La fable du fer, du plancton, et du pique-assiette

© Denis Delbecq

© Denis Delbecq

Maître plancton, sur un océan agité, pompait sans vergogne le fer dispersé.
Une crevette par l’odeur alléchée, lui tint à peu près ce langage :
«Et bonjour Monsieur du plancton. Que vous êtes joli! que vous me semblez beau!
Sans mentir, si les humains espèrent de vous pomper du carbone, vous devez  démentir cette douce illusion.»

A ces mots le plancton ne se sent pas de joie; Et pour montrer sa belle chlorophylle, il s’abandonne comme une proie.
Le crustacé s’en saisit et dit: «Mon bon Monsieur, Apprenez aux humains que tout pollueur de climat doit trouver autre chose pour réparer ses erreurs: Cette leçon vaut bien un festin sans doute.»
Le plancton honteux et confus jura mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

Permettez cette petite fantaisie pour vous raconter la surprenante conclusion des aventure des chercheurs indiens et allemands qui avaient entrepris de semer du sulfate de fer dans les quarantièmes rugissants, espérant confirmer l’utilité d’une méthode censée doper le plancton et donc pomper du gaz carbonique dans l’atmosphère pour agir sur l’effet de serre. Les premiers résultats de l’expérience viennent d’être rendus publics.(1)

En principe, le plancton devait se multiplier avant de mourir, emportant le carbone pompé au fond de l’océan. Le festin a bien eu lieu. Mais des pique-assiettes se sont invités au repas; de petits crustacés qui ont dévoré ces algues inespérées, lesquelles n’ont donc pas été inhumées sur le plancher océanique comme prévu. Les diatomées de la région, des planctons ornés d’un microscopique squelette qui empêche les crustacés de s’en nourrir, avaient déjà assez de fer en stock et ne se sont pas multipliées. Un autre plancton, prisé des bestioles qui rodaient dans les parages, en a profité.

Mais il y a un détail qui n’a pas été abordé dans les dépêches et le communiqué des scientifiques. Qu’adviendra-t-il des petits crustacés? Seront-il avalés par des baleines ou des calamars croisant dans les parages, ou finiront-ils au fond de l’océan une fois décédés d’avoir trop mangé. Les détectives ont du boulot!

(1) Pour ce qui n’avaient pas suivi l’histoire, Une controverse avait un temps suspendu l’expérience.

4 réflexions au sujet de « La fable du fer, du plancton, et du pique-assiette »

  1. Bonjour,
    Je découvre cet article un peu par hasard -il m’en rappelle un autre que j’avais écrit sur le même sujet- et veux simplement vous dire combien j’apprécie votre pertinence et votre plume tout en jeux de mots, ainsi que les sujets choisis sur ce site : je m’empresse de le marquer dans mes favoris. Bonne continuation. ML

  2. J’ai entendu un géologue du Collège de France (Edouard Bard) dire l’autre soir qu’il fallait absolument arrêter cette expérience car c’était contre productif. J’ai trouvé une référence d’un entretien entre le scientifique et le journal Le Monde (ici http://www.infosdelaplanete.org/1053/la-tentation-de-refroidir-la-planete.html) où il décrit un scénario qui produirait plus de protoxyde d’azote qu’il n’absorberait de CO2 (en fin d’interview). Je crois qu’il a confirmé ce scénario (ou approchant) dans l’émission de Taddeï du mercredi 10 juin.

    Voilà voilà…

  3. Ping : La fable du fer, du plancton, et du pique-assiette | L'Encre de Mer

  4. Ping : Quand les volcans nourrissent l’océan | Effets de terre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.