L’acide de la colère

Posté le 3 mar 2008 dans la catégorie:En bref. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

La on ne rigole plus. Que des écologistes harcèlent les chasseurs de baleine japonais dans l’Antarctique pour les empêcher de prélever des centaines de cétacé, je n’ai rien contre, bien au contraire, et je m’en fais suffisamment l’écho. Mais quand Watson, le patron de la Sea Shepherd Conservation Society commence à balancer des bouteilles de produits chimiques sur le pont des navires, je ne souris même pas. Pour se justifier, Watson évoque une “guerre chimique non-violente”, on croît rêver.

Je sais bien que les baleines n’ont pas demandé à finir en steak dans les restaurants de Tokyo, et que le Japon camoufle par une aide économique à de nombreux micro-états ce qui ressemble à s’y méprendre à des achats de votes à la Commission baleinière internationale. Que l’on balance de l’huile sur le pont des navires-usine, et encore. Mais de là à fracasser des bouteilles d’acide butyrique, qui n’est pas un cadeau quand on le prend en pleine poire…

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , ,

Lire également

10 Réponses pour “L’acide de la colère”

  1. Ratmanoff dit :

    OUiah mais tout ça finiras mal hélas, il suffit de regarder autour de soit comment l’écologie est traitée pour imaginer que quand la pression sera trop grave et que des êtres humains souffriront réèllement et le conflit sera de plus en plus ouvert jusqu’a la violence. La sagesse n’est pas une valeur de l’économie de marché !

  2. Teobul dit :

    Les radicaux sont partout… à quand les mouvements terroristes écolos ?… A croire que les actions terroristes deviennent si tendance, que n’importe quelle cause justifie n’importe quel moyen !

  3. BMD dit :

    @Theobul, les mouvements terroristes écolos, çà existe. Rappelez-vous l’attaque au bazooka contre Superphénix, alors en construction, avec l’assistance d’un groupuscule d’Allemagne de l’Est. Le responsable, un élu de Genève, a dit bien des années après ( prescription oblige) que les mouvements antinucléaires de l’époque n’avaient pas condamné cet acte et qu’il s’en était senti conforté. Je n’aurais pas connu les détails croustillants de cette histoire si elle n’avait pas été complaisemment racontée il y a quelque temps sur son site par Sortir du nucléaire.
    Quand on veut le bien du peuple que ne ferait-on pas.

  4. Kilroy dit :

    Faudrait peut être arrêter de délirer. Pour que tout le monde puisse comprendre, l’acide butanoïque ou acide butyrique se forme naturellement dans le beurre rance et dans certains fromages. Le glycéride de l’acide butyrique compose 3% à 4% du beurre (cf Wikipedia). La propriété qui intéresse Sea Shepherd, c’est son odeur désagréable. En gros, ils attaquent les navires japonais avec des boules puantes.

    Bref, il n’y a pas de quoi en faire un fromage, même si ça gêne effectivement les japonais comme on peut le voir sur les videos qu’ils tournent des agressions des pirates de Sea Shepherd et qu’on peut voir sur Youtube:
    http://www.youtube.com/watch?v=8V0b5nORsWE

  5. isanatori dit :

    Il faut surtout arreter de croire que Sea Shepherd lance du beurre rance (ce qui serait le comble pour des vegetaliens!). L’odeur desagreable est peut-etre ce qui interesse Sea Shepherd, mais l’acide butyrique n’est pas sans risque non plus (voir ce document de securite chimique). En outre, le produit est contenu dans des bouteilles en verre dont les eclats peuvent egalement blesser les membres d’equipage japonais. Tous les projectiles ne finissent pas forcement sur le pont du Nisshin-maru et sont donc un risque pour l’environnement de la meme maniere que les filets aue l’ONG pseudo-ecologiste a utilise l’annee derniere pour endommager l’helice du navire-usine japonais.

    Rappelons egalement que les activites de recherche japonaises sont tout a fait legales selon les termes de la Convention internationale pour la reglementation de la chasse a la baleine, le texte fondateur de la CBI. D’ailleurs, les membres de la CBI qui etaient reunis a Heathrow cette semaine ont condamne les actions dangereuses de Sea Shepherd. Cette ONG s’est en outre vu retire son accreditation d’observateur depuis 1987 apres avoir coule deux baleiniers en Islande. Paul Watson et ses « sauvageons » ne representent aucune organisation internationale et ne sont mandates par personne pour conduire leurs actions inacceptables. Cette ONG porte egalement prejudice au mouvement ecologiste, a mon avis.

  6. Tilleul dit :

    a CBI ne se base sur aucun traité international, n’a pas d’autorité et n’importe quel pays peut décider d’une procédure d’opt-out pour ne pas avoir à appliquer une de ces décisions. Plutot qu’une force de loi, la CBI ressemble plus à un club ou des nations discutent de la baleine…

    Enfin pour être plus honnête disons plutot que c’est une grande foire à la corruption ou chacun essaie de se payer les votes de Palau, de la Mongolie (WTF?) ou du Togo, à coup d’aide aux développements qui sont bien souvent tellement mal foutues qu’elles en deviennent contre-productive…

    Maintenant au niveau de la légalité, à partir du moment ou tout celà se passe dans les eaux internationales Watson dit qu’il se place sous la responsabilité de la charte internationale des nations unies (section 21e) qui indique :

    « 21. Les Etats et, dans la mesure où ils en ont la possibilité, les autres autorités publiques, les organisations internationales, les particuliers, les associations et les entreprises :
    a) Coopéreront à la conservation de la nature par des activités communes et autres actions appropriées, notamment par des échanges d’informations et par des consultations;
    b) Etabliront des normes pour les produits et procédés de fabrication risquant d’avoir des effets nuisibles sur la nature, ainsi que des méthodes d’évaluation de ces effets;
    c) Mettront en oeuvre les dispositions juridiques internationales applicables en vue d’assurer la conservation de la nature et la protection de l’environnement;
    d) Feront en sorte que des activités exercées dans les limites de leur juridiction ou sous leur contrôle ne causent pas de dommage aux systèmes naturels situés à l’intérieur d’autres Etats, ni dans les zones situées en dehors des limites de juridiction nationale;
    e) Sauvegarderont et conserveront la nature dans les zones au-delà des limites de juridiction nationale. »

    Pour ce qui est des activités dans les eaux arctiques australienne là évidemment la question est réglée puisque la justice australienne a indiqué qu’il s’agissait d’une activité illégale…

    En fait pour l’instant je vois beaucoup de communiqué de presse sur le fait que tout ce que fait Sea Sheperd est violent, illégal, mets en danger la vie d’autrui, etc… Mais il n’y a pas beaucoup de procès, ni de condamnations, pourtant vu que Sea Sheperd filme toutes ses actions, il n’y aurait pas grand chose à faire pour avoir des preuves… Bon ça voudrait dire qu’il faudrait que la justice juge si oui ou non il s’agit d’une chasse commerciale déguisée ou vraiment des recherches scientifiques… mais je suis persuadé que les scientifiques japonais seront capables de justifier qu’il faille tuer plus de 7000 baleines pour des publications inutilisables et des expériences aussi ésotérique que celle qui consiste à essayer de fertiliser un ovule de vache avec du sperme de baleine (!) ? Comment ça ils ne pourraient pas ? Ah ben oui je comprends mieux alors pourquoi ils ne se risquent pas a un procès mais préfèrent s’en tenir aux protestations diplomatiques…

    http://news.theage.com.au/japan-whale-experiments-bizarre-report/20080308-1xyj.html

  7. isanatori dit :

    La CBI ne se base sur aucun traite international ?!?!?!
    C’est la premiere que je l’entends celle-la! Comme je l’ai indique precedemment, la CBI se base sur la Convention internationale pour la reglementation de la chasse a la baleine. La possibilite de faire objection aux mesures adoptees par la CBI est quelque chose que l’on trouve dans d’autres organisations internationale. Les discussions qui ont lieu lors des reunions de la CBI sont bien plus serieuses que vous ne le pensez, Tilleul. J’ai suivi les debats en direct sur internet et lu plusieurs documents du comite scientifique de la CBI, et tout cela ne m’a pas semble etre une sorte de club ou on papote de baleines.

    En outre, je ne vois pas en quoi Palau et la Mongolie ne pourrait etre membres de la meme maniere que la Suisse, la Rep. Tcheque, la Slovenie, San Marin, etc. La majorite des pays membres de la CBI n’ont jamais pratique la chasse a la baleine, mais ca ne les empechent pas de s’interesser a la question de la gestion durable des ressources.

    Si je suis votre raisonnement, Paul Watson considere que lancer des bouteilles d’acide butyrique, deployer des filets et des cordes dans les eaux de l’Ocean austral et provoquer des collisions avec d’autres navires sert a « sauvegarder et conserver la nature dans les zones au-delà des limites de juridiction nationale. »

    Je vous cite :
    « Pour ce qui est des activités dans les eaux arctiques australienne là évidemment la question est réglée puisque la justice australienne a indiqué qu’il s’agissait d’une activité illégale… »
    Je ne savais pas que l’Australie avait des territoires dans l’Arctique aussi. Entre le Groenland et le Canada, sans doute…
    Toujours est-il que l’ordre emis par la justice australienne interdisant a la compagnie Kyodo Senpaku de chasser les baleines dans le « sanctuaire baleinier australien » n’a aucune validite au large du continent antarctique puisque la revendication de l’Australie est gelee par le Traite pour l’Antarctique et que par consequent, le Japon ne reconnait pas ces eaux comme appartenant a l’Australie.

    M’enfin bon, vous etes libre de croire ce que vous voulez sur ce sujet.

  8. Tilleul dit :

    Précédemment vous aviez écrit que « les activites de recherche japonaises sont tout a fait legales » en vous basant sur la BCI… Je vous apprend simplement que la BCI ne peut pas produire du droit (à la différence d’une organisation internationale comme l’Union Européenne par exemple), elle n’est donc pas habilité à dire ce qui est ou n’est pas légal.

    Outre le fait que les revendications australiennes sont reconnus par plusieurs pays dont la France, ça ne change donc rien au fait que si cette compagnie arrive sur le territoire australien elle se fera arrété et la décision de la BCI ne pourra pas être retenu par la défense…

    Par contre Watson s’en ait déjà sorti devant la justice canadienne en utilisant cette charte de l’ONU qui avait été signé par le Canada.

    La Mongolie s’est retrouvé dans la BCI uniquement parce que les défenseurs de la baleine l’ont embarqué dans cette histoire… Admettez que c’est quand même un peu limite qu’un pays qui n’a ni accès à la mer, ni volonté de s’occuper de la baleine se retrouve dans une telle commission…

    Remarquez, l’Australie va demander à ce qu’on requalifie la chasse « scientifique » du Japon en chasse commerciale au vue de l’indigence des publications japonaises et du n’importe quoi des expériences… J’attends avec impatience les justifications nippones, qui sait peut-être aurons nous le droit à la présentation d’une petite « vachleine » comme preuve de la validité de leur programme ?

  9. sirre dit :

    Que de mauvaises foi de la part du japon,on chasse pour raisons scientifiques , plus personne ne le crois.
    Les vidéos incessantes vues, de massacres de dauphins et baleines , font que de plus en plus de gens sont dégoûtés de ce pays.
    Qu’elle image de marque , ce pays se donne.
    C’est lamentable.
    Le bénéfice de la viande de baleine est 1000 fois perdus commercialement.

    Je n’ai même pas envie de discuter avec un révisioniste comme isanatori.
    Discuter de la dangerosité du verre pilé sur un bateau, quand on tire au canon dans la tête de baleine et que l’on tire au fusil , vidéo à l’appui , sur des jeunes militants est effarant.

  10. marli animaliberation dit :

    Paul Watson est le SEUL à agir face aux baleiniers Japonais contre le massacre de baleines, le seul à les empêcher réellement de les tuer , cet un homme respectable, qui donne sa vie à la protection animale, et il ne se servent que d’acide butyrique, un acide pas toxique ni dangereux pour les homme ou les animaux, sa seul puissance est son odeur insoutenable, et le fait que grâce à lui les japonais ne peuvent plus pécher de baleines, ni vendre la viande déjà sur le pont … Personne n’a jamais été blaissé, les seul à plaindre à ce jour se sont ces merveilleux mammifères exterminés pour l’argent !!!

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.