Vive la pollution

Par Denis Delbecq • 12 janvier 2009 à 12:25 • Categorie: A la Une, Rubriques

Paradoxalement, l’accident de pollution provoqué par la rupture d’un bassin de stockage de cendres de charbon aux Etats-Unis est peut-être une bonne nouvelle. Car il devrait renforcer la prise de conscience outre-Atlantique de la dangerosité de cette source d’énergie qui, rappelons-le, tue des dizaines de milliers de personnes dans le monde chaque année: dans les mines, et ensuite en raison des fumées qui empoisonnent l’atmosphère et réchauffent la planète plus que n’importe quelle autre source d’énergie.

Un petit rappel pour ceux qui n’auraient pas suivi l’affaire. Aux Etats-Unis, les cendres de charbon sont stockées dans des étangs artificiels. L’eau permet d’éviter la dispersion aérienne de la pollution. Il y a une semaine, le New York Times rappelait qu’il existe 1300 sites de stockage à travers les Etats-Unis. Ces décharges ne servent à rien d’autre qu’à se débarrasser des millions de tonnes de cette infâme soupe noire (1). Les exploitants ne font qu’attendre le déluge… En essayant de faire croire que le «charbon propre» est pour demain.

Dans le Tennessee, le déluge s’est produit le 22 décembre dernier. Plusieurs millions de mètres cubes se sont échappés dans la nature, après la rupture d’une digue de confinement. Avec les cendres, ce sont aussi d’importantes quantités de toxiques qui se sont répandus: arsenic, plomb, mercure, sélénium… Un joli cocktail pour les nappes et rivières! En moyenne, une centrale rejette chaque année 20 tonnes d’arsenic, 25 tonnes de plomb, 40 tonnes de chrome, etc. Et grâce à un efficace lobbying des industriels, les cendres de charbon ne sont toujours pas considérées comme des déchets dangereux. Près de la moitié des sites de stockage ne sont pas isolés de l’environnement… Les Etats-Unis tirent 40% de leur électricité du charbon.

Cet accident grave aux Etats-Unis ne doit pas nous faire oublier que le charbon reste une source importante d’énergie chez nos voisins. A commencer par l’Allemagne et la Grande-Bretagne, qui restent très discrets sur ce qu’il advient des résidus de combustion. Outre-Manche, le charbon reste même très utilisé par les particuliers et dans les pubs pour réchauffer l’atmosphère quand la bise fut venue.

(1) 131 millions de tonnes aux Etats-Unis en 2007, contre 90 millions de tonnes en 1990.

Image: Un lac contaminé par le déversement de boues de charbon © Appalachian Voices - 2008

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , ,