Tom Borelli, actionnaire percutant

Posté le 23 nov 2010 dans la catégorie:Femmes et Hommes. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Les grandes compagnies du secteur de l’énergie ont pris l’habitude de se faire harceler par les ONG, qui protestent contre leurs activités polluantes. Mais Duke Energy a eu la surprise de découvrir un nouveau type d’activisme lors de son assemblée d’actionnaires en mai dernier, raconte Mother Jones, qui en tire le portrait. Le climato-sceptique Tom Borelli a réclamé un inventaire détaillé des dépenses réalisées par l’entreprise pour pousser à la mise en place de lois sur les émissions de gaz à effet de serre. Duke a été l’un des plus actifs membre de l’US Climate Action Partnership, qui a poussé, sans succès, à l’établissement d’un marché des quotas de carbone aux Etats-Unis.

Tom Borelli n’est pas inconnu pour tout le monde, raconte Mother Jones. Cet ancien responsable des affaires scientifiques chez Phillip Morris avait ardemment combattu les législations anti-tabac. Depuis cinq ans, il achète des actions chez des géants de l’industrie américaine, pour avoir le droit à la parole. Il s’en serait déjà pris à General Electric, Pacific Gas and Electricity (PG&E), Dow Chemical, Caterpillar et John Deere, des entreprises qui soutiennent la régulation des émissions de gaz carbonique. Borelli fricote aussi avec Steve Milloy (commentateur sur Fox News, fondateur de Junkscience.com). On le retrouve aujourd’hui au National Center for Public Policy Research (NCPPR). Un think tank néo-conservateur qui combat ardemment toute régulation qui pourrait entraver le business.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , ,

Lire également

4 Réponses pour “Tom Borelli, actionnaire percutant”

  1. toxymoron dit :

    Il me semble que « think-tank néo-conservateur » est un oxymore.

  2. [...] Les banques via le FMI! Autrement dit on vous passe la corde sur le cou en plus en vous obligeant à travailler plus pour rembourser les intérêts dus à ces banksters. Pire encore on demande dans le même temps aux peuples de [...]

  3. [...] Les banques via le FMI! Autrement dit on vous passe la corde sur le cou en plus en vous obligeant à travailler plus pour rembourser les intérêts dus à ces banksters. Pire encore on demande dans le même temps aux peuples de [...]

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.