Le charbon, ça brûle aussi sous les pieds

Posté le 21 juin 2010 dans la catégorie:A la Une. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

© ARTE

© ARTE

Cent millions de tonnes de gaz carbonique par an. C’est ce que rejetteraient les incendies de mines de charbon en Chine chaque année, selon New Scientist, qui raconte que le gouvernement de Mongolie intérieure a décidé de s’attaquer au problème.

Chaque année, donc, près de 20 mégatonnes de charbon partent en fumée dans des gisements en surface ou souterrains en Chine où il y aurait plus de 750 gisements en feu. Une source de pollution non négligeable pour les populations: métaux lourds, soufre, benzole, de la radioactivité… Ces incendies —dont l’origine est souvent naturelle, mais qui sont amplifiés par le creusement de galeries qui apportent de l’oxygène— peuvent durer des décennies, voire des siècles. Et personne n’y échappe.

Pékin avait annoncé en 2004 avoir éteint un feu souterrain qui brûlait depuis 1874… En Allemagne, à Dudweiler (Sarre), un gisement se consumerait depuis 1668! En France, un terril à Ronchamp s’est consumé pendant près d’un an, entre 1993 et 1994.

En mars dernier, Arte avait diffusé un documentaire « scientifique » de 52 minutes sur ces feux de mines, qui m’avait échappé. Assez étrangement, je l’ai trouvé hier en version intégrale sur internet. Même si ce n’est pas le doc du siècle, il montre des images spectaculaires tournées en Inde ou en Chine, et démontre l’inefficacité des techniques de lutte de ces incendies.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , , ,

Lire également

1 Réponse pour “Le charbon, ça brûle aussi sous les pieds”

  1. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par JC Francois, Denis Delbecq. Denis Delbecq a dit: Le charbon ça brûle aussi sous les pieds. http://bit.ly/aS5NPl [...]

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.