Le tourisme spatial, c’est bon pour le climat. Enfin dans les brochures.

Par Denis Delbecq • 1 octobre 2008 à 9:06 • Categorie: A la Une, Rubriques

Il y a des patrons qui ne manquent pas d’air. Surtout Branson, qui veut coûte que coûte être le premier voyagiste spatial. Mais évidemment le weeek-end dans l’espace, ça ne fait pas très écolo. Imaginez la consommation de carburant par touriste en goguette dans la haute atmosphère… Alors il a fallu trouver quelque chose pour laver ce point noir.

Richard Branson déteste passer pour un pollueur. Lui qui fait fortune dans le low-cost aérien, une activité bien connue pour ses bienfaits sur le climat, a donc trouvé la combine. Les vols de Virgin Galactic (VG) feront de la recherche sur le climat. Ou plus exactement embarqueront des instruments scientifiques pour le compte de la NOAA, l’administration américaine de l’océan et de l’atmosphère. L’avion spatial White Knight qui emporte le vaisseau SpaceShip jusqu’à 16km d’altitude collectera des gaz.  Et ce dernier piégera des gaz pendant la phase spatiale de sa promenade, à 100 km d’altitude, plus haut que les ballons stratosphériques. Chouette!

Comme la grandeur d’âme de Branson n’a d’égale que son ego, les instruments scientifiques voyageront gratis. Dès les prochaines semaines, quand les SpaceShip entameront leurs premiers vols expérimentaux. En attendant, le patron de Virgin a déjà empoché les dix millions de dollars du X-Prize, pour être le premier “privé” à avoir expédié deux fois un vaisseau spatial habitable à 100km d’altitude par deux fois en deux semaines, il y a quatre ans. Et VG prend les réservations. Prévoir vingt mille dollars d’arrhes pour un séjour en apesanteur d’à-peine cinq minutes qui sera facturé dix fois plus.

C’est finalement assez sophistiqué comme technique de greenwashing. Je pollue un max, mais c’est aussi pour la bonne cause. Tout comme Planktos Science, startup qui renaît de ses cendres en vantant la restauration des écosystèmes océaniques et la lutte contre la faim. Alors que Russ George, son patron, espère disperser de la limaille de fer dans les océans et doper le plancton et surtout vendre tout plein de permis d’émission de gaz carbonique en échange. (Lire Les géoingénieurs sont des magiciens).

Je vois d’ici le tableau si tout le monde se met à faire pareil. Quelques exemples de slogans blanchisseurs (1):

—“Oui oui, ma voiture pollue, mais elle mesure l’ozone urbain gratos.”
—“Ce barbecue est conçu pour produire un max de suie parce que ça refroidit la planète.“
—“Les frigos classe G consomment tant de courant qu’on économise du chauffage et réduit les émissions de carbone.”
—“Ma voiture a zéro émission de gaz carbonique parce que j’ai planté des arbres.”

Et si on lançait un concours?

(1) Un slogan déjà vu s’est glissé dans ce catalogue. A vous de le trouver.

Image: © Virgin Galactic

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , ,