J’ai vu l’homme qui a vu le réchauffement

Posté le 16 oct 2007 dans la catégorie:Femmes et Hommes, Rubriques. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez passer à la fin et laisser un commentaire. Le Ping n’est pas autorisé..

On ne pourra pas lui enlever qu’il y croit à l’avenir du bébé qu’il porte, notre Grenelleur de Ministre. Invité cet après-midi avec une vingtaine de blogueurs à débattre librement avec Borloo du Grenelle et d’autres choses, j’ai bondi sur l’occasion. Ce n’est pas tous les jours qu’on approche un ministre qui a vu de ses yeux le réchauffement climatique.

Il l’a tellement vu qu’il en irradiait la pièce. Une chaleur de bête dans le ministère. Effet à retardement du soleil de la journée ou radiateur planétaire engagé à fond par vingt degrés à l’ombre? On ne le saura pas, j’ai oublié de vérifier, trop occupé que j’étais à écouter la bonne parole. C’est qu’il est volubile, le ministre, il nous raconte même les repas de son enfance…

Le nouveau héraut hexagonal de la lutte contre le réchauffement y est allé de toute sa conviction: «On y arrivera à 62 millions ou on n’y arrivera pas». Une manière de dire qu’il faut battre les tam tam de la chasse au gaspi et des gestes écocitoyens. Borloo avait déjà demandé aux médias, journaux, télés, de faire un effort. Cette fois, mesdames, messieurs (1) les blogueurs, à votre tour, il faut dire la bonne parole. Un geste citoyen mis en avant chaque jour, SVP.

J’apporte ma pierre. A compter de ce jour, je ne prendrai que les transports en commun ou le vélo pour me déplacer dans Paris. Facile, je n’ai pas de voiture! Et oui, c’est comme ça les gestes écocitoyens, on les accepte quand ils n’engagent à rien. C’est comme la FNSEA qui adore le gel des OGM en hiver.

Alors maintenant, en avant, marche, et que ça saute. Pour aller à Lyon, il faut prendre le train. Surtout pas l’avion. Borloo l’a répété deux fois. Et puis il faut faire le ménage dans les aéroports: plus de carbone! Faut arrêter les sacs plastiques, étiqueter le carbone pour tous les produits de l’hyper du coin. Dessiner des jolies voitures rien que pour frimer avec son moteur électrique. Le bio est trop cher? Il faut massifier la production, les prix s’écouleront. Des multinationales de l’alimentation biologique, voilà la recette. (Euh, pour les contaminations OGM on fait quoi, on relève les seuils?). Même son ministère va s’y mettre: moins 50% de carbone sur neuf ans, et gratos s’il vous plait, on paiera avec les économies d’énergie (pas si bête). Vous voulez des trains? Vous en aurez, trois autoroutes ferroviaires pour les camions, parole de ministre. Et du fluvial en plus. Et tout plein de nucléaire, «beaucoup plus» qu’il a dit.

Son credo, c’est le rapport Syrota: électricité et nucléaire à tous les étages, le tapis rouge du tout-électrique est déroulé. «Devant l’urgence climatique on n’a pas le choix, et tous les experts sont d’accord là-dessus, même les académies des sciences». «Euh, du côté de l’Agence internationale de l’énergie atomique, et ils savent de quoi ils parlent, on n’est pas du même avis, risque le blogueur, et il y a d’autres scénarios qui se passent très bien de nucléaireLà, c’est silence radio. La nouvelle démocratie verte hexagonale s’arrête aux portes de l’EPR. Point final.

Bon, on lui enlèvera pas qu’il se démène Borloo. Il a bossé ses dossiers et reconnaît quand il a fait l’impasse sur un sujet, tout ça sans antisèche. Ça tranche avec ses prédécesseurs, les Bachelot, Lepelletier, Ollin. Borlo, lui, il passe des savons aux compagnies aériennes, dessine les gammes des constructeurs automobiles, sort sa feuille de calcul pour prouver aux loueurs qu’il faut doubler les vitrages des bureaux, tire Brice Lalonde de sa retraite pour un job d’«ambassadeur du climat», fait le ménage dans les plans d’urbanisme pour arroser les campagnes de chauffe-eau solaires… Et j’en oublie! Comme disait l’autre, l’important c’est d’y croire. On verra ce qu’en pensera le parlement…

(1) On notera que l’assistance n’était pas du tout, mais alors pas du tout paritaire.

Image © D.Dq 2007

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , , , ,

Lire également

4 Réponses pour “J’ai vu l’homme qui a vu le réchauffement”

  1. So-ann dit :

    Il est certain que la parité n’était vraiment pas au rdv, et qu’il fut dur de se faire entendre!:-) Trois nanas seulement, on se demande où sont passées les filles!:-) Moi qui pense que les femmes ont un rôle crucial dans le cheminement du DD! Les blogueurs sont-ils représentatifs, vraiment!?

  2. Shabnam dit :

    Espérons que son discours se traduira par des actes concrets. C’est rassurant de lire qu’il connaît ses dossiers et sait admettre quand il ne sait pas. Un petit vent d’espoir en lisant ce post que le grenelle accouchera de choses intéressantes. Mais sur le nucléaire, rien ne bougera. Au CEA, ils ne sont pas du tout inquiet…car c’est silence radio comme tu le dis à ce sujet.

    Et le problème du bio, c’est qu’on peut en faire plus, bien sûr, mais il y a ‘bio’ et ‘bio’…un simulacre qui surfe sur la vague et le vrai bio…

    il faut rester optimiste! croisons les doigts.

  3. Eric dit :

    Effectivement, un Borloo bien échauffé et volubile.

  4. Nathalie J. dit :

    Moi aussi j’ai reçu le mail, mais j’ai cru que c’était une sorte de blague ou de pub ou de mailling général, du coup j’ai pas répondu, minnnnnnnnce. Heureusement bloggeurs et bloggeuses vous êtes là pour retranscrire le tout. Il me fait plaisir ton article, c’est agréable d’entendre enfin des propos positifs sur un politicien, surtout celui-ci si controversé.
    A bientôt
    Nat

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2018 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.