mode de production— la manière la moins carbonée de produire massivement de l’énergie. Pourquoi cette contradiction? Est-ce parce que les Etats-Unis considèrent qu’ils ont des réserves insuffisantes d’uranium pour l’avenir? Manque de confiance dans le savoir-faire local qui obligerait à dépendre de la technologie européenne? Ou bien parce que les oracles de l’énergie américaine considèrent qu’un développement massif du nucléaire serait trop coûteux, pas rentable? Plein de questions, et pas de réponse. A vos plumes!

(1) Comme c’est pas très bio l’essence végétale, j’ai pris la liberté de traduire biofuel en agrocarburants.

Image: Pour tirer parti du soleil et du vent, les Etats-Unis vont tirer des milliers de kilomètres de lignes électriques © Denis Delbecq

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , ,