Chacun voit midi à sa porte, et il est minuit!

Par Denis Delbecq • 6 mai 2008 à 10:33 • Categorie: A la Une, Rubriques

C’est drôle la confusion que des travaux scientifiques peuvent apporter dans les esprits. Prenez les résultats d’un quintet de chercheurs allemands publiés la semaine dernière dans Nature. Ces têtes pensantes se sont penchées sur la délicate question de la prévision climatique à moyen terme, sur une décennie. Question épineuse, ils le disent eux même, puisque la tendance de fond de l’évolution climatique subit de plein fouet les variations naturelles, et régionales, du temps.Que trouvent Keenlyside, Latif, Jungclaus, Kornblueh et Roeckner? Après avoir reconstruit le passé en appliquant leurs idées dans des modèles de circulation océanique reconnus, ils dessinent un avenir un chouia plus frais sur l’Europe pour la prochaine décennie.

Plus frais que quoi? Plus frais que si la variabilité climatique n’existait pas. De là à dire que le climat de la planète va se refroidir au cours des prochaines années, il y a un pas, un fossé même, que certains ont rapidement franchi, trop contents de découvrir des résultats qui vont dans leur sens.

Prenez miniTAX, notre lecteur-pourfendeur-de-consensus-sur-le-réchauffement-qui-déteste-les-modèles et sa sortie d’hier. Lui, il est vraiment gonflé. D’abord il accuse la presse française en général et le blogueur en particulier de passer sous silence des trucs qui les dérangent. Ensuite, il laisse penser que les chercheurs allemands ont “réglé” leur modèle pour qu’il prédise un refroidissement, comme si les savancosinus passaient leur temps à biaiser leurs travaux en fonction de leurs opinions… mais miniTAX, comme bien d’autres, aurait du lire le papier de Nature, plutôt que des compte-rendus vagues et tracés au cordeau… Compte-rendus qui ont même contraint les chercheurs à préciser que leurs travaux ne mettent pas en cause le réchauffement…

En gros, les travaux allemands laissent penser, et ce n’est pas rien, qu’on doit pouvoir faire des prévisions régionales à dix ans sans trop se planter. Au cours de la prochaine décennie, un ralentissement temporaire (c’est cyclique) de la circulation océanique Atlantique réduirait l’apport de chaleur des tropiques vers le nord, et donc adoucirait les températures, au moins en Europe. Mais pendant ce temps, le gaz carbonique s’accumule —c’est pas du conditionnel— et le gaz carbonique, ça réchauffe l’atmosphère. Ce n’est pas un grand complot d’écologistes chevelus ou de nucléocrates patentés, “it’s physics, stupid!”

Bref, déduire de ce joli travail de modélisation que le climat de la Terre va durablement se refroidir, que le réchauffement n’existe pas ou je ne sais quoi d’autre, est à peu près aussi débile que de s’appuyer sur la fraîcheur de la météo d’avril, de la chaleur d’août 2003, ou des milliers de victimes du cyclone birman pour tirer des plans sur la comète. Même Courtillot (voir Les chevaliers de l’ordre de la Terre plate, acte II), qui défend la prédominance des variations d’éclairement solaire dans le réchauffement constaté jusque dans les années quatre-vingt, sait bien qu’un climat ça se regarde sur le long terme.

Image © D.Dq 2008

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , ,