Quand la ligne droite mène en prison

Posté le 12 avr 2010 dans la catégorie:En bref. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

L’Australie a décidément fort à faire avec son autoroute du charbon. Quelques jours après l’échouage d’un navire chinois transportant du charbon, dans la réserve maritime de la Grande barrière de corail, les autorités australiennes ont arrêté trois responsables d’un autre charbonnier, sous pavillon Panaméen cette fois. Là encore, le navire a évité d’emprunter un chenal de navigation et coupé à travers la réserve de la Grande barrière, pour gagner quelques heures de route. Les trois mis en examen risquent une amende de 135 000 euros.

Le boom des exportations de charbon australien a créé une véritable autoroute de navires, pour la plupart à destination de l’Asie (par ordre d’importance Japon—40% du total—, Corée du Sud, Taïwan, Chine, Inde). Un marché juteux pour la balance commerciale australienne (1): De juin 2008 à juin 2009, l’Australie a exporté 263 millions de tonnes de charbon, pour un montant de 40 milliards d’euros (contre 17 milliards l’année précédente, en raison d’une flambée des cours du charbon). Une activité qui multiplie le trafic maritime puisqu’il faut des milliers de navires pour transporter un tel volume de charbon.

(1) Les deux tiers sont des charbons à vocation métallurgique.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , , , ,

Lire également

2 Réponses pour “Quand la ligne droite mène en prison”

  1. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par QuelleEnergie.fr. QuelleEnergie.fr a dit: RT @EcoloInfoBlogs Sur Effets de terre: Quand la ligne droite mène en prison http://bit.ly/drS48X [...]

  2. ronuick dit :

    A force de vouloir gagner du temps sur le temps, on se retrouve bien emmerdé ! Aux dernières nouvelles, la catastrophe de Smolensk serait due à la même cause.

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.