Chronique d’un monde addict au pétrole

Par Denis Delbecq • 28 juillet 2010 à 13:05 • Categorie: A la Une
© Denis Delbecq

© Denis Delbecq

Puisque le pétrole est à la mode en ce moment, je me suis livré ce matin à un intéressant exercice. Passer en revue Google Actualités pendant 30 minutes, chronomètre en main, et relever tout ce qui concerne des rejets de pétrole. Et croyez-moi, ce n’est pas exhaustif tant il m’a fallu de temps pour filtrer le déluge d’articles concernant le puits de BP, dans le Golfe du Mexique, dont le New York Times se demande où le pétrole a bien pu passer. Je vous livre cette chronique d’un monde accro au pétrole.

Dans le Golfe du Mexique, toujours, une fontaine de pétrole s’est formée, après la collision entre une barge et un puits installé à faible profondeur (2 mètres).

Dans le Michigan, c’est une fuite de pipeline qui a libéré 800000 gallons de carburant dans la Kalamazoo River (l’équivalent de 10 jours de Deepwater Horizon).

Toujours aux Etats-Unis, une petite fuite a frappé un puits à terre, près de Santa Barbara. 168 gallons ont été récupérés. Par ailleurs, un véhicule inconnu a largué 30 gallons de pétrole dans le New Jersey lundi. A Salt Lake City, une rupture d’un pipeline de Chevron avait largué 33000 gallons dans une rivière le 12 juin dernier.

En Chine, les opérations de nettoyage de la marée noire survenue à Dalian ont été achevées. Environ 1500 tonnes ont été libérées, après la rupture d’un pipeline dans le port de la ville.

Au Canada, ce sont vingt tonnes de pétrole qui ont été déversée le 12 juillet dernier dans le fleuve St Laurent, après le percement du réservoir d’un cargo. Deux semaines ont été nécessaires pour nettoyer.

Aux Philippines, il y a quelques jours, un accident sur un pipeline sous-marin —heurté par une ancre pendant un typhon— avait provoqué une nappe de pétrole, à Cavite. Une autre nappe s’est formée dans une mangrove, à Catalagan, début juillet.

En juin, la fuite d’une plateforme en Mer rouge égyptienne avait pollué 160 kilomètres de côtes.

Au Vénézuela, cinq fuites avaient largué du pétrole en mai dernier dans le lac de Maracaïbo, un véritable « golfe du Mexique » au pays de Chavez. La faute à des «pirates» selon Petroleos. Il y a 14000 puits de pétrole et de gaz dans le lac, qui est traversé par 45000 kilomètres de pipelines vétustes.

En France, une fuite de brut est survenue le 16 juillet dans une raffinerie Total de Gonfreville-Lorcher, près du Havre, qui a été semble-t-il contenue par un bac de rétention.

Par ailleurs, l’Indonésie demande des réparations à la compagnie responsable d’une fuite dans un puits de pétrole sous-marin, en août 2009, dans la mer de Timor, au large de l’Australie. Une mini marée noire de 400 000 litres (en deux mois), pour laquelle l’Indonésie réclame 5 millions de dollars. Et un exploitant a payé une amende de 93100 dollars, après une fuite de pipeline souterrain survenue dans l’état américain du Montana en novembre dernier.

• Vous pouvez aussi lire «Marée noire: la compil’ américaine», du même auteur.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , , , , ,