Je poulpe, donc je suis.

Par Denis Delbecq • 16 décembre 2009 à 0:15 • Categorie: A la Une
Le poulpe et sa noix de coco © Julian Finn — Museum Victoria

Le poulpe et sa noix de coco © Julian Finn — Museum Victoria

Vous attendiez un billet sur les derviches tourneurs (en rond) des négociations de Copenhague? C’est raté. Comme je vous l’ai dit avant même que le sommet ne commence, le COP 15 climatique sera un bide. Et ce ne sont pas les dernières dépêches qui me feront changer d’avis.

Ce soir —pour paraphraser Arthus-Bertrand—, j’ai choisi de vous parler d’un animal formidable. Amphioctopus marginatus. Retenez le nom de ce poulpe pas si marginal que cela. Cette histoire, je l’ai découverte sur le site du Monde, et j’ai passé quelques minutes à en trouver la source utilisable. Parce que le Monde a semble-t-il récupéré une vidéo bardée de droits sur le fil de Reuters, au prix de l’absence de liens permettant de l’évoquer directement. Alors qu’elle était disponible par des moyens plus détournés et tout aussi légaux. Mais l’honneur de l’internaute est sauf, vous pourrez sans clic délier (un seul, le temps de lancer la lecture) voir cette vidéo sur Effets de Terre.

Mais revenons à notre poulpe. A. marginatus est une démonstration éclatante de l’adaptation du règne animal. Ce poulpe, qui en a sans doute assez de se prendre des demi-coques de noix de coco sur la tête, a décidé de détourner ces épaves jetées par quelque humain peu respectueux de la nature. Marginatus a en effet démontré qu’un pov’poulpe peut s’approprier une coquille jetée par quelque couillon pour son profit personnel.

Finalement, il faudra peut-être accorder une médaille au premier australien qui a eu la (pas si) mauvaise idée de balancer un reste de dégustation à la mer. Car il vient de faire entrer Amphioctopus marginatus dans le club très fermé des animaux capables de gérer un outil. Après ce tour de force, il convient donc de propulser le poulpe bien en place dans la liste de nos cousins.

Un poulpe humanoïde? J’assume. Quand je vois comment mes cousins d’homo sapiens sapiens sont capables d’enterrer l’avenir de leurs descendants au prix d’arrestations massives dans un pays nordique, je formule un vœu. Si d’aventure, un jour, possibilité m’est donnée de me réincarner, je choisis le poulpe (1).

(1) Le plus drôle, c’est que je sais d’avance que ce papier ne fera ni recette, ni commentaire acharné. C’est bien là l’avantage de présider des colonnes à but non lucratif. On se fait plaisir, et on se moque de l’audience.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , ,