Moins t’as de déchets, plus t’as de déchets

Posté le 9 fév 2011 dans la catégorie:Coup de gueule. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Le CELAA vous connaissez? Moi pas, du moins encore y a quelques jours, jusqu’à réception d’un courrier dans ma boite aux lettres. D’habitude, ce type d’envoi non sollicité passe directement à la poubelle jaune (1). Mais là, le volume était inhabituel, alors j’ai ouvert l’enveloppe.

Et là, j’ai donc découvert ce qu’est cet organisme: le club du recyclage de l’emballage léger en aluminium et en acier. Le CELAA s’auto-congratule de ses expérimentations de recyclage de toutes sortes d’objets en métal qui ne l’étaient pas. Et devinez comment les conseillers en communication ont choisi de le faire? Avec une clé USB en forme de carte de crédit, mélange de plastique et de métal. Comme ça, ils pourront toujours dire que leur volume de déchets recyclé a augmenté grâce à eux.

C’est encore une fois la preuve qu’il y a beaucoup de chemin à faire pour mettre de la cohérence dans nos comportements. Qu’on recycle et qu’on ait envie de le faire savoir, je n’ai pas de problème avec ça. Mais qu’on utilise pour cela un support pas facile à recycler (puce-électronique+plastique+métal), avouez qu’on rêve. Elles ont du trouver cette idée de communiqué en alu vachement chouette, les huiles du CELAA; son auteur a du être chaudement félicité. Et bien Effets de Terre a la tristesse de décerner le bonnet d’âne du mois de février au CELAA et à son agence de com, Weber Shandwick.

(1) Pour info, je n’accepte de recevoir de communiqués que par voie électronique.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , ,

Lire également

7 Réponses pour “Moins t’as de déchets, plus t’as de déchets”

  1. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par Thomas Valadon, Denis Delbecq. Denis Delbecq a dit: Moin t'as de déchets, plus t'as de déchets. http://bit.ly/fQ6kbL [...]

  2. toxymoron dit :

    Bonjour,

    Pierre-Ernest, qui écrit parfois dans ces colonnes, a été impliqué dans une étude grandeur nature sur le recyclage. Il a mesuré dans sa ville combien coûte le tri (et le ramassage) sélectif, en euros et en tonnes de CO2, et combien cela rapporte (en euros et en CO2 évité).

    Il s’avère que hormis le verre et les métaux il y a un coût net: la collecte et le tri coûtent plus cher qu’ils ne rapportent, et produisent plus de CO2 qu’ils n’évitent.

    Comme pour les panneaux photovoltaïques, il s’agit donc d’un transfert massif de « petites » sommes (une fraction de la taxe sur le ramassage d’ordures) vers un petit nombre de privilégiés (Véolia, et les autres noms de la même industrie), le tout maquillé par la fibre écologique.

    Je ne sais pas si son étude était correcte (quels coûts étaient corrects/oubliés/exagérés), et je ne sais pas si l’étude est généralisable, mais d’un point de vue thermodynamique, c’est déjà très plausible: il faut beaucoup d’énergie pour défaire le désordre de nos déchets.

    • HollyDays dit :

      « la collecte et le tri coûtent plus cher qu’ils ne rapportent, et produisent plus de CO2 qu’ils n’évitent.  »

      Tant que les ressources naturelles seront gratuites alors que le travail humain est payant (et cher, qui plus est, dans les pays à haut niveau de vie comme le nôtre), le fait que la collecte et le tri coûtent plus cher restera la règle générale.

      • Elax dit :

        Que la collecte et le tri coûtent plus cher en Euros, c’est tout à fait possible, et même pas surprenant; par contre, qu’ils produisent plus de CO2, c’est plus étonnant et n’est pas forcément irrémédiable. Il faut aussi savoir par rapport à quoi on compare pour le CO2 : en incinération (avec ou sans valorisation énergétique), on émet du CO2; en enfouissement en décharge, on n’en n’émet pas, mais c’est pas trop durable…
        En principe, pour des matériaux qui se recyclent bien (métaux, verre, papier et plastiques), il y a un gros gain d’énergie du fait de la réutilisation de la matière, et ce gain devrait compenser largement le surcoût en CO2 pour la collecte, le tri et le traitement.
        En pratique, si on a un mauvais tri des déchets au départ, le système perd beaucoup d’efficacité (les déchets mal triés sont renvoyés avec les déchets normaux et font des km pour rien).
        Il paraît qu’il y a des pays où les gens savent trier correctement.

        • toxymoron dit :

          Assez d’accord pour les métaux et le verre, qui ont une grande densité.
          J’aimerais toutefois voir une étude qui chiffre les coûts et les gains du recyclage du plastic ou du papier. On évite certains effet en réutilisant de la matière première, mais il faut une quantité d’énergie certaine et un paquet de produits de nettoyage afin de recycler correctement.

          Comme pour les agro-carburants, l’hydrogène ou les panneaux photovoltaïques, on a tendance à regarder un ou deux aspects de la question, et d’ignorer tous les autres, ce qui donne nécessairement une image déformée.

    • Didier dit :

      Pour le verre, nous avons pris l’habitude de « recycler » c’est-à-dire casser / refondre / recréer la pièce. Il est un temps pas si ancien (mais que les moins de 20 ans …) où on rapportait les bouteilles vides contre une consigne. Avantage : inutile de faire rouler de gros camions pour ramasser le verre, le déplacement est compris pour se rendre aux lieux d’achats. Il suffit d’un nettoyage / stérilisation qui n’a rien à voir avec la refonte dans un four verrier (de mémoire on doit dépasser les 1000°C). Le verre cassé pourra toujours retourner au four. Nous agissons aujourd’hui de même pour les bouteilles en plastiques : une machine sur le parking du supermarché permet de broyer la bouteille (transport = 0, volume ridicule par rapport aux bouteilles entières, même écrasées).

      Autre point, la pub non sollicitée. J’ai reçu une grosse enveloppe d’American Express / Air France (je possède une carte) afin de réserver la carte supérieure (dont je n’ai pas besoin bien entendu !). Papier premium, très épais, de nombreuses pages… et une vraie fausse carte Amex ! Et le slogan : la carte pour voyager plus (en avion bien sûr). Une pub vraiment pas durable.

      Bonne journée à tous

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2014 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.