La Chine réinvente la double peine

Par Denis Delbecq • 20 octobre 2009 à 21:48 • Categorie: A la Une
© Denis Delbecq

© Denis Delbecq

On peut dire ce qu’on veut, le pouvoir chinois ne fait pas dans la dentelle. Depuis quelques temps, la ville de Jiyuan défraie la chronique, après une triste affaire d’empoisonnement massif au plomb provoqué par les dysfonctionnements à répétition d’un ensemble de fonderies, le plus importante du pays. Des centaines (des milliers?) d’enfants affichent des taux de plomb à faire pâlir les as de l’analyse sanguine.

Un truc pareil se passerait chez nous, les usines seraient rapidement fermées, du moins on peut l’espérer. Mais l’histoire se passe en Chine, et les installations devraient rapidement pouvoir redémarrer, du moins c’est l’objectif des autorités. On préfère déplacer les foules. Pas moins de quinze mille personnes (dix villages) pourraient être déplacées, pour la bagatelle de 146 millions de dollars, rapportait il y a quelques jours l’Agence France Presse. Une cinquantaine de ces millions resteraient à la charge des victimes… Une sorte de double peine qui représente quand même plus de 3700 dollars par déplacé.

Le plus étonnant, dans cette histoire, c’est que l’Agence Chine Nouvelle semble couvrir les événements (presque) comme une agence de presse d’un pays où la liberté de la presse est une évidence. Une dépêche cite même des résidents mécontents de leur sort. Il faut dire que ça devient une habitude. Plus d’un million de personnes ont été déracinées pour faire place nette au barrage des Trois-Gorges. Et plus de trois cent mille devraient plier bagage pour le grand projet de transfert des eaux du sud vers Pékin, assoiffée par sa croissance démographique et par l’avancée du désert.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , ,