Mondialisation: même la dioxine s’y met

Les autorités sanitaires européennes sont sur le pied de guerre. Plusieurs tonnes de farine de guar contiendraient des quantités importantes de dioxine, vingt cinq fois plus que ce qu’autorisent les normes européennes. Le loup a été soulevé par une firme allemande qui se fournit auprès d’Unipektin, une firme Suisse. Celle-ci importe de la gomme de guar et la transforme en épaississant alimentaire, le fameux E412 utilisé, entre autres, dans des glaces, yaourts, crèmes allégées ou dentifrices. Unipektin a rappelé plusieurs tonnes d’additif déjà distribuées en Europe. Dans le commerce de détail, plusieurs produits (notamment des préparations pour crèmes glacées) ont été retirés en Suisse et en Hongrie et l’Allemagne conduit une chasse à la molécule.

La dioxine, principale substance de la famille des dioxines, fait partie des fameux «douze salopards», ces polluants organiques persistants (POPs) qui ont la particularité de s’accumuler dans les graisses, et dans la chaîne alimentaire. La molécule est réputée cancérigène. Elles est principalement produite par les combustions naturelles ou industrielles (incinération de déchets).

Comme de la dioxine s’est-elle retrouvée dans la gomme de guar brute exportée d’Inde? Mystère. Mais cela pose un véritable problème pour les producteurs de ce pays, qui représente 80% de la consommation mondiale. L’essentiel du marché indien est alimenté par de très petits agriculteurs, incapables de s’offrir les tests (couteux) de détection de la dioxine. Seuls les industriels qui collectent la matière première et la raffinent le peuvent. Mais ils se sont jusque là bien gardé de le faire. Voilà qui ne manquera pas d’apporter de l’eau au moulin des as de la bidouille génétique végétale pensent pouvoir produire, d’ici quelques années, du guar avec des plants de soja. Mais il serait plus efficace de tracer l’origine de la dioxine.

La firme India Glycols, qui a exporté la gomme de guar en Europe, ne pipe pas mot. Sur son site Internet, elle vante son usine totalement automatisée où «la main de l’homme n’intervient pas» et se félicite de sa production, dix mille tonnes par an.

Image: d’après Altrafine Gums Ltd.

Une réflexion au sujet de « Mondialisation: même la dioxine s’y met »

  1. La contamination alimentaire peut être mondiale, les poisons se disperser aussi vite entre crème, yaourts et autres préparations que le nuage de tchernobyl dans l’atmosphère, les références de certains restent très locales et l’information prend de drôle de biais et relais: http://fr.wikipedia.org/wiki/Guar

    Si même le JT en parle! A noter: il faut un accident de ce type pour se préoccuper un peu de ce que l’on ingurgite… Mais comme le rappelle Denis, nul besoin de guar pour fabriquer des yaourts, et nul besoin non plus d’acheter les plus trafiqués des aliments light et autres produits de synthèse de l’industrie mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.