La voiture électrique, une question de vocabulaire

Par Denis Delbecq • 14 juin 2010 à 11:26 • Categorie: En bref

Ah le vocabulaire, c’est important le vocabulaire! En Californie une sacrée discussion est engagée pour savoir ce que vendront réellement les stations de recharge des véhicules électriques. Stricto sensu, elle vendent du courant électrique, pourrait-on dire. Puisque la différence entre une batterie pleine et une batterie vide, c’est l’énergie électrique consommée pendant le cycle de recharge. Mais ce n’est pas du goût des entreprises qui affutent leurs projets, à l’instar de l’israélo-américain Better Place.

Pour ces entreprises, reconnaître qu’elles vendent de l’électricité, c’est se retrouver sous l’armada administrative des textes qui régulent l’activité des producteurs d’électricité, des utilities. Pas question, donc. La coalition des fournisseurs de services au véhicules électriques propose donc qu’on classe son activité sous le vocable de «services aux véhicules électriques». Une condition indispensable pour que les investisseurs acceptent de miser —et de risquer— des capitaux dans cette industrie naissante. Oui, mais alors, si on marche dans la combine, EDF pourrait objecter qu’elle vend du service aux réfrigérateurs, aux ampoules et aux ordinateurs!

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , ,