Baleine échouée, baleine foutue

Posté le 25 mar 2009 dans la catégorie:A la Une. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Echouage massif à Cape Cod (Massachusetts) en 1902 © NOAA

Echouage massif à Cape Cod (Massachusetts) en 1902 © NOAA

Que faire des baleines qui s’échouent sur les plages? Dans les livres pour enfants, on raconte tous les efforts qui sont faits pour les remettre à flot, et l’histoire finit toujours bien, à la grande joie des parents rassurés que leur petit s’endormira apaisé.

Mais les livres d’histoires sont des livres d’histoires, et il faudra bientôt changer de sujet pour ne pas mentir aux bambins: tenter de sauver une grosse baleine prolonge le plus souvent sa terrible agonie et mieux vaut l’euthanasier. Ce credo est désormais officiel chez les protecteurs de la faune en Grande-Bretagne et la Reine sait combien ils sont nombreux parmi ses sujets. Des vétérinaires de la très sérieuse Société zoologique de Londres (ZSL) ont travaillé sur les restes d’une partie des 55 baleines qui se sont échouées sur les plages britanniques entre 2002 et 2006. Aucune n’a survécu, en dépit des efforts tentés pour les remettre à la mer. Et selon les vétérinaires de la ZSL, il y a une raison toute biologique à cela. Les baleines meurent, si on peut dire, « écrasées » par leur propre poids, raconte le Guardian d’hier.

Certes, la déshydratation est meurtrière pour les cétacés échoués, mais il y a pire, ce qui explique au passage pourquoi la plupart des animaux décèdent en dépit des efforts de réhydratation. Car une protéine chargée de stocker l’oxygène dans les muscles s’avère toxique pour les reins de l’animal. Ecrasés par le poids de l’animal, les muscles libèrent cette protéine dans le sang qui s’attaque aux reins et provoque la mort. Un phénomène parfois rapide et surtout irréversible qui explique le taux de mortalité de 100% relevé ces dernières années en Grande-Bretagne.

Ça a du leur faire drôle d’accepter cette évidence scientifiques, aux amoureux des baleines. Mais c’est désormais officiel, en Grande-Bretagne, les baleines échouées seront euthanasiées. L’information était connue depuis quelque temps, mais les responsables de la protection de la nature ont préféré attendre le moment propice pour éviter l’émotion provoquée par les échouages dans le public.

L’émotion se trouve pour l’instant à l’autre bout du monde, en Australie, ou plus de 90 baleines se sont échouées ce week-end. Une dizaine seulement ont pu être rejetées à la mer et les autorités les suivent pour voir si elles se sont remises de leurs émotions. Reste à déterminer les raisons de ces suicides massifs de baleines, avec parfois des groupes de plusieurs centaines d’animaux qui se jettent à la côte. La peur de croiser un baleinier japonais?

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , ,

Lire également

4 Réponses pour “Baleine échouée, baleine foutue”

  1. isanatori dit :

    Je m’excuse de mon commentaire tardif à ce message, mais je tiens à souligner que si certes, les causes de ces échouages parfois massifs restent inconnues, il s’agit-là d’un phénomène très ancien.

    En fait, il est fort probable que l’utilisation des ressources offertes par les cétacés (viande, lard, os, fanons, etc.) ait commencé par celle des carcasses d’animaux échouées. (Les Maoris de Nouvelle-Zélande continuent d’ailleurs de faire usage des baleines échouées.) Cette utilisation a par la suite créé une demande pour les matières extraites, créant la nécessité de la chasse à la baleine dans de nombreuses régions du monde.

    Les causes des échouages restant inconnues, cela veut également dire qu’on ne peut pas les prévenir. Si les efforts faits pour retourner les baleines échouées à la mer sont louables, ils sont souvent voués à échouer comme l’explique bien l’article de M. Delbecq. Dans ce cas, il me semble qu’il serait plus (éco)logique d’exploiter les ressources rendues ainsi disponibles plutôt que d’incinérer ou d’enterrer les carcasses.

    Malheureusement, avec le tabou créé autour des cétacés par les mouvements de protection des animaux, cela risque d’être difficile à faire accepter aux gens dans les pays occidentaux, qui ironiquement, comptent certaines des plus grandes nations baleinières de l’histoire.

    • Reymond dit :

      Une solution serait simple il serait important que les sous marin abandonnent les radars! utiliser jusqu’à présent… qui ont toujours créer un problème auprès des baleines, dauphins, il serait aussi judicieux d’éviter de polluer notre planète avec des satellites, des antennes, afin de protéger la planète et ses habitants, animaux, plantes,…Je m’excuse de redire ce que je dis plus bas mais il vas de soi que nous sommes des êtres électromagnétiques avec des champs différents et que ses animaux sont très sensibles aux radars depuis longtemps et moi qui suis électrosensible je les comprends plus encore car je suis perturbé de la même manière!comment peuvent-il voir si on les aveugle avec de fausses informations!les ondes sont des moyens de communication soit, mais aussi elles ne sont pas inoffensives!voir dans l’histoire depuis les années 50 et même avant des savants, chercheurs et scientifiques connaissent les résultats de mauvaises utilisations, d’ailleurs le téléphone, le radar, internet, le portable, ont tous été utilisé par les militaires en premier. Fait très étrange?militer pour cesser l’utilisation des radars c’est une expérience à mener si vous en avez le temps?belle année à vous!
      Cordialement,
      Mlle Reymond

  2. MarionD dit :

    Sur le post, j’ai publié un article sur l’échouage de la baleine en Charente-Maritime : http://www.lepost.fr/article/2010/04/01/2014347_une-baleine-en-ballade-a-la-tremblade.html

  3. Mr H dit :

    J’ai egalement publié un article sur la baleine échouée à la Tremblade.

    http://www.lepost.fr/article/2010/04/01/2014458_une-baleine-echouee-en-charente-maritime.html

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.