Et si on mettait le vent en bouteille…

Par Denis Delbecq • 13 mars 2010 à 8:52 • Categorie: A la Une

© Denis Delbecq

Les amateurs de pression vont adorer. Mon confrère Alexis Madrigal de Wired livre une enquête fouillée sur des recherches en cours aux Etats-Unis pour trouver un moyen de seconder les barrages à pompage (STEP) où l’eau est remontée aux heures creuses, pour produire à nouveau de l’électricité aux heures de pointe. Parce que la construction de barrages à double réservoir, ça prend de la place, et c’est pas neutre pour l’environnement. Bref, stocker de l’air comprimé serait bien pratique pour garantir à l’éolien la même régularité de production qu’une centrale au charbon, nucléaire ou à gaz.

L’idée est d’utiliser l’électricité en excès pour comprimer de l’air à haute pression, et l’injecter dans un réservoir —caverne, aquifère, etc.— profondément enfoui, l’étanchéité étant assurée par la géologie des couches de sol traversées par les forages. Quand la demande l’exige, le gaz sous pression est récupéré à la surface et produit de l’électricité dans des turbines.

En fouillant un peu j’ai appris, sur Wikipédia, que l’utilisation d’air comprimé en grande quantité comme vecteur d’énergie remonterait à la fin du XIXe siècle. L’autrichien Victor Popp a ainsi construit, à Paris, un système qui permettait d’alimenter les horloges pneumatiques de la capitale, puis de fournir de la force à des industries. En 1896, il y avait ainsi 50km de tuyaux délivrant une puissance de 2,2MW. On a vu depuis une foule d’applications « mobiles » et notamment le rêve encore tout virtuel de construire des voitures mues par de l’air sous pression

Aujourd’hui, il existe deux centrales à stockage d’air en caverne dans le monde. La première (d’une puissance de 290MW délivrable pendant un maximum de trois heures) a été construite il y a une trentaine d’années en Allemagne, couplée à une centrale nucléaire. Avec une efficacité toute relative: pour récupérer 1kwh d’électricité, il faut avoir fourni 1,6 kwh de gaz (sous forme de chaleur) et 0,8 kwh d’électricité. Car il faut refroidir l’air réchauffé par la compression avant de l’enfouir, et le réchauffer quand il se refroidit lors de la détente dans la turbine électrique. Une autre installation existe aux Etats-Unis, dans l’Alabama depuis 1991 (puissance 110 MW), même si elle a peu été utilisée, pour cause de pétrole pas cher et de rendement insuffisant. Selon l’agence d’information scientifique et technique allemande Bine, le recours à une autre technologie —le stockage adiabatique— permettrait une nette amélioration du rendement, éliminant au passage toute nécessité de brûler du gaz, avec 1,4kWh électriques consommés pour chaque kWh électrique récupéré. Là, ça devient effectivement très rentable, compte-tenu des écarts de prix du courant entre heures creuses et heures de pointe.

L’Allemagne songe très sérieusement à creuser des réservoirs dans certaines régions du pays qui contiennent de gros gisements souterrains de sel, en y injectant de l’eau. Inconvénient, on utilise de l’eau douce et on se retrouve avec de la saumure sur les bras…

Les Etats-Unis ne sont pas en reste, raconte Madrigal, où quatre projets pilotes ont d’ores et déjà reçu des financements, explique Wired. Objectif: éviter de devoir arrêter des éoliennes en cas de surproduction ou de saturation du réseau électrique, comme cela se produit dans les régions fortement équipées d’éoliennes. La Californie vise 300 MW, tout comme l’Etat de New York. L’Iowa va lancer des études pour trouver un site adapté et un projet gigantesque —qui traine malgré tout depuis plusieurs années— vise une capacité record de 2700MW dans l’Ohio, soit plus que les 2500MW de capacité des barrages STEP disponibles aux Etats-Unis.

Va y avoir de la concurrence dans le sous-sol: outre qu’on l’utilise déjà pour stocker le gaz naturel, on envisage d’y séquestrer le gaz carbonique de centrales à charbon et maintenant d’y enfouir du vent en bouteille. Dépêchez-vous mesdames, messieurs, il n’y aura peut-être pas de place pour tout le monde!

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , ,