L’agrocarburant européen fait pschitt!

Posté le 7 juil 2008 dans la catégorie:En chiffres. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Les agrocarburants? Connaît pas! On a mal au ventre à force de rire de la volte-face de l’UE sur le font des agrocarburants. Voilà des années qu’on nous bassinait avec le futur seuil de 10% de ces essences pas si vertes dans notre carburant. Et voilà qu’on découvre que le projet de directive ne mentionne que « 10% d’énergies renouvelables » dans les transports. Bref, personne ne sait lire à Bruxelles et dans les capitales de l’UE.

Pas mal comme moyen de se débarrasser de cet encombrant dossier, alors qu’un rapport confidentiel de la banque mondiale avait fuité il y a quelques jours, qui estime que les agrocarburants sont responsables de 75% de la hausse des prix alimentaires. Il paraît que Borloo était hilare. Mais comme le rapporte le Monde ce matin, il ne sait décidément pas lire, ou alors notre ministre a la mémoire courte, puisqu’une directive de 2003 (Directive 2003/30/CE) est très claire: «Une valeur de référence pour ces objectifs est fixée à 5,75 %, calculée en fonction de la teneur énergétique, de la quantité totale d’essence et de gazole mise en vente sur leur marché à des fins de transport, pour le 31 décembre 2010 au plus tard.» En France, le seuil a été fixé à 7% pour cette échéance.

Il va falloir maintenant expliquer aux agriculteurs européens que l’eldorado promis a fait pschit. L’association française des producteurs de maïs (Maiz’Europ’) qui s’obstine à parler de biocarburants a invité ses adhérents à voter sur le site du Parti socialiste européen. Le groupe socialo au Parlement européen a en effet organisé un sondage en ligne pour savoir si les internautes estiment que les agrocarburants sont responsables de la hausse des prix alimentaires.

Au passage, ce volet transport du “paquet énergie“ sera difficile à tenir. Comme le seul moyen viable (économiquement, pas écologiquement, s’entend) de « verdir » notre essence était l’agroéthanol et l’agrodiesel, on se demande comment le chiffre de 10% pourra être atteint. Pas avec l’hydrogène, pas plus avec les voitures électriques, à moins d’une révolution. D’ailleurs, Ferran Tarradellas, le porte-parole du Commissaire européen à l’énergie a bien rappelé que l’électricité nucléaire n’est pas renouvelable. On pourrait peut-être réduire la vitesse sur les routes de l’UE. Ça au moins c’est très écolo, et en plus ça sauve des vies.

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , ,

Lire également

15 Réponses pour “L’agrocarburant européen fait pschitt!”

  1. Kilroy dit :

    Sur le site du Groupe socialiste au parlement Européen, sondage : La poussée des biocarburants est-elle responsable de la hausse mondiale des prix alimentaires ?
    11 % Oui
    87 % Non
    2 % Sans avis

    Efficace Maiz Europ, à moins qu’on ne contre-attaque ?

  2. Tilleul dit :

    Dans les camps des anti-biocarburant on a Nestlé et toute l’industrie agro-alimentaire qui a très peur d’être soumis à la concurrence d’une autre industrie qui l’empêcherait de prendre à la gorge les producteurs qui leur sont totalement dépendant et les pétroliers qui veulent empécher qu’il y ait un choix entre carburant végétal ou carburant pétrolier (comme le souhaitait à l’origine la commission européenne) pour ne cantonner l’usage des biocarburants qu’en tant qu’additif… En matière de pouvoir de pouvoir de lobbying la question ne se pose même pas de savoir qui a la plus grande influence (et à gauche vous ajoutez toute la clique des Chavez idolatres qui ne veulent pas voir le Vénézuela perdre tout influence internationale gràce à la pétro-dépendance de tout un tas de pays des caraïbes qui reçoive du pétrole à prix cassé en échange d’un total soutien dans les instances internationales)…

    Précisons quand même que le rapport addressé à la banque mondiale (et pas de la banque mondiale comme l’avait imprudemment titré le monde) mettait sur le dos des biocarburants l’effet de la spéculation (je vois pas trop en quoi les carburants végétaux ont précipité la crise des subprimes mais why not)…

    Je rappelle aussi que depuis que depuis quelques temps la plupart des projets de raffinerie d’huile de palme ont été annulé parce qu’il est plus rentable de vendre de l’huile alimentaire que du carburant (même à 150$, le pétrole n’est pas cher). Evidemment en Indonésie on continue la déforestation pour faire officiellement des plantations d’huile de palme qui ne verront jamais le jour dans la réalité vu que l’objectif n’a jamais été de faire de la production agricole mais plutot de vendre du bois et du papier (industrie qui possède l’industrie de l’huile de palme en Indonésie comme ça la boucle est bouclé)… Mais bon ça on le verra jamais dans un article d’Hervé Kempf évidemment (pourtant il suffit de regarder les cartes satellites)…

    Si l’objectif est annulé c’est à mon avis plutot le fait des gouvernements européens qui n’ont pas envie d’ouvrir la boite de Pandorre des négociations agricoles : la dernière idée c’était de faire des biocarburants qui soient écologiquement et énergétiquement correcte… sauf qu’en Europe il faut en faire à partir de déchet parce que sinon ça ne vaut pas le coup vu que les seuls cultures énergétiques (c’est à dire culture spécifiquement dédiés au biocarburant à la différence de l’usage de déchets agricoles tel que pratiqué actuellement) rentables ne peuvent être faite que sous les tropiques, à l’exception des cultures énergétiques pour biogaz des allemands mais j’ai pas envie d’entrer trop dans la technique et de toute façon c’est difficilement utilisable comme biocarburant dans l’état actuel du parc automobile…

    Sauf que si vous commencez à importer du biocarburant des tropiques ça commence à devenir un peu dur de justifier de mettre tout un tas de barrières à l’importation des produits alimentaires… étant donner que le commerce international agricole est quelque chose de très très sensible on comprend que les ministres n’aient pas eu le cran de pousser tout ça plus en avant… A noter par exemple que si on enlève les taxes à l’importation d’éthanol brésilien, vous mettez au chomage toute l’industrie sucrière de betterave (que l’UE a obligé à se diversifier parce qu’elle en a marre de subventionner du sucre qui est 5 fois plus cher que le sucre de canne) et vous obligez tous les agriculteurs à changer de culture…

    Par contre l’objectif de 10% est tout à fait réalisable avec la production actuelle issu de déchets (quand on cultive le colza pour nourrir le bétail on se retrouve avec de l’huile dont on sait pas quoi faire alors autant faire marcher les voitures avec ce stock). Bon là on peut faire quoi rien qu’avec ce qu’on a déjà… Allez un peu plus de 5% de la consommation de carburant… Bon maintenant diminuez de 40 à 50% la quantité de pétro-carburant consommé et faites le calcul… Et hop voilà les objectifs de l’UE réalisés sans problème et sans toucher à la production agricole…

  3. fab dit :

    « Dans les camps des anti-biocarburant on a Nestlé et toute l’industrie agro-alimentaire qui a très peur d’être soumis à la concurrence d’une autre industrie qui l’empêcherait de prendre à la gorge les producteurs qui leur sont totalement dépendant et les pétroliers qui veulent empécher qu’il y ait un choix entre carburant végétal ou carburant pétrolier (comme le souhaitait à l’origine la commission européenne) pour ne cantonner l’usage des biocarburants qu’en tant qu’additif… »

    Et de l’autre côté GW Bush et les agriculteurs américains qui situent « l’effet biocarburant » aux alentours de 5% de l’augmentation. Qui croire avec de pareils avocats?

  4. Tilleul dit :

    Précision : l’administration Bush (enfin plutot Edward Lazear) parlait de l’impact de l’éthanol de maïs… C’est plutot Lula qui défend les biocarburants sur la scène internationale, Bush et les producteurs de maïs américain ne sont pas prêt à enlever la taxe à l’importation de biocarburant étranger vu que le but est juste d’utiliser les surproductions américaines de maïs (objectifs agricoles et non énergétiques)… On peut d’ailleurs difficilement accuser les américains d’être responsable d’une crise alimentaire dans les pays du sud, leurs exportations sont dirigés vers les pays du nord (le blé du riche nourrit la vache du riche) et elles avaient même augmentées par rapport à l’année précédente pour le blé, le maïs et le soja.

    Pour des sources un peu plus hyppies on pourra se référer à cette compilation de faits des gars de journey to forver : http://journeytoforever.org/biofuel_food.html

  5. fab dit :

    Ok je vous repose une vieille question:

    Qui est-ce qui est responsable:
    - pas les biocarburants
    - pas la transition alimentaire de la chine et de l’inde (à en croire certains économistes en tout cas, voir http://www.lefigaro.fr/debats/2008/05/20/01005-20080520ARTFIG00631-crise-alimentaire-l-inde-et-la-chine-ne-sont-pas-coupables-.php )
    - la spéculation n’est que l’écume de la vague
    - et pour finir, la production a augmenté de 2% par rapport à l’année dernière

    Cherchez l’erreur. Ou peut être s’git-il d’un mélange de tout ça…

  6. Tilleul dit :

    Si je peux me permettre la question du « qui est responsable » je la laisserai aux tribunaux… Je trouve que ce serait un peu plus rationnel de s’intéresser au « comment on évite ça »…

    En plus trouver un responsable dans un système c’est un peu illusoire… si on remontait toute la file je dirais bien les compagnies de chemin de fer en Angleterre au XIXe siècle mais ça va pas nous arranger des masses…

    La première question que je me poserait d’ailleurs c’est plutot : est ce que c’est étonnant que les prix montent alors que dans la dernière décennies ils étaient en dessous des prix de production ?

    Sur l’article du Figaro :

    « Comme prévu par le modèle, les Chinois mangent moins de grains : en 2005, les ruraux consommaient en moyenne 210 kg de céréales, protéagineux et tubercules par an, contre 258 en 1985 ; »
    « Même s’il faut réduire sans doute de 25 % les chiffres officiels, nos calculs donnent 44 kg de viande par personne et par an (dont 27 kg de porc). »

    Dans les années 80 on était à 20 kg de viande en Chine sachant qu’il faut 5 à 10 kg de grain pour faire un kg de viande. On est à une augmentation nette de l’ordre 50 à 150 kg par personnes… D’après ce que je comprends ils ont choisi de se baser sur les statistiques commerciales pour estimer la consommation de grain de la Chine, je ne suis pas certain que ce soit un bon calcul vu que tout le secteur de l’économie informelle (part importante de l’économie des pays en voie de développement) se trouve par définition en dehors des statistiques officielles… Et il manque les chiffres des importations de viandes : importer de la viande ça veut aussi dire importer virtuellement le grain qui a servi à le nourir, là leur raisonnement consiste à dire que toute la viande consommée en Chine provient d’élevage chinois ou nourri avec du grain chinois… J’ai des doutes…

    Même si c’est pas LE facteur, c’est UN facteur…

    Tout comme le fait que des pays exportateurs de riz et de blé aient mis en place des mécanismes d’interdiction d’exporter ou d’augmentation des taxes à l’exportation pour maintenir des prix bas de la nouriture sur le marché domestiques.

    L’impact des biocarburants c’est celui là : les biocarburants ont réduit les surplus américain (qui auparavant pourissait dans les silos), du coup les européens qui profitait des prix bas des américains sur le maïs pour convertir leurs céréales importés au prix du marché en viande vendu à prix garanti par l’union européenne ont du se rabattre sur le sorgho parce que les producteurs de maïs américain était moins désespéré à écouler leur stock (stocks qui n’ont rien à voir avec l’alimentation humaine : les maïs blanc c’est moins de 1% de la production américaine, qui pense encore que la production de maïs américain pourrait servir à faire des tortillas n’y connait rien en cuisine). Est-ce que c’est la faute des américains ou des européens dans ce cas ?

    L’augmentation du cout de l’énergie a aussi joué : ça a augmenté les couts nécessaires pour l’irrigation, les engrais, le transport (entre 2007 et 2008 les couts de transport US – Japon sont passés de 60$/tons à 110$/tons et pour US-Europe on est passé de 38$/tons à 75$/tons).

    Dernier point : il n’y a pas plus de problème de faim entre aujourd’hui et il y a quelques années… Seulement avant tout le monde s’en fichait parce que ça se passait dans les campagnes et qu’il n’y a pas de journalistes dans les zones rurales… S’il n’y a pas de caméras alors ça n’existe pas. Depuis que le monde est devenu en majorité urbain, peut être que la misère est un peu plus proche de l’oeil du monde : 50 personnes qui creve de faim dans 100 villages ça se remarque moins que 1000 manifestants violents dans une capitale…

  7. miniTAX dit :

    La Banque Mondiale fait un rapport qui dit que les biocarburants sont responsables de 75% de la flambée des prix et Tilleul nous pond une logorrhée pour y aller de son explication.
    Non mais quelle prétention.

  8. Tilleul dit :

    Ah la bonne blague que ce « la banque mondiale fait un rapport qui dit que », la banque mondiale a reçu un rapport tout comme elle en reçoit des milliers d’autres… Dans le même genre de désinformation on avait aussi « la fao a dit que l’agriculture bio pouvait nourrir le monde » alors que là aussi c’était un rapport qui a été adressé à la fao…

    Je le redis alors : le rapport en question péche par méconaissance technique car il ne prend pas en compte les coproduits à destination de l’alimentation animale : on ne brule pas le maïs dans les réservoirs de voiture : on sépare les éléments nutritifs d’un coté et l’énergie de l’autre. Ensuite comme je l’ai déjà dit il considère que si les investisseurs ont spéculé sur la ressource c’est uniquement à cause des programmes de biocarburant… un peu comme si on accusait les entreprises de BTP d’avoir provoqué la crise des subprimes en créant des logements qui ont permis de faire des montages financiers pour préter de l’argent à des gens qui ne pouvaient pas rembourser… Bon je veux bien qu’il y ait un lien, mais si on en arrive là c’est vraiment qu’on est désespérer à trouver des relations entre toutes les activités humaines depuis la taille du nez de Cléopatre…

    En plus ce rapport indique bien que l’éthanol de canne à sucre au brésil n’a pas eu d’impact : pas d’impact sur les cours et pas d’avantages de terre utilisées… Donc bon…

    Juste pour remettre les choses à leur place :
    les biocarburants c’est 1% à 2% de la consommation mondiale de carburant… L’impact du réchauffement climatique sur les systèmes agricoles et la pollution locale lié à l’extraction et l’utilisation du pétrole sont sans commune mesure avec ce qu’on vit actuellement… D’autant plus que ce que remplace les biocaburants ce n’est pas le pétrole d’arabie saoudite : c’est les sables pétrolifières d’Alberta et le charbon liquide…

    Sur les 13,2 milliards d’hectares de terre que compte notre planête, les agriculteurs ont planté de leur plein gré 0.025 milliards d’ha de biocarburant… (0,2%) Ces cultures ne produisent pas que des carburants mais permettent aussi de nourrir les animaux, de fabriquer des engrais naturels et de produire de l’électricité. Le Brésil produit 40% de sa consommation de carburant avec 1% de ses terres arables (et rien en forêt amazonienne vu que la canne à sucre ne pousse pas dans ces régions, l’augmentation de la productivité s’est faite sans augmenter la surface de canne à sucre mais via la mécanisation et l’amélioration des espèces indigènes)

    Si un aussi infime changement dans l’utilisation des terres dans le monde est capable de provoquer un changement qu’on dit aussi majeur, alors il faut arrêter tout de suite l’expansion des infrastructures urbaines parce qu’on perd encore plus d’espace avec ça…

  9. miniTAX dit :

    « Si un aussi infime changement dans l’utilisation des terres dans le monde est capable de provoquer un changement qu’on dit aussi majeur… »
    ———————————-
    Bah oui, la preuve, on accuse bien les infimes variations d’un gaz à effet de serre ultraminoritaire d’une liste invraisemblable de calamités, allant de la disparition de la morue à la hausse du taux de suicide en Italie, en passant par la -probable- disparition prochaine des ours polaires et accessoirement la faim en Afrique. Alors bon, on n’en est plus à ça près.

    C’est bizarre que des variations infimes n’explique (pratiquement) rien dans un cas et (pratiquement) tout dans l’autre, n’est ce pas ?

    En tout cas, c’est très divertissant de vous entendre clamer « le rapport [de la Banque Mondiale] péche par méconaissance technique ».

  10. Tilleul dit :

    Euh…
    En 150 ans on est passé de 280 à près de 380 ppm pour le CO2… Une augmentation de 35% j’ai du mal à voir en quoi ça peut être considéré comme négligeable… Heureusement que vous ne construisez pas des ponts…

  11. miniTAX dit :

    Oui, bof, toujours votre manière indigente et biaisée de présenter les chiffres. A ce compte, on peut aussi dire que la population mondiale a augmenté de 700% en 150 ans. On se demande pourquoi il y a un GIEC pour une hausse de 35% et non pas une GIEP pour une hausse de 700%.

    Ce que vous « oubliez » de dire, c’est que 280 ppm, c’est 0,028% donc que la hausse « non négligeable » a fait passer le taux de CO2 de 0,028% à 0,038%. On s’hystérise pour ça alors que le taux de vapeur d’eau (GES bien plus puissant que le CO2) est en moyenne de 2% et peut même atteindre 4% sous les tropiques, là où il y a le plus d’effet de serre et le plus de rayonnement solaire ou qu’une variation de juste 1% de la nébulosité correspond au forçage du CO2 sur 150 ans.

    Quand vous donnez les chiffres, il faut donner TOUS les chiffres, pas juste ceux qui arrangent votre théorie.

  12. romu dit :

    Oui on peut se le demander en effet, moi je le souhaite en tout cas. Car c’est comme pour tout le reste, dans un monde fini, un élement peut-il croître indéfiniment sans remettre en cause son existence et celle du monde dans lequel il croît.

    Mais c’est un débat tellement douloureux et tabou que personne n’ose vraiment s’y attaquer.

  13. Tilleul dit :

    Sauf que si vous aviez juste deux trois connaissances météorologique vous seriez au courant que la vapeur d’eau ne reste pas concentré suffisamment longtemps dans l’atmosphère pour être capable de changer le climat : trop de vapeur d’eau et elle se condense en pluie, pas assez et l’atmosphère se recharge via l’évaporation des océans…

    De plus, il n’y a pas de question de « puissance » tout simplement parce que n’importe quelle personne qui ait jamais calculé un bilan radiatif de la terre sait qu’il ne s’agit pas d’un phénomène linéaire puisque différente molécules absorbent des longeurs d’ondes différentes… Quand vous avez une maison à isoler, vous perdez moins de chaleur quand vous bouchez le trou dans votre toiture que quand vous passez de 100 à 110 cm d’épaisseur de laine de verre, ben là c’est pareil… C’est d’ailleurs une des raisons qui fait que l’augmentation exponentielle du CO2 dans l’atmosphère (gaz qui est responsable de 9 à 30% de l’effet de serre selon la définition qu’on donne du mot « responsable ») est un danger pour l’humanité qui reste quand même gérable sur le moyen terme. Le CO2 absorbe déjà tellement de radiation que les modifications du climat sont de quelques degré. Ca va faire des changements énormes mais on devrait réussir à garder l’humanité (bon, la civilisation c’est déjà moins gagné…). , si on se mettait à dégager du méthane aux mêmes rythme (pic d’absorption vers 3*10-6 m et 8*10-6m, là ou l’atmosphère de la terre absorbe très peu) on aurait des variations de plusieurs dizaines de degrés…

  14. REDBARON 17 dit :

    @ TILLEUL

    Le coup des pourcentages est vieux comme l’arithmétique…!
    Ils sont à manier avec précaution..

    Imaginons que nous travaillons tous les deux dans la même entreprise, vous gagnez 1 000 €, et moi j’en gagne 10 000. (ou inversement !) Notre généreux patron décide de nous augmenter de 39 % (non c’est une blague, ça n’arrive jamais… sauf pour Forgeard !) vous allez toucher 390 € supplémentaires, et moi… 3 900 !!! (ou inversement !)

    Pour le CO2 c’est du kif !!!

    Le CO2 en 150 ans est passé de 0,028 % à 0,039 % de sa présence dans l’atmosphère soit un taux d’augmentation de 39 %, essentiellement dû à l’industrialisation de la planète et la multiplication par 6,6 du nombre d’humains… en fait l’augmentation réelle est de 0,011 %… soit 110 PPM

    On ne baigne toujours pas dans le CO2 !!!

  15. REDBARON 17 dit :

    RIEN A VOIR AVEC CE QUI PRÉCÈDE…

    OYEZ… OYEZ BRAVE GENS…
    MARCEL LEROUX… PROFESSEUR DE CLIMATOLOGIE INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS…!!!

    Ce n’est pas une blague allez voir sur Dailymotion le site :

    http://www.dailymotion.com/video/x33184_marcel-leroux-climatologue-non-peop_news

    C’est gratiné

    « Le Filtre Parental est ON.

    Dailymotion reconnaît que certains contenus ne conviennent pas à tous les publics.

    Nous fournissons un Filtre Parental pour permettre aux utilisateurs de choisir le type de contenu qu’ils souhaitent voir.L…

    Désactiver votre Filtre Parental pourrait afficher du contenu uniquement réservé aux plus de 18 ans.

    Cliquez sur le bouton ci-dessous si vous êtes majeur et que vous souhaitez désactiver votre Filtre Parental. »>

    Allez tous voir ce déni d’information…

    D’accord ou pas d’accord avec LEROUX, Il faut réagir…

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2018 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.