Sus à la pilule, un désastre pour l’environnement

Par Denis Delbecq • 8 janvier 2009 à 9:16 • Categorie: Coup de gueule

Ils ne manquent pas d’air les amis du pape. La voix du Vatican, l’Osservatore Riomano, a trouvé un nouveau prétexte pour réitérer le refus de la pilule contraceptive. Elle a des «effets dévastateurs sur l’environnement». En cause, les hormones libérées dans la nature par les urines des femmes qui prennent un contraceptif oral. De plus, explique l’Osservatore Romano de samedi, cité par Le Monde, cette pollution contre nature serait une cause non négligeable de l’infertilité masculine.

Loin de moi l’idée de nier les effets néfastes des hormones sur l’environnement. Les nombreux travaux qui signalent la féminisation de batraciens ou de poisson en sont une preuve évidente (1). Mais si la pilule en est certainement une source, il faudrait aussi regarder du côté des bovins qui, dans certains pays, sont chargés d’hormones. Le Vatican prônera-t-il pour autant l’interdiction de manger de la viande? Remarquez, ce serait bon à la fois pour l’effet de serre et pour la sécurité alimentaire de la planète.

Ce qui est vraiment désolant dans ces prises de position à répétition, c’est que le premier ennemi de l’homme, c’est la surpopulation. A un milliard d’habitants, il y aurait peu à se soucier de la diminution des ressources naturelles, des émissions de gaz à effet de serre et de l’impact de la population. Du moins à court et moyen terme. Les maux de la planète ont bien deux origines indissociables: un mode de vie insoutenable, et la démographie galopante. Et il faudra bien agir sur l’un et l’autre si on veut léguer autre chose qu’un champ de ruines. Ce qui est mauvais pour l’environnement, c’est aussi l’aveuglement du Vatican sur la question de la contraception. Un véritable crime contre l’humanité.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , , ,