Sarkozy veut imposer son calendrier à l’ONU

Posté le 16 avr 2010 dans la catégorie:Femmes et Hommes. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

[Confidentiel] Ah, toujours aussi impayable le petit Nicolas. Un coup notre lider maximo verde exprime sa lassitude vis à vis des questions d’environnement et flingue ce qu’il reste du Grenelle, et d’un autre, il œuvre discrètement pour se remettre en selle sur cette question qui fâche tant sa majorité.

Quelqu’un m’a dit que le bonhomme a déniché la bonne combine: la future Conférence onusienne Rio+20, qui se tiendra au Brésil en 2012, vingt ans après le sommet de la Terre de Rio, à une date encore indéterminée. Quelqu’un m’a dit que le locataire de l’Elysée se démène comme un beau diable pour qu’elle se tienne au tout début de l’année, avant que les français ne retournent devant les urnes… Je ne tiens pas l’info de la bouche du cheval. Mais Quelqu’un est un cavalier qui travaille dans l’écurie.

Ce serait une occase formidable pour le petit Nicolas. Comme Chirac qui s’était repeint en vert en 2002, à l’occasion de son célèbre discours lors du sommet de Johannesburg. Rappelez-vous ces mots presque émouvants de notre ex-président: «Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer et nous refusons de l’admettre. L’humanité souffre. Elle souffre de mal-développement, au nord comme au sud, et nous sommes indifférents. La terre et l’humanité sont en péril et nous en sommes tous responsables.»

Un petit plagiat de ce texte, déclamé les larmes aux yeux par le petit Nicolas, ça ferait chic chez les électeurs écologistes à quelques mois d’une Présidentielle… Mon petit doigt m’a dit qu’il y pense tous les matins en se rasant.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , ,

Lire également

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.