L’Amérique Obamaniaque du charbon «propre»

Posté le 25 fév 2009 dans la catégorie:A la Une, Rubriques. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Ainsi, Obama a parlé. Un propos assez offensif et centré sur les Etats-Unis, dans la grande tradition de ce pays. J’ai lu attentivement son discours, et lu aussi pas mal de commentaires dans les médias américains. Je ne vous parlerai pas du renflouement des banques ou de la sécurité sociale, d’autres le feront mieux que moi. En revanche, le long passage consacré à l’énergie mérite qu’on s’y arrête. Permettez-moi une traduction rapide de ses propos.

«(…) Nous savons que le pays capable de récolter la force des énergies propre et renouvelable dominera le 21e siècle. Et pour le moment, c’est la Chine qui a lancé le plus grand effort de l’histoire pour rendre son économie efficiente sur le plan de l’énergie. Nous avons inventé les technologies solaires, mais nous sommes derrière des pays comme l’Allemagne et le Japon sur le plan de la production. De nouvelles voitures hybrides sortent de nos usines, mais elle rouleront avec des batteries fabriquées en Corée.

Je n’accepterai pas un futur où les métiers et les industries de demain prendraient racine en dehors de nos frontières, et je sais que vous non plus. Il est temps pour l’Amérique de redevenir leader.

Grâce à notre plan, nous allons doubler notre production d’énergies renouvelables en trois ans. Nous avons aussi engagé l’effort de recherche le plus important de l’histoire de notre pays. Un investissement qui ne suscitera pas seulement des découvertes en matière d’énergie, mais des progrès spectaculaires en médecine, science et en technologie.

Nous allons bientôt poser des milliers de kilomètres de lignes électriques pour apporter une nouvelle énergie vers les villes de ce pays. Et nous mettrons les américains au travail pour rendre nos maisons et nos immeubles plus efficaces pour économiser des milliards de dollars sur nos factures d’énergie.

Pour vraiment transformer notre économie, protéger notre sécurité et éviter à notre planète les ravages du changement climatique, nous devons rendre profitables les énergies propres et renouvelables. J’ai demandé à ce Congrès de préparer une législation qui créera un marché de permis d’émissions pour la pollution au carbone et conduira à la production de plus d’énergies renouvelables aux Etats-Unis. Et pour soutenir cette innovation, nous investirons cinq milliards de dollars par an pour développer des technologies comme l’éolien et le solaire; les agrocarburants (1) avancés, le charbon propre et des voitures et des camions plus économes en carburant, ici, en Amérique (…)»

Comme je l’ai déjà écrit, c’est d’abord la sécurité énergétique qui motive la nouvelle équipe de la Maison-Blanche. Obama propose d’une certaine manière de démontrer au reste du monde qu’une économie décarbonée est plus rentable, plus productive et crée plus de croissance et moins de délocalisations. Mais il y a une drôle de contradiction dans ce discours. Obama a sombré dans le mythe du charbon propre, et n’a pas dit un mot de l’énergie nucléaire qui est —qu’on apprécie ou pas ce mode de production— la manière la moins carbonée de produire massivement de l’énergie. Pourquoi cette contradiction? Est-ce parce que les Etats-Unis considèrent qu’ils ont des réserves insuffisantes d’uranium pour l’avenir? Manque de confiance dans le savoir-faire local qui obligerait à dépendre de la technologie européenne? Ou bien parce que les oracles de l’énergie américaine considèrent qu’un développement massif du nucléaire serait trop coûteux, pas rentable? Plein de questions, et pas de réponse. A vos plumes!

(1) Comme c’est pas très bio l’essence végétale, j’ai pris la liberté de traduire biofuel en agrocarburants.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , ,

Lire également

23 Réponses pour “L’Amérique Obamaniaque du charbon «propre»”

  1. Bonjour,

    « Le nucléaire, la manière la moins carbonée de produire massivement de l’énergie. »

    Heu… c’est un gag ?
    Vous avez jeter un oeil sur la construction de la dite centrale ? et sa déconstruction ? sur le retraitement (inutile et stupide) des déchêts à la hague ? son stockage ?

    En dehors du problème des émissions de CO2, je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, il n’existe rien de pire que le nuclaire ! Une technologie dont personne ne sait quoi faire avec les déchêts les plus dangereux jamais créé par l’homme ! Invisible, inodore et détectable uniquement avec un compteur geiger, que tout le monde à avec lui, c’est bien connu :)

    Chaque fois qu’il y a eu des problèmes avec cette technologie, on à été mené en bateau par les autorités ! Les allemands qui pensaient enterrer les déchets dans un endroits sûr etc ont des infiltrations de sel et d’eau, 10 ans après. Cool, pour des déchêts qui ont une durée de vie de quelques miliers d’année et plus !

    Le plus drôle, c’est qu’en Suisse, une parlementaire à poser une question bête: Combien coûte réellement l’éléctricité de provenance nucléaire ? Réponse dans un rapport de l’état quelque année après: On en sait rien !
    40 ans de nucléaire et l’état n’a aucune idée de son prix !

    Alors vous m’excuserez, mais je trouve d’une irresponsabilité et d’un égoïsme inimaginable de prôner cette énergie !

    Et si on commençait par ce regarder le nombril ? par exemple, éclairage avec des leds, gerer les éclairages public plutôt que tout laisser allumés en permanence. Utiliser des ordis qui consomme moins (minimac, portable, avec écran à led). On sait faire des maisons qui donne plus d’énergie qu’ils n’en consomme ! Pourquoi rien n’est fait ? On pourrait continuer longtemps comme ça plustôt que mettre des milliards et des millards dans l’énérgie la plus mortel qui existe, qu’elles soit militaire ou civil !

    Cordialement
    Pascal Gillieron

  2. Denis Delbecq dit :

    Si vous êtes un habitué de ce blog, vous saurez tout le mal que je pense du nucléaire, et je suis le premier à prôner l’efficacité sous les quolibets des lecteurs nucléophiles. Mais il reste que c’est une source d’énergie massive et peu carbonée, et qui tue beaucoup moins que le charbon. Et c’est étonnant qu’un pays comme les Etats-Unis ne regarde pas le nucléaire de plus près, même si je m’en réjouis. C’est bien pour cela que je posais ces questions.

  3. Ratmanoff dit :

    Tout ce que promet M. Obama c’est du mieux pour les américains, enfin ceux des USA. En réalité le problème est mondial et même les problèmes, alors il faut des réponses globales ou tout du moins des synergies associant tous les pays. Sinon on va rester dans la dualité dominé-dominant …

  4. steve dit :

    Les Etats-Unis vont se montrer très offensifs pour conquérir une position de leader dans le domaine des nouvelles technologies. Le coréen LG est visé par Obama car il va équiper l’ensemble des futures Volts de GM avec des batteries ion-lithium.
    La batterie est le cœur technologique de la voiture électrique…et les américains sont à la traîne face aux puissances d’Asie. Grosses bagarres à venir.

  5. Tilleul dit :

    Il y a eu une grosse mobilisation aux Etats Unis parce que des sénateurs avaient ajouté dans ce plan des subventions massives à la construction de réacteurs nucléaires (un montage ésotérique où l’état garanti les prêts pour la construction du réacteur nucléaire… tout en étant lui même le prêteur ! Sachant que le congrés estime que 50% des projets ne pouraient pas rembourser du fait de l’extrème risque économique associé à la construction d’un réacteur , ça revenait à donner une subvention de fait.

    http://www.ens-newswire.com/ens/feb2009/2009-02-12-094.asp

    Cette disposition a été dégagé pour plusieurs raisons :
    - la somme était absolument colossale ! Il s’agissait de garantie de 50 milliards de $ alors que l’idée de donner une garantie de 25 milliards de $ au secteur de l’automobile a été énormément débattu (l’industrie automobile ayant une importance sociale que n’a absolument pas l’industrie nucléaire américaine)
    - l’esprit du plan est d’encourager les innovations (so-called 4eme generation), or aucun réacteur de ce type n’aurait été construit avec cet argent
    - on ne peut pas comprendre qu’une industrie sensée avoir atteint sa maturité technologique depuis plusieurs dizaine d’années aient encore besoin d’être massivement subventionné, et soit incapable d’attirer des investisseurs privés. Quand on compare l’argent dépensé avec les résultats il semble que le nucléaire ait été une fausse route par rapport aux renouvelables et la maitrise de l’énergie qui sont moins cher et ont plus de potentiel d’amélioration
    - le plan de relance américain concerne les deux prochaines années or ce n’est même pas le temps qu’il faut pour réaliser les études préliminaires pour un réacteur nucléaire, donc ça n’aurait strictement eu aucun impact social en terme d’emploi.

  6. Lecture dit :

    je suis le premier à prôner l’efficacité sous les quolibets des lecteurs nucléophiles.
    ===

    Je ne vois pas qui, parmi les nucléophiles de ce site, te reproche de prôner l’efficacité énergétique avant tout. Une citation STP?

    (rectification: à part miniTAX bien sur -c’est un « cas » particulier et de toute façon tu as mis lecteurs au pluriel)

    Pour ta question, le fait est qu’un plan de relance doit être rapide pour être efficace, alors que nucléariser demande une vision à plus long terme.

    Je suis bien déçu évidement. Conséquence prévisible: la partie renouvelable va couter les yeux de la tête pour une production mineure, et le gros de la production sera assumé par du charbon « bientôt propre », avec des normes très contraignantes qui seront annulées par le prochain président républicain sous couvert de l’économie. Drill, baby drill.

    Et pendant ce temps là, les écomyopes continueront à dire que le coût du nucléaire n’est pas connu malgré 40 ans de recul -comme si c’était pas en contradiction logique- ou que c’est une technologie très dangereuse -comme si ça avait pas le record de faible mortalité/morbidité parmi les productions de masse- ou que la construction émet beaucoup de CO2 -comme si ils avaient jamais pris la peine de faire le calcul. Messieurs, votre stupidité m’ennuie.

    RC welcome. Décidément, va falloir vivre avec toi.

    PS: au fait, ceci est un testament pour le pauvre lecture dont le dernier souffle approche. Merci à toi Denis pour ce blog -je sais que tu es un journaliste honnête et c’est pour ça que j’ai passé autant de temps ici malgré nos désaccords. Et qui sait, peut-être à un de ces jours sous un autre pseudo -c’est pas comme si tu savais pas lire une adresse IP ;)

  7. Denis Delbecq dit :

    Ah ben, faut pas se sauver, Lecture, faut respirer un coup. Si vous voulez passer antinucléaire sans perdre la face, je peux vous procurer un pseudo discret… So long!

  8. Abitbol dit :

    Rien que pour faire mal au nucléophobes :
    http://environnement.blogs.liberation.fr/noualhat/2009/02/quand-4-colos-v.html

    Quand 4 écolos vantent le nucléaire…
    « Voilà une belle prise de guerre! Quatre écologistes britanniques réputés ont pris la plume hier pour vanter les mérites de l’énergie nucléaire. Ils font la Une du quotidien britannique The Independent « 

  9. miniTAX dit :

    « Obama propose d’une certaine manière de démontrer au reste du monde qu’une économie décarbonée est plus rentable, plus productive et crée plus de croissance et moins de délocalisations. »
    ——————————————-
    Fichtre, « démontrer au reste du monde », rien que ça, pour un pays qui émet plus de CO2/habitant que n’importe qui, c’est ce qu’on appelle ne pas manquer d’air. Une économie planifiée qui n’a jamais été plus rentable qu’une économie de marché NULLE PART et qui comme par magie devient rentable grâce à la réduction des émissions de GES ?!? Euh sérieux Denis, si vous êtes prêt à croire à ça, c’est qu’on peut vous faire croire n’importe quoi.

    Ouhhhh, mais ça me rappelle qq chose ça. On n’a pas déjà des éco-poseurs qui nous bassinent depuis 20 ans avec ce genre de voeux pieux de vouloir être le modèle -que dis je, le phare- pour le reste du monde dans la lutte contre le changement climatique ???

    Ah oui, ça y est, ça me revient, c’est en Europe, à Bruxelles. J’ai failli l’oublier, comme certains ici visiblement, vu la propagande des médias réchauffistes pour cacher la déroute de la « protection du climat » à l’européenne.

    ————————————————————————————
    Lecture a écrit : « Je ne vois pas qui, parmi les nucléophiles de ce site, te reproche de prôner l’efficacité énergétique avant tout. Une citation STP?

    (rectification: à part miniTAX bien sur -c’est un “cas” particulier et de toute façon tu as mis lecteurs au pluriel) »
    ————————————————————————————
    Roooo, le vilain menteur !

  10. miniTAX dit :

    Tilleul a écrit : « on ne peut pas comprendre qu’une industrie sensée avoir atteint sa maturité technologique depuis plusieurs dizaine d’années aient encore besoin d’être massivement subventionné, et soit incapable d’attirer des investisseurs privés. »
    ——————————–
    Punaise, cette mauvaise foi !!!
    Si les investisseurs privés ont boudé le nucléaire, c’est bien à cause des nucléophobes idéologiques dans votre genre, qui n’hésitent pas à recourir au moindre coup tordu pour le diaboliser. C’est à cause de vos conneries qu’aucune centrale nucléaire n’a été construite en Occident pendant 20 ans alors que l’immense majorité des centrales nucléaires au monde libre a été construite et gérée sur fond privé, sans qu’on ne déplore UNE SEULE victime.
    Et pour votre info, il y a qq mois, Buffett, l’homme le plus riche de la planète a essayé de prendre le contrôle de Constellation, un producteur d’énergie qui possède un parc de nucléaire et des autorisations pour étendre ce parc, avant de se la faire souffler par … EDF, EDF qui est une vache à lait de l’Etat grâce à son parc nucléaire grâce auquel il est en train de faire des emplettes planétaire sur le marché de la production d’électricité.

    Pour une technologie dont, soi-disant, personne ne connaît le coût et qui, soi-disant, « n’attire pas d’investisseur privé », c’est pas mal. Mais ça vous fait bien mal de le reconnaître.

  11. Peak.Oil.2008 dit :

    Je considère que nous avons de la chance d’avoir du nucléaire en activité aux vues des enjeux qui se présentent à nous … mais j’ai des doutes quant à son avenir (utilisation et risque). J’ai quelques questions aux spécialistes de la question, nombreux sur ce site !

    - L’extraction de la matière première et son traitement consomment-t-ils beaucoup d’énergie liquide, ou est-ce anecdotique ?

    - Une centrale nucléaire peut-elle fonctionner en plein désert ? C’est-à-dire sans source de refroidissement liquide extérieur à la centrale (sans lac ou sans fleuve) mais avec l’air ambiant ou le sol pour seul source de refroidissement. Lors de la canicule 2003, la baisse de débit ou la hausse des températures de certains fleuves / lacs, n’a-t-elle pas menacé la production électrique nucléaire. Quand est-il réellement ?

    - Une question qui me chiffonne depuis toujours : Si un pays nucléarisé sombre dans l’anarchie (on y revient toujours), quel serait le risque de laisser à l’abandon des centrales du jour au lendemain et sans plus aucun suivi ? … mystère.

  12. Tilleul dit :

    Il y a quelques mois Warren Buffet a surtout abandonné un projet de centrale nucléaire en Iaho parce que ça n’avait financièrement aucun sens…

    http://midamericannuclear.com/html/overview.asp

    « We at MidAmerican Energy Holdings Company, the parent of MidAmerican Nuclear Energy Company, continue to believe that nuclear energy must be an important part of the nation’s energy future. However, consumers expect reasonably priced energy, and the company’s due diligence process has led to the conclusion that it does not make economic sense to pursue the project at this time. The decision is based on economic considerations and not on issues related to the suitability of the Idaho site.

    Based on MidAmerican Energy Holdings Company’s commitment to provide customers with safe, reliable, reasonably priced and environmentally conscious energy, we are disappointed that the present economics of building the next generation of nuclear power plants are not in our customers’ best interests. »

  13. miniTAX dit :

    @Tilleul,
    Warren Buffet a mis presque 5 Milliards de $ pour prendre le contrôle de Constellation Energy, une compagnie qui produit de l’électricité à 60% d’origine nucléaire. Donc s’il a refusé le nucléaire d’une certaine autre compagnie, ce serait parce que le nucléaire de cette autre compagnie-là n’a « financièrement aucun sens », PAS parce que le nucléaire n’a aucun sens.
    Quand vous racontez une histoire, vous ne racontez toujours que la moitié qui vous arrange. On se demande bien pourquoi …

    D’ailleurs, le fait massif et incontestable que la Chine construit à tour de bras des centrales nucléaires sur fonds privés alors même qu’elle est assise sur des milliards de tonne de charbon à vil prix montre bien que votre argument du soi-disant nucléaire-pas-rentable ne vaut pas un clou. Le nucléaire est une des énergies les moins chères qu’on ait inventée, et ce même alors que les écolos ont tout fait pour lui rendre la vie impossible. Mais les choses sont en train de tourner en eau de boudin pour eux (cf lien d’Abitbol, entre autres).

    J’adore l’ironie, les catastrophistes du nucléaires qui sont font arnaquer par les catastrophistes du réchauffement climatique. Le lobby du nucléaire doit bien se marrer avec ce grand classique de l’arroseur arrosé.

  14. Tilleul dit :

    Ah ah ah les centrales nucléaires chinoises financé par des investisseurs privés, très drôle cette blague… Et je vous rappelle que les contrats chinois sont toujours assortis d’une clause de partage technologique, même plus besoin de faire de l’espionnage industriel…

    Vous avez pas saisi la différence, Constellation gère des actifs nucléaires payés avec les garanties de l’état américain (comme tout le parc nucléaire mondial il n’a pu être financé que par de très forts soutiens du public) et se fait une rente là dessus…

    Par contre quand il s’agit de financer un nouveau projet, c’est radicalement différent… Warren Buffet possède MidAmerican Energy Holdings Company, il a dépensé plusieurs millions de $ pour l’étude de site pour la construction d’une centrale nucléaire et finalement devant les chiffres il s’est rendu compte que ça valait pas le coup…

    D’ailleurs si on va à la source du lien d’Abitbol, les personnes en question sont tout à fait conscient de l’impossibilité du nucléaire d’être une opération rentable…

    « But what about the cost of nuclear power? This blog has had several articles in the last year that look at the price of the new Finnish reactor, now several years and several million euros over budget (see here and here). I can see no reason to believe that nuclear construction in the UK will not be dogged by similar problems as in Finland. The next generation of nuclear power stations (principally the Areva EPR) are likely to cost over £4bn and possibly as much as £5bn for 1600 MW plants. Although construction processes may improve and regulatory costs decline, the EPR will probably deliver electricity at over 7p per kilowatt hour, twice what it costs to produce coal-fired electricity today. This means, as some of the big six electricity companies seem to be telling government already, that nuclear will need guaranteed pricing. EDF told me that nuclear power will cost 4.2 to 4.5p per kilowatt hour but the other companies were quietly very much less optimistic. If today’s prices persist EDF may possibly build nuclear power stations without financial guarantees; the other potential operators simply will not.

    Therefore I am afraid that not only will we need to encourage nuclear power but we will also need to give the operators guaranteed prices for their nuclear output, and at levels well above today’s standard wholesale prices. By the way, we’ve got into this mess simply because we didn’t invest heavily enough in onshore wind, tidal or wave power in the last two decades. The various virulently anti-wind bodies, such as the Council for the Protection of Rural England, should be ashamed of themselves. But it’s too late to do anything about it now. » (Chris Goodall)

  15. Lecture dit :

    Si vous voulez passer antinucléaire sans perdre la face, je peux vous procurer un pseudo discret…
    ===

    Elle est bonne :)

    Non juste tanné des discussions stériles… passer ma vie à contrer toujours la même propagande, très peu pour moi. Je reviendrais si la bullshit devient originale, où si je change d’avis suite à une percée crédible dans les renouvelables. Ciao ;)

  16. Denis Delbecq dit :

    Il n’y a donc que l’energie qui vous intéresse?

  17. Lecture dit :

    ça et le morpion 3D, qui se commente moins.

  18. Denis Delbecq dit :

    Alors il ne vous reste plus qu’à trouver un fier du Canada pour reprendre le flambeau!

  19. BMD dit :

    @Ddq, aux dernières nouvelles, il semble bien que les VHR de Ford rouleront avec des batteries Johnson-Saft. Saft, comme vous le savez, est une ancienne compagnie française rachetée il y a au moins dix ans par Johnson, avec notre bénédiction!
    Qu’Obama n’ait pas parlé du nucléaire ne me surprend guère; Le problème n°1 aux Etats-Unis, c’est le charbon. Les Etats-Unis sont assis sur le plus gros tas de charbon du Monde. Cela leur donne un avantage considérable pour l’avenir sur les autres pays. Mais encore faut-il qu’il soit propre, et qu’il n’émette pas de CO2! Et que ce charbon propre soit compétitif, et çà, c’est une autre affaire! Actuellement, fonctionner au charbon propre, c’est tripler le coût de l’électricité!
    Je n’ai pas du tout l’impression qu’il y ait un coup d’arrêt au nucléaire dans ce discours! je pense par contre que les US aimeraient bien par contre voir déjà un coup plus loin, c’est-à-dire les surgénérateurs. C’est d’ailleurs le DOE qui a lancé le forum génération 4.
    L’Allemagne est également bien embarrassée avec son lignite. C’est sa source d’énergie nationale, et elle peut lui assurer un avantage pour longtemps. Je parie donc qu’elle ne le lâchera pas. Mais elle n’arrive pas à faire du lignite propre à un coût raisonnable, et sans démolir l’environnement!
    En France, nous n’avons pas ce problème, puisque nous n’avons plus de charbon.

    Vous êtes antinucléaire répétez-vous sans arrêt! J’ai du mal à comprendre vos raisons! Je suppose qu’animer un blog sur l’environnement sans avoir au préalable montré patte blanche antinucléaire, c’est devenu depuis longtemps impossible sans être instantanément chargé d’opprobe dans les médias.
    A propos, avez-vous vu la carte de France de la mortalité par cancer publiée par l’Institut National du Cancer. Bonne nouvelle, la carte brandie par Elise Lucet sur FR3 où clignotaient tous ces points lumineux censés nous alerter sur les zones dangereuses saturées de radioactivité par des déchets miniers ou des déchets d’entreprise se trouvent pour l’essentiel dans les zones où la mortalité par cancer est la plus faible.
    Et savez-vous quoi? Il y a déjà un jihadiste d’un quelconque mouvement antinucléaire qui a redessiné , oui je dis bien redessiné, cette carte pour la faire coïncider au mieux (mais malgré tout fort mal) avec la présence de centrales nucléaires, et qui fait circuler son pamphlet sur Internet et sur Daily Motion? J’espère que malgré votre antinucléarisme vous ne fréquentez pas trop de gens de cet acabit!

  20. BMD dit :

    @Peak Oil 2008
    Sans être un spécialiste du fonctionnement des centrales, je peux essayer de répondre à vos questions:
    1- Il faut bien sûr une certaine quantité d’énergie pour l’amont de la filière (extraction, transport, construction des centrales etc..) et cela ne peut guère être que du fuel ou du charbon dans l’état actuel des choses (peut-être un jour des biofuels?), et de l’électricité qui peut-être nucléaire comme en France pour l’enrichissement. Mais il en est de même de toute filière énergétique. Le nucléaire a cet avantage que cette quantité d’énergie, rapportée à l’énorme quantité d’énergie produite par les centrales par unité de masse de combustible, est beaucoup plus faible que pour les centrales à combustibles fossiles, et se compare à celle des ENR. Cette quantité d’énergie est donc anecdotique,
    mais indispensable.
    2-les centrales nucléaires actuelles ne peuvent fonctionner en plein désert, puisque l’essentiel du refroidissement se fait avec de l’eau. C’est la même chose avec les centrales à combustibles fossiles, et même avec les centrales solaires thermodynamiques. Mais, pour de faibles puissances, on peut probablement fonctionner avec des aérogénérateurs, comme on le fait déjà partiellement pour les centrales installées sur des cours d’eau à débit trop irrégulier. Mais je ne vois pas pourquoi on aurait besoin d’une centrale nucléaire en plein désert!
    La canicule de 2003 n’a pas menacé la production nucléaire. La température de l’eau des rivières, déjà élevée, aurait pu augmenter au-delà des limites réglementaires si les centrales n’avaient pas réduit un peu leur allure. Des dérogations temporaires ont d’ailleurs parfois été accordées. Mais le problème aurait été exactement le même avec des centrales à combustibles fossiles. Il faut effectivement tenir compte des enseignements de cette canicule, et ne pas installer de centrales trop puissantes sur des cours d’eau dont le débit peut être dans l’avenir plus limité qu’actuellement, sauf à pouvoir créer des réserves d’eau importantes. EDF à ce que je crois savoir regarde ce problème de très près actuellement.
    3 -Si un pays nucléarisé sombre dans l’anarchie, les centrales nucléaires seront arrêtées et resteront inutilisées.J’ai du mal à croire que cela se produise si brutalement que les ingénieurs n’aient pas le temps d’arrêter les centrales( çà prend quelques secondes.)
    Si personne ne vient récupérer le béton, comme on a fait pour les pierres des châteaux à la Révolution Française, elles se dégraderont tout doucement sur place et finiront par représenter un danger pour ceux qui voudront habiter dans leurs ruines. Mais il y aura alors bien d’autres installations qui présenteront des dangers encore plus grands, les restes des usines chimiques par exemple.
    Nous en avons eu un avant-goût en Russie après la chute du mur de Berlin.
    Le propre des sociétés industrielles, c’est qu’elles sont très fragiles sous leur forme actuelle. Mais cela les rend aussi très prudentes. Aurons- nous un jour l’invasion des barbares? Je ne sais pas, mais le problème des centrales nucléaires sera alors bien mineur à côté du reste.

  21. Karva dit :

    La question de Denis sur les projets de réacteurs nucléaires aux USA est tout à fait pertinente. J’ai la liste des projets-essentiellement des AP1000 de Westinghouse (contrôlée par les japonais) et ensuite des EPR…Or il semble que les indus américains soient comme des baigneurs frileux qui hésitent à se lancer à l’eau.

    Mes opinions me poussent à penser qu’il doit y avoir une raison plus pragmatique que l’hostilité de l’entourage de Obama: il a fait confiance à un prix Nobel (dirigeant le labo Berkeley) qui est un ardent promoteur des renouvelables, en particulier du solaire. Donc il semble penser que le solaire va fournir la clé des problèmes du XXI ème siècle.

    Cela a pour premier effet de retarder considérablement la lutte contre les GES aux USA, car, d’abord, aucun de ces renouvelables n’est prêt à prendre le relais du charbon, ensuite, on peut douter que le solaire ou l’éolien soient à même de produire de l’énergie à un prix comparable au nucléaire, avant je pense quelques décennies. Il semble que l’accent mis sur la modernisation du réseau électrique vise à compenser sur de grandes étendues le caractère intermittent des renouvelables (effet dit de foisonnement tant mis en avant par l’ADEME).

    Pour l’instant, la grâve crise économique ne rend pas urgent de construire de nouvelles centrales: fermer des mines de charbon pour passer au nucléaire serait socialement désastreux.. De même, Obama ne s’achemine pas vers ce que Hansen propose: une taxe carbone sur toutes les sources à répartir égalitairement. Il préfère le commerce des bons d’émission (Tax&Trade, ou Cap&Trade). Je pense que cette méthode a fait preuve de son inefficacité en Europe, et qu’on doit s’acheminer vers une taxe carbone, comme suggéré par Jancovici.

    Pour les USA, il faut comprendre qu’ils sont beaucoup plus sensibles à leur dépendance énergétique qu’aux problèmes de CO2. Donc les américains vont faire un effort pour réduire leur consommation énergétique: ils ont beaucoup de retard, je ne sais quand ils vont se rendre compte que l’énergie nucléaire doit être développée. Remarquez qu’ils ont aussi trouvé récemment beaucoup de gaz, ils ont même fermé des puits qui n’étaient pas assez rentables. De plus, je lis qu’ils estiment avoir 20 Gbbl de pétrole off-shore…

    Les Etats-Unis sont-ils encore capables de faire le très lourd effort d’investissement industriel nécessaire à l’énergie nucléaire, sachant que c’est un investissement rentable à long terme? L’accent mis sur le solaire n’est-il pas une fuite en avant pour toujours reporter cet effort?

    J’hésite à répondre à ces questions.

    Mais je dois dire à Tilleul, qui me semble un grand défenseur de la liberté des capitaux, qu’une société qui est incapable d’investir sur le long terme est une société morte. L’Etat peut être amené à se porter garant de sa continuité politique: Par exemple un premier ministre à la recherche de voix écolos n’annoncera pas brusquement une fermeture sans même consulter ses partenaires. Dans ce cas, les taux d’intérêts des emprunts seront plus proches de ce qu’on avance à l’Etat (3.8%?) que les profits réclamés par les fonds spéculatifs (souvent plus de 10%!) et toute la société peut en profiter.

    Je ne vois pas qu’un pays comme le nôtre (ou d’ailleurs quelque autre) puisse se passer de l’intervention de l’Etat dans les grandes décisons d’investissement industriel. On peut néanmoins regretter qu’on remplace trop facilement le débat par des décisions d’autorité: je suis persuadé que les populations ont besoin de comprendre les enjeux, surtout si on doit se donner un plan à long terme. Au lieu de cela, la critique de la forme (le fait du Prince) couvre le débat sur le fond (il nous faut re-mettre en place la production nucléaire).

  22. karva dit :

    Cela dit, le problème est un peu plus compliqué: pendant que Obama fait des discours, les affaires continuent: les décisions d’investissement nucléaires ne sont en fait peut-être pas du ressort de Obama aux US. Je trouve par exemple cet article:

    http://www.romandie.com/infos/news2/090225112316.9tnblm8i.asp

    Cela veut-il dire qu’il faut regarder derrière les déclarations ce qu’il va se passer réellement???

  23. GML dit :

    Pour un site que je croyais « écolo » (avec toutes les inepties et les partis pris que cela sous entend en général), je suis presque surpris d’y trouver des discussions de fond bien argumentées.
    Bravo à Karva, BND et autres minitax de prendre le temps d’expliquer encore et encore à des militants extrémistes (qui sont persuadés de défendre le « bien » de l’humanité) et si peu réceptifs à la raison… It’s life.
    Ce qui me rassure quand même, c’est que le récent renouveau du nucléaire en France et dans le monde montre la limite de leur activisme. L’enfer est pavé de bonnes (?) intentions.

    Cependant, comme eux, j’aimerais beaucoup pouvoir maintenir mon confort de vie moderne et si possible au moins le transmettre à mes descendants. Je soutiens donc toutes les formes possibles et complémentaires d’énergie (vent, soleil, hydraulique, nucléaire, etc…) avec leurs avantages et leurs inconvénients.

    En ce qui concerne les USA et le nucléaire, mon sentiment est qu’ils se préparent à passer directement au surgénérateur (GEN IV) pour reprendre le leadersship mondial dans ce domaine dans 30 ou 40 ans (en sautant l’étape GEn III où ils ne seraient que suiveur). Ils peuvent se le permettre étant donné leurs stocks de charbon et de pétrole…

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2019 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.