Areva s’est invitée dans les élections américaines

Posté le 7 nov 2008 dans la catégorie:Droit de suite. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

S’il est un industriel français qui a bien compris qu’Obamania ou pas, le nucléaire aura le vent en poupe dans la future politique énergétique, c’est bien Areva.

J’avais oublié de vous en parler hier. Mais s’il est un industriel français qui a bien compris qu’Obamania ou pas, le nucléaire aura le vent en poupe dans la future politique énergétique, c’est bien Areva. La firme, qui espère décrocher la constructions de centrales EPR, avait d’ailleurs investi dans la soirée électorale américaine, du moins sur l’Internet. C’est ainsi que les bandeaux pub d’Areva étaient omniprésents sur la page du site du New York Times qui donnait, en temps réel, la carte des états gagnés par Obama ou McCain. La notoriété, ça n’a pas de prix.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , ,

Lire également

1 Réponse pour “Areva s’est invitée dans les élections américaines”

  1. Tilleul dit :

    Euh disons qu’on a quand même échappé à Mc Cain qui était persuadé qu’on pouvait construire des godzilowat de nucléaire aux USA… Il y avait deux conceptions de l’avenir énergétique qui s’opposaient pendant cette élection comme magnifiquement résumé par Paris Hilton ( http://www.funnyordie.com/videos/64ad536a6d/paris-hilton-responds-to-mccain-ad-from-paris-hilton-adam-ghost-panther-mckay-and-chris-henchy).

    La vieille école façon Mc Cain qui considère que devant la croissance de la consommation des ressources il faut continuellement augmenter les capacités de production parce qu’il est totalement illusoire de freiner la demande.

    Pour reprendre les mots de Ann Coulter

    « We’re Americans. This is a prosperous country. We will not live like Swedes. We want 18-ton Ford Exploro-cruisers, cell phones, CDs, hot showers, blow dryers, DVD players and jet skis.

    Fuel is the metric of prosperity, and conservationism is an acknowledgement that we are in decline of prosperity — that this is the beginning of the long bleak twilight of civilization. If you posit that we have fixed energy sources and we have to ration them, then we are dying as a species. »

    Dans ces conditions on va à fond dans les grosses unités de production centralisées et on défonce la Terre à coup d’explosif (drill baby drill!, mine baby mine!) pour en récupérer la moindre particule de substance fossile ou fissile… Les énergies renouvelables ont leur place mais uniquement à la marge comme complément…

    Les grands gagnants sont les marchands d’électricité les plus gros car leur taille leur permet de jouer sur les tarifs et de fausser la concurrence.

    De l’autre vous avez la maitrise de la consommation d’énergie, portée par Al Gore et repris par Obama (forage contre gonflage des pneus : http://fr.youtube.com/watch?v=akjXqfvLu28 ). Cette diminution permet ainsi de permettre aux énergies renouvelables de répondre en proportion croissante à la demande globale en énergie.

    Ceci dit il est bon de rappeler que le président américain n’a pas non plus des masses de pouvoirs, les USA c’est pas la France, les états ont énormément de marges et ils en ont profité pendant l’administration Bush…

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2018 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.