Pot pourri pas si pourri

Posté le 30 déc 2010 dans la catégorie:L'idée. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Météorologie fauchée, drone solaire, dirigeable militaire et panneaux solaires qui marchent la nuit. Pot pourri de l’actualité technologique de cette fin d’année.

Prévoir le sale temps, une question d’argent
Z’auriez pas dix millions pour une armée de chercheurs fauchés? Dans une interview accordée à Nature News, la patronne du Met Office se plaint de manquer de moyens de calculs. Pour faire de la prévision saisonnière et climatique décennale, il faudrait multiplier sa puissance informatique par quatre. Une bagatelle, question pécuniaire, puisqu’elle évalue ses besoins supplémentaires dans une fourchette de 10 à 20 millions de livres sterling.

Trois records pour un avion solaire
Le vol a eu lieu en juillet, mais il n’a été homologué qu’il y a quelques jours par la Fédération aéronautique internationale. L’avion solaire Zephyr a volé non stop pendant plus de 336 heures, plus de 14 jours (record toutes catégories pour un avion autonome et sans pilote, et record pour les engins moins de 500 kg), grimpant jusqu’à l’altitude record de 21562 mètres. Construit par la firme de défense britannique QinetiQ, le Zephyr pèse environ 53 kilos, pour une envergure de 22 mètres. Il est alimenté par des cellules solaires qui alimentent deux moteurs électriques, et rechargent —pour la nuit— des batteries lithium-Soufre à haute capacité. L’avion peut embarquer 2,5 kg de charge utile. Signe particulier, il se lance à bout de bras (musclés)…

Un bidasse volant en construction
Face aux efforts de QinetiQ pour faire voler un petit avion autonome, le Département américain de la Défense n’oublie pas qu’il doit se sortir du bourbier Afghanistan. Il espère donc déployer cette année son premier LEMV, un dirigeable autonome (une future version sera pilotable), capable de porter un arsenal de capteurs (radar, caméras, détecteurs de mouvement, etc). C’est un dirigeable à portance hybride: il associe celle de l’hélium, la portance de sa structure une fois sa vitesse acquise —à la manière d’une aile—, et pour le décollage, la poussée de ses moteurs orientables. Le DoE espère une autonomie de trois semaines en carburant, avec 1,2 tonnes de charge utile maximale. Le tout en volant à 6000 mètres d’altitude. Mais contrairement au Zéphyr, il polluera puisqu’il brûle du gazole. Si vous préférez les dirigeables pacifiques et non polluants, je vous invite à lire ce papier que j’ai écrit récemment et que La Recherche a mis en ligne la semaine dernière.

Des panneaux solaires qui marchent la nuit
Non, l’aiguille de mon éthylomètre est bien à zéro, vous avez bien lu. Il y a des allumés qui espèrent faire des capteurs solaires capables de fonctionner 24h/24. Explications. Presque la moitié de l’énergie solaire nous arrive sous forme de rayonnement infrarouge, qui échappe aux techniques de conversion en électricité. D’où l’idée de faire des panneaux capables de collecter ce rayonnement, non plus à l’aide de cellules photovoltaïques, mais d’antennes aux dimensions nanoscopiques, adaptées aux différentes couleurs à capteur (uv, visible, infrarouge). A l’Idaho National Lab, plus connu pour ses recherches sur le nucléaire que le solaire, une équipe affirme que ses nanoantennes pourraient capter jusqu’à 84% des rayons infrarouges qu’elles reçoivent. Bon, ce n’est pas demain la veille puisque les chercheurs ne captent pas encore le proche infrarouge. De plus, le courant produit est alternatif, aussi rapide que la fréquence de la lumière captée, et la conversion en courant continu n’est pas une sinécure. Mais avouez que ces panneaux seraient épatant puisqu’il suffirait de les orienter face au sol pour capter le rayonnement terrestre nocturne.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , ,

Lire également

4 Réponses pour “Pot pourri pas si pourri”

  1. GML dit :

    Ce serait « épatant ». Vraiment.
    Mais quel est la puissance moyenne du rayonnement terrestre nocturne par m2 au cours d’une nuit qui suit une belle journée d’hiver ou d’été ? A t-on une vague idée du coût envisagé du kwh en phase de production ?

    Bonne année 2011 pleines de rêves et heureux ceux qui peuvent se les offrir avec leurs sous et sans ruiner la collectivité.

  2. Daneel Olivaw dit :

    L’idée des panneaux solaires nocturnes est effectivement intéressante…
    Comme disait je crois Albert Einstein : L’IMAGINATION EST PLUS IMPORTANTE QUE LE SAVOIR !

    Bonne année 2011 à tous les artisans de Paix :
    - http://2013-continuum.blogspot.com/2010/12/climato-sceptiques-chevaliers-de-lordre.html

  3. Rosalie dit :

    On peut toujours rêver… Que leurs hybrides tiennent l’air mieux conçu que celui-ci conçu pour l’exploitation des forêts: http://www.youtube.com/watch?v=_7jENWKgMPY ok mais avant quils entrent en service. Je dois dire que je n’attends pas grand chose de ce genre d’innovation technologique. Si déjà nous étions capable de tirer mieux parti des moyens qui sont à notre disposition.

    Bonne année.

  4. toxymoron dit :

    Pour les panneaux solaires, il y en a qui vont avoir une mauvaise surprise. L’infrarouge dans notre atmosphère voyage sur environ dix mètres. Donc l’énergie captée par un tel panneau ne correspond pas aux rayons solaires, mais aux ré-émissions de la terre ou de l’atmosphère.
    Récupérer une telle énergie est ‘impossible’. Pas pour des raisons physiques, mais pour des raisons techniques et économiques. C’est du même acabit que vouloir récupérer les calories à la sortie d’une centrale, ou dans l’écart de température à deux endroits de l’atmosphère ou de l’océan: il faut une « machine » tellement grosse et sophistiqué pour récupérer si peu d’énergie ‘utile’ que d’une part l’investissement est gigantesque, et d’autre part la moindre erreur de réalisation anéantit toute la raison d’être du projet.
    Mais pour récupérer un budget de recherche, c’est très utile.
    Bonne année à tous. On en aura besoin.

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.