L’Amérique aura-t-elle un nouveau héros?

Par Denis Delbecq • 23 novembre 2008 à 16:40 • Categorie: A la Une, Rubriques

Un peu de vert dans le bleu du Pacifique. A Washington, on ne parle plus que de cela. Du moins dans les milieux de la conservation de la nature. Car Dobelyou pourrait bien faire un coup d’éclat avant de quitter la Maison-blanche. Il envisage très sérieusement de classer «Monument national» une surface de plus de deux millions de kilomètres carrés dans le Pacifique, autour de possessions américaines.

Depuis une loi de 1906, rappelle New Scientist, il n’a besoin de personne pour prendre cette décision. Pas de négociations, pas de vote, sa signature suffit. La désignation des monuments nationaux est en effet du seul ressort de l’hôte de la Maison-Blanche. Ces réserves, où toute exploitation minière et toute pêche sont interdites, couvriraient l’océan dans la fameuse zone d’exclusivité des 200 milles (1) autour des îles Samoa américaines, l’île de Wake et les Mariannes du Nord. Inutile de dire qu’il y a des mécontents. La sénatrice de l’île de Guam a même écrit à Dobelyou en expliquant que ses concitoyens n’ont pas besoin de Monument national pour protéger leurs eaux. Et je ne vous raconte pas l’état des responsables de l’industrie américaine de la pêche.

Il se trouve que j’ai un peu potassé la question des réserves marines ces derniers jours, pour tout un tas de raisons. Ou plutôt d’absence de réserves marines puisqu’elles couvrent seulement un demi pour cent des océans. A terre, c’est vingt-cinq fois plus. De fait, si Dobelyou signe, il aura a lui tout seul doublé la surface des océans protégés…

Une petite remarque à ce sujet. La France gère la seconde superficie d’océans après les Etats-Unis. Grâce (ou à cause) de ses DOM et TOM. Sarkozy est à la tête d’une zone économique de sept millions de kilomètres carrés, rien que dans le Pacifique. Il faut aussi ajouter les côtes de métropole et de Corse, les possessions australes, celles de l’océan indien, etc. Bref, plus de dix millions de kilomètres carrés, selon le ministère des affaires étrangères. Et devinez combien sont protégés? 1200 kilomètres carrés, seulement, soit 0,0001% (selon la même source).

Vu le bilan environnemental et la capacité à protéger les moineaux de Sarkozy , s’il ne recule pas et signe les nouveau monuments nationaux, Bush passera pour un véritable héros de l’environnement à côté du lider maximo verde… A moins que les pressions ne réduisent le plan à la portion congrue. Il paraît que Laura bosse dure pour convaincre son mari de tenir bon.

(1) 370 kilomètres.

Image: La France ne protège qu'un dix-millième de ses océans © Denis Delbecq

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , ,