Le «cloud computing», un radiateur domestique

Par Denis Delbecq • 4 août 2011 à 19:05 • Categorie: En bref

Ils sont vachement malins, les chercheurs de Microsoft. Partant du principe que la demande de «cloud computing» (1) va exploser à l’avenir, ils proposent d’installer les serveurs dans les logements, plutôt que dans ce qu’il est convenu d’appeler «fermes informatiques», ces grands centres où s’entassent des milliers de machines. Avantage: la chaleur intense libérée par les ordinateurs pourrait servir à chauffer les habitations (ou des bureaux), au lieu de réchauffer les petits oiseaux à l’aide de climatiseurs voraces en énergie. Les as du «cloud» pourraient donc améliorer leurs profits. Evidemment, il y a quelques os, et pas des moindres: l’électricité est généralement vendue plus chère aux particuliers qu’aux industriels, l’unité de bande passante vers internet aussi, les serveurs devraient être éteints lorsqu’il fait trop chaud pour éviter la clim’ et, bien sûr, la sécurisation de ces serveurs serait bien compliquée. Mais selon les calculs des chercheurs de Microsoft, il faut étudier sérieusement la question car cela apporterait 300 à 500 dollars d’économie annuelle par serveur, aux Etats-Unis. Et les habitants verraient leur facture de chauffage réduite à presque zéro. Mais ce serait du «cloud computing saisonnier». On met tout le monde en vacances en été?

(1) Le partage de ressources informatiques via internet (puissance de calcul, espace de stockage), à l’instar des services EC2 d’Amazon, App Engine de Google et bientôt iCloud d’Apple.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , ,