L’été Arctique, où le rêve de nouvelles routes commerciales

Par Denis Delbecq • 25 février 2010 à 12:50 • Categorie: A la Une
L'océan Arctique le 10 septembre 2008, vu par le radar du satellite Aqua © NASA

L'océan Arctique le 10 septembre 2008, vu par le radar du satellite Aqua © NASA

Cette fois, la route est ouverte. Un premier transport de pétrole russe vers le Japon, à travers le Passage du nord-est, est prévu cet été, explique Barents Observer, qui cite le quotidien du transport maritime LLoyd’s List. Soixante-dix mille tonnes de brut devraient ainsi se frayer un passage le long des côtes de Sibérie, sans l’aide d’un brise-glace. La route avait été utilisée à l’époque soviétique, mais grâce à la flotte de brise-glaces nucléaires de l’URSS, avant d’être abandonnée.

Bien évidemment, le navire de la Sovcomflot n’est pas un tanker ordinaire. Il peut briser lui-même des glaces jusqu’à 2,5 mètres d’épaisseur. Mais ce test, qui succède au périple de deux cargos allemands l’an dernier, n’est rendu possible que par l’état des glaces de mer dans l’Arctique qui laisse désormais le Passage du nord-est ouvert deux mois, à la fin de chaque été. Signe des temps, le Parlement russe travaille depuis février à l’élaboration d’une loi pour encadrer le transport de marchandises le long de ses côtes nordiques, notamment pour prévenir la pollution de ces milieux naturels si fragiles.

Aux Etats-Unis cette semaine, des chercheurs présents au congrès américain de l’AAAS, la lus grande société savante du monde, se sont inquiétés de cette ruée vers l’arctique, soulignant l’absence de traités internationaux capables d’encadrer sérieusement les activités dans la région. Une réunion intergouvernementale est prévue le 29 mars au Canada —en introduction à une réunion des ministres des Affaires étrangères du G8— qui rassemblera les diplomates des cinq nations qui se partagent les régions côtières de l’Arctique: Canada, Danemark, Norvège, Russie et Etats-Unis. Ils ont d’ailleurs quelques disputes territoriales à régler.

Le Canada doit cet été poursuivre son programme «Surveillance nordique», un projet militaire d’expérimentation d’équipements de détection radar, acoustique et radio, pour repérer la présence de navires et de sous-marins au large de l’île de Devon. Depuis quatre ans, le trafic maritime a augmenté l’été, dans le Passage du Nord-Ouest et les plaisanciers sont de plus en plus aimantés par cette route mythique. Le Canada cherche à se doter de moyens de surveillance opérationnelle tout au long de l’année dès 2012.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , , , , ,