C’est l’histoire d’un frère

Par Denis Delbecq • 25 novembre 2010 à 14:10 • Categorie: Femmes et Hommes
Benoît Delbecq, en concert avec Kartet, en septembre 2007

Benoît Delbecq, en concert avec Kartet, en septembre 2007

Une fois coutume, je vais vous raconter ma vie. Ou plus exactement, celle de mon frère Benoît, pianiste et compositeur. A quarante-quatre ans, il a reçu ce matin une récompense prestigieuse et méritée: le Grand prix international du disque de jazz de l’Académie Charles Cros.

Du disque, ou plutôt des disques, puisque c’est la sortie simultanée de deux opus qui est récompensée par l’Académie Charles Cros cette année. «The Sixth Jump», en trio avec deux complices de longue date, Jean-Jacques Avenel (contrebasse) et Emile Biayenda (batterie, percussions) que Benoît avait rencontré lors d’une tournée en Afrique en 1994. L’autre disque «Circles and Calligrams» est un album solo, où l’on ne se lasse pas de découvrir ou redécouvrir l’infinie richesse d’un piano préparé. Les deux disques sont sortis en octobre chez Songlines (distribution Abeille).

Evidemment, je ne suis pas le mieux placé pour parler de cette musique qui m’accompagne souvent, notamment quand je vous concocte des billets. Mais sans elle, et sans la complicité des compagnons de route de Benoît (1), Effets de Terre ne serait pas ce qu’il est. Je vous propose de lire le papier de Laurent Poiget, sur le site Citizen Jazz, qui parle de ces deux disques comme j’aurais aimé le faire… si j’avais su écrire sur la musique.

(1) Allez, j’en cite quelques-uns, mais je vais en oublier un paquet en route: Steve Arguëlles, Guillaume Orti, Andy Milne, Serge Adam, Philippe Foch, Olivier Cadiot, Michael Moore, François Houle, Marc Ducret… La discographie, les dates de concerts, et de nombreux extraits sonores se trouvent ici. Vous pouvez visionner un documentaire d’Igor Juget, à propos de Circles and calligrams.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: ,