La France bataille contre la planète

Par Denis Delbecq • 1 mars 2007 à 12:55 • Categorie: Coup de chaud sur la planète

Moulin
Ainsi donc, Paris est encore le grand méchant loup. Oubliés une fois de plus les grands discours enflammés de la chiraquie sur l’urgence climatique. Oublié le grand élan politique autour de l’environnement qu’avait provoqué la vraie-fausse candidature de Nicolas Hulot. Les amis de Nicolas Sarkozy ne veulent pas d’un objectif contraignant européen sur la production d’énergie durable… Paris préfère un objectif européen, mais surtout pas imposé à chaque Etat membre. Angela Merkel, a pris la tête du combat pour les énergies «douces». Puisque l’Allemagne refuse de miser sur le nucléaire, elle pousse l’idée d’un objectif contraignant imposant 20% de solaire, éolien et biomasse dans le mix énergétique en 2020 au plus tard.

Et Paris, qui tient à refourguer son EPR à l’export, est dans la mouise: Londres s’est ralliée à la position allemande. Il ne reste plus que quelques-uns des pays de l’Est (baltes, Slovaquie et Roumanie) derrière la fronde française. A une semaine du Conseil européen, ça promet.

Allez, on va oser la boule de cristal. Paris ne reculera pas, Merkel acceptera un compromis: l’objectif sera « global », à charge pour chaque pays de faire en fonction de ses ressources et de ses désiderata. Mais en échange, l’Allemagne se calmera sur l’autre sujet qui fâche, la bagnole puisque les BMW, Mercedes et consorts ne veulent pas de l’objectif poussé par la France et ses fabricants de petites cylindrées sur les émissions de CO2 des voitures en Europe.

A moins que cela ne soit l’inverse: c’est Merkel qui gagne sur l’énergie verte et énerve les grosses berlines, et Chirac qui fâche ses industriels en lâchant sur le bagnoles et Chirac fâche EDF et Areva. Tout dépendra qui des nucléocrates ou des industriels du quatre-roues pèse le plus lourd…

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , , ,