Un mensonge pour la future hausse de l’électricité

Par Denis Delbecq • 12 octobre 2010 à 12:47 • Categorie: A la Une
© Denis Delbecq

Compteur électrique

Ainsi donc, il est question, une nouvelle fois, d’augmenter les prix de l’électricité. C’est ce qu’annoncent Les Echos, ce matin. Officiellement, affirme le quotidien, il s’agit de «couvrir les charges liées au développement massif des énergies renouvelables, et plus particulièrement du photovoltaïque. Celles-ci sont financées par la contribution au service public de l’électricité (CSPE), qui représente près de 5 % de la facture des particuliers». L’argument du coût des énergies renouvelables est pour le moins fallacieux. Explications.

Je me suis plongé dans la dernière étude disponible par la Commission de régulation de l’électricité, le gendarme du marché français. Une filiale de Greenpeace, comme chacun sait. Cette étude donne les coûts prévisionnels pour 2010 de la Contribution au service public de l’électricité. Un vocable qui agglomère toutes sortes de choses: les surcoûts de rachat de l’électricité par EDF (éolien, photovoltaïque, cogénération, incinérateurs…), ainsi que les coûts liés à la «tarification sociale» de l’électricité, et à la fourniture d’électricité dans les zones non connectées, principalement les Dom-Tom.

Combien coûte l’énergie qu’EDF est contrainte de racheter?

© DDq d'après CRE

© DDq d'après CRE

Pour 2010, EDF devrait supporter un surcoût de 2,12 milliards d’euros au titre de la CSPE. La tarification sociale pèse pour 73 millions, les zones non interconnectées (Dom-Tom, îles de métropole, etc.) pour 872 millions d’euros. Quand au surcoût d’achat de l’électricité, il s’élèverait à 1170 millions d’euros: soient 3105 millions payés aux producteurs, auxquels il convient de déduire les 1935 millions qu’EDF aurait dû dépenser pour produire la même quantité d’énergie avec son propre parc. Parce que cette électricité qui a été rachetée, il aurait bien fallu la produire, hein?

Quel poids pour les énergies renouvelables?

© DDq d'après CRE

© DDq d'après CRE

Penchons-nous sur les 3105 millions qu’EDF dépensera cette année, selon la CERE, pour racheter de l’électricité produite par d’autres. Que pèsent les énergies si décriées que sont l’éolien et le photovoltaïque.

Pour les aérogénérateurs, EDF achètera pour 812 millions d’euros d’éolien, mais évitera de dépenser 526 millions pour produire l’électricité avec son parc. Surcoût net de l’éolien: 287 millions d’euros. Cogénération: EDF dépense 1377 millions, mais économise 704 millions. Surcoût: 673 millions. Pour le photovoltaïque, EDF dépenserait 120 millions, mais économise d’un autre côté 13,4 millions, faisant porter le surcoût réel à 106,6 millions.

© DDq d'après CRE

© DDq d'après CRE

Pour le diesel dispatchable (1), EDF dépenserait 34 millions, mais économiserait 0,86 millions, donc surcoût de 33 millions. C’est trois fois moins cher que le photovoltaïque mais celui-ci produit 15 fois plus de courant!

Bien évidemment, l’essor du photovoltaïque est spectaculaire, puisque son surcoût a été multiplié par 12 en deux ans. Mais il faut raison garder. Ce n’est pas le solaire qui justifie une augmentation de la CSPE demandée par la Commission de régulation de l’électricité et par EDF.

Energies renouvelables: une compétitivité amoindrie par la crise.

© DDq d'après CRE

© DDq d'après CRE

Permettez une dernière remarque, sur l’évolution des surcoûts de rachat entre 2008 et 2010, pour l’ensemble des modes de production. Une partie non négligeable de leur augmentation est l’effet mécanique d’une baisse des prix des marchés de l’électricité, sous l’effet de la crise économique. En 2008, année de référence utilisée par la CRE dans son étude, et dans ces colonnes, le prix moyen pondéré était de 66,4 euros le mégawatt-heure, contre 54,5 euros aujourd’hui. Avec un prix du marché plus bas, et un prix de rachat garanti, le surcoût augmente mécaniquement, rendant les modes alternatifs moins rentables. Entre 2008 et 2009, le prix de l’électricité avait grimpé, et la compétitivité des modes de production « non EDF » s’était nettement améliorée. Dans le rapport prévisionnel 2009 de la CRE, on mentionne un coût de rachat prévisionnel pondéré de 77,8 euros le MWh pour 2009 et un coût de rachat constaté pondéré de 45,3 euros le MWh pour 2007. Ce qui donne pour l’éolien un surcoût prévisionnel de 9,9 euros le Mwh en 2009, contre un surcoût réel de 38,4 euros le Mwh deux ans plus tôt!). Bref, dès que les prix de l’électricité repartiront à la hausse, c’est inévitable, le surcoût au mégawatt-heure payé par EDF pour le solaire, l’éolien et les autres sources « non conventionnelles » dont EDF doit racheter la production repartira à la baisse!

Quant à l’évolution du coût total dépensé pour l’électricité « verte » par EDF, comme le rappelle un graphique des Echos (pour 2010-2020) aujourd’hui, il est amené à fortement grimper, du fait du développement du solaire et de l’éolien. Mais ce sont des chiffres bruts qui ne tiennent pas compte de ce que dépenserait EDF pour produire la même électricité s’il devait la produire lui-même, et donc de la hausse inévitable des cours de l’électricité. Bref, une présentation biaisée qui contribue à faire croire que les possesseurs de panneaux solaires nous piquent notre pognon! Je vais encore me faire des copains et si ça continue, il faudra que je change de métier.

Précision. Le graphique sur les photocopieurs comporte une erreur. Lire « nombre de photocopieurs pour mille agents de l’Etat », et non « par agent de l’Etat ».

NB. Tous les graphiques et chiffres indiqués correspondent aux données —sauf mention contraire— hors «Zones non interconnectées». En gros, pour la France continentale, îles exclues.

(1) Dispatchable signifie qu’EDF décide du moment où il achète la production. L’entreprise paie très cher —plus de 2000 euros pour le MWh de «diesel dispatchable» en 2010— cette souplesse que n’ont pas le solaire et l’éolien en raison de leur intermittence, ou les usines qui fonctionnent en continu comme la plupart des installations de cogénération et d’incinération.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , , , , , ,